Open jazz
Magazine
Vendredi 7 octobre 2016
58 min

Itamar Borochov, l'effet boomerang

Parution de « Boomerang »de Itamar Borochov chez Laborie Jazz, un partenariat France Musique.

Au sommaire aujourd'hui

► Itamar Borochov

à la Une

  • 10 CD à gagner en répondant correctement à la question posée par Alex Dutilh. Cliquez ICI ou sur "contactez-nous " et laissez vos nom, prénom et adresse postale. 1 CD pour les 10 premières bonnes réponses. Bonne chance ! ► Jazz au Trésor : The Amazing Sound of Toots Thielemans
    Jazz Agenda :
    - 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Cécile McLorin Salvant samedi 15 octobre à 20h30 à la Salle de L’Isle à L'Isle d'Abeau (38). Cliquez ICI ou sur "contactez-nous " et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.

Jazz Trotter : Tom Harrell - Something Gold, Something Blue
TOUS LES TITRES DIFFUSES SONT EN BAS DE PAGE A LA RUBRIQUE "PROGRAMMATION MUSICALE"

En un siècle de jazz, aucune des révolutions esthétiques successives n’est parvenue à dépasser cette interminable recherche d’une authenticité musicale, l’élément qui différencie la seule virtuosité technique du vrai don pour la musique. S’il le souhaitait, le trompettiste Itamar Borochov pourrait épater les auditeurs par sa virtuosité l’instrument en main. Mais à 32 ans, ce musicien né en Israël et vivant à Brooklyn depuis 2007, élève de Junior Mance, Charles Tolliver et Cecil Bridgewater, a choisi d’aller plus loin : raconter son histoire qui relie Lower Manhattan à l’Afrique du Nord, l’Israël moderne et l’antique Boukhara…

Né dans une famille de musiciens, élevé dans la ville judéo-chrétienne-musulmane de Jaffa, Itamar Borochov a toujours entretenu cette richesse d’influences : Edith Piaf, Weather Report, Nusrat Fatah Ali Khan ou Prince ont posé les bases d’une ouverture musicale salutaire. Son initiation ne fut complète que lorsqu’il entra dans la synagogue séfarade du quartier : Borochov y absorba la musique sacrée fondée sur les gammes arabes et nourrie de cette tradition juive séculaire.

Son immersion dans l’héritage jazz new-yorkais au milieu des années 2000 achèvera de le convaincre : “Il faut que je sois vrai. Si Coltrane était inspiré par le fait que son père était prédicateur, il fallait que je fasse la même chose. Lee Morgan a apporté le gospel, l’Évangile, et moi j’apporte la musique de la synagogue séfarade.” Une démarche d’hybridation en rien étrangère à l’ADN du jazz, que l’on retrouve à l’identique dans ce tout nouvel album « Boomerang » d’Itamar Borochov.

Le trompettiste y expose ce qu’il sait faire de mieux : invoquer ses talents de mélodiste affirmé et de musicien habité par un esprit supérieur. Et si son pedigree hard bop ressort dans la structure des compositions, le voyage proposé par Itamar avec son frère Avri Borochov (contrebasse), Michael King (piano) et Jay Sawyer (batterie) renvoie certainement à cette image du boomerang et à sa trajectoire courbe : depuis Jaffa et le piyyout originel sur Adon Olam, en passant par West Village avec Jones Street, par l’Afrique du Nord sur Ça Va Bien et sa malfuf arabe pour revenir par un Jaffa’s Tun e et son atmosphère clairement moyen-orientale, en hommage à la ville natale.

Profondément croyant, Borochov projette aussi cette authenticité dans sa recherche du “Divin”, jusque dans la musique qu’il propose. Il l’entrevoit partout, dans des décors sacrés comme profanes. Très souvent, « Boomerang » se retrouve habité par une invocation des esprits typique des rituels religieux musicaux marocains, aussi bien juifs qu’islamiques.

Alors quelle est l’histoire d’Itamar Borochov ? Selon lui, “la perfection est un reflet du Divin. C’est ça le rôle de la virtuosité, après tout. Être là au milieu d’une rue sale et aspirer à la grandeur. Parce que partout où il y a de la grandeur, de Bird à Miles ou Coltrane, ton expérience est plus intense, ça peut être bouleversant, tu ressens la vie à un niveau plus profond.

Où écouter Itamar Borochov

  • mercredi 09 et jeudi 10 novembre à 21h Studio de l’Ermitage à Paris
    Itamar Borochov (trompette)
    Michael King (piano)
    Avri Borochov (contrebasse)
    Jay Sawyer (batterie)
  • vendredi 11 novembre à 20h à l'Opéra de Limoges dans le cadre du Festival Eclats d’Email
    Itamar Borochov (trompette)
    Aviv Bahar (chant, kopuz, oud)
    Shai Maestro (piano)
    Avri Borochov (contrebasse)
    Jay Sawyer (batterie)

Sur le même thème

La programmation musicale :

    Avri's Tune

    Itamar BorochovALBUM : « Boomerang »LABEL : Laborie Jazz
    Avri's Tune

    Exactly Like You

    Cécile Mclorin SalvantALBUM : « Cécile »LABEL : Agate
    Exactly Like You

    Philly Mignon

    Freddie HubbardALBUM : « Here To Stay »LABEL : Blue Note
    Philly Mignon

    Moment's Notice

    ALBUM : « The Mallett-Horn Jazz Band »LABEL : Klarthe
    Moment's Notice

    Jones Street

    Itamar BorochovALBUM : « Boomerang »LABEL : Laborie Jazz
    Jones Street

    Œdipe

    Frank Woeste, Dave DouglasALBUM : « Dada People »LABEL : Greenleaf
    Œdipe

    The Afro Latin Jazz Suite, Mvt 4 : What Now

    Arturo O’farrillALBUM : « Cuba, The Conversation Continues »LABEL : Motéma
    The Afro Latin Jazz Suite, Mvt 4 :  What Now

    Circuit

    Tom HarrellALBUM : « Something Gold, Something Blue »LABEL : HighNote
    Circuit

    Early Autumn

    Toots Thielemans ALBUM : « The Amazing Sound of Toots Thielemans »LABEL : Fresh Sound
    Early Autumn
L'équipe de l'émission :