Open jazz
Magazine
Mardi 15 septembre 2020
54 min

Immanuel Wilkins, la nouvelle étoile d'Omega

C’est durant ses études à la Juilliard School de New York que le jeune saxophoniste Immanuel Wilkins a écrit les compositions de ce qui allait devenir son très attendu premier album. “Omega” paraît chez Blue Note/Universal.

 Immanuel Wilkins, la nouvelle étoile d'Omega
Immanuel Wilkins, © Universal

Au sommaire aujourd'hui

  • Immanuel Wilkins à la Une

Quand Immanuel Wilkins a composé la musique de Mary Turner - An American Tradition, l'une des pièces marquantes de son premier album “Omega”, il a voulu créer quelque chose qui parle directement à l'expérience des Noirs en Amérique. Immanuel Wilkins, saxophoniste alto de 22 ans originaire de Upper Darby en Pennsylvanie, ne pensait à rien de positif, il voulait juste transmettre la profonde douleur que son peuple a endurée dans ce pays pendant des siècles. Comme celle de Mary Turner, une femme noire enceinte de huit mois, tuée en Géorgie lors d'un lynchage en 1918, après qu'elle ait publiquement dénoncé le meurtre de son mari, également lynché. Une foule de Blancs l'a pendue la tête en bas, l'a brûlée, puis a découpé son bébé et piétiné son enfant à naître.

  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Vincent Peirani & Emile Parisien jeudi 17 septembre à 20h30 à l’Astrada à Marciac (32). Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
  • 1 invitation pour 2 à gagner poir le concert de Dexter Goldberg au jeudi 17 septembre à 20h30 au théâtre Quintaou dans le cadre du Anglet Jazz Festival. Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour le premier mail.
  • 1 invitation pour 2 à gagner poir le concert de Irving Acao & Carlos Sarduy by El Comité vendredi 18 septembre à 20h30 au théâtre Quintaou dans le cadre du Anglet Jazz Festival. Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour le premier mail.
  • 1 invitation pour 2 à gagner poir le concert de Laurent Coulondre samedi 19 septembre à 20h30 au théâtre Quintaou dans le cadre du Anglet Jazz Festival. Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour le premier mail.
  • 2 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Anne Paceo samedi 19 septembre à 16h30 à la Salle Marcel-Hélie à Coutances (50) dans le cadre du Week-End Jazz Sous les Pommiers. Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 2 premiers mails.
« Omega »
« Omega »

Immanuel Wilkins a relevé cette douleur en utilisant la première moitié de sa composition pour imaginer la tentative de fuite de Mary Turner avant que la deuxième moitié n'éclate en une rafale de cuivres gémissants, d'accords de piano qui s'intensifient et de grondements de tambours torrentiels. Elle communique la terreur qu'elle a dû ressentir à ce moment. "Avec le pianiste Micah Thomas, on regarde des films d'horreur", dit Wilkins, "mais à quoi ça ressemble de créer une version audible de l'horreur ?"

Produit par Jason Moran et mettant en vedette le quartet de Immanuel Wilkins avec Micah Thomas au piano, Daryl Johns à la contrebasse et Kweku Sumbry à la batterie, “Omega” ne suit pas seulement la quête du Christ de Wilkins, c'est un vaste opus sur la totalité de la vie des Noirs. Le premier morceau, Warriors, est un empli de lumière et déballe l'amour qui vous est le plus proche. "Il y est question de vos amis, de votre famille, de votre quartier et de votre communauté", dit Immanuel Wilkins. "Il s'agit de combattre pour ce en quoi nous croyons."

Ce message sera encore plus fort en 2020, alors que le monde est aux prises avec une pandémie mondiale et que les villes américaines se soulèvent à la suite des meurtres de George Floyd, Breonna Taylor et Ahmaud Arbery, trois Noirs non armés morts des mains de policiers ou miliciens Blancs. C'est un récit trop familier : Floyd et Taylor ont été assassinés par des officiers de police, et Arbery a été abattu alors qu'il faisait son jogging à travers Satilla Shores, en Géorgie. Nous ne sommes pas loin de 2014, lorsque Mike Brown, Jr, un adolescent noir non armé, a été abattu par l'officier de police Darren Wilson à Ferguson, Mo. Wilson n'a pas été inculpé ; la décision a conduit à une rébellion généralisée dans la ville. Ferguson - Une tradition américaine, dans “Omega”, prend le pouls de la région à ce moment-là, lorsque le calme a pris le pas sur la colère face à la perte insensée de vies humaines. Il raconte l'histoire à l'envers, des suites de la fusillade aux premiers coups de feu. La pièce devient de plus en plus émeutière au fur et à mesure qu'elle se déroule, et dans sa seconde moitié, Micah Thomas et Kweku Sumbry amplifient le morceau avec des échanges entre clavier et percussions comme s’il s’agissait d’orchestrer une révolution.

Bien qu'il existe des parallèles entre les morceaux de Ferguson et de Turner, ce dernier est destiné à éduquer les auditeurs qui pourraient ne pas connaître l'activiste. "Tous les titres sont pour moi une tentative d'approfondir la réflexion", dit Wilkins. "La plupart des gens connaissent Ferguson et c'est pourquoi il est intéressant de se pencher sur Mary Turner pour voir que ces deux histoires sont en quelque sorte des traditions américaines. Il s'agit de brosser un tableau de la façon dont le lynchage des Noirs se poursuit encore aujourd'hui". À l'inverse, The Dreamer est apaisant, reposant sur un mélange de contrebasse, de piano et de balais sur la batterie destiné à honorer la vie de l'auteur, professeur et activiste noir James Weldon Johnson, premier secrétaire exécutif de la NAACP. 

Immanuel Wilkins a grandi juste à la périphérie de Philadelphie auprès de parents qui l'ont initié à la musique dès son plus jeune âge. Il a commencé à chanter et à jouer du violon à l'âge de trois ans, puis il s'est mis au piano deux ans plus tard. De l'aveu même de Wilkins, aucun de ces instruments ne lui convenait vraiment. Mais le virus de la musique ne l'a pas quitté, et dès son CE2, il a eu la chance de rejoindre l'orchestre de son école primaire s'il apportait son propre instrument. Il a demandé à ses parents un saxophone, mais au début, ils n'étaient pas très enthousiastes. Ils lui ont dit : "Eh bien, nous avons payé des leçons pour tous ces instruments, alors tu vas devoir nous montrer que tu veux vraiment en jouer", se souvient Wilkins. Ses parents ont accédé à sa demande, bien qu'ils n'aient pas payé les leçons de saxophone tout de suite : "Ce n'est que quelques semaines plus tard que je suis rentré de l'église et que j'ai travaillé sur un des hymnes. C'est alors qu'ils ont réalisé que j'étais sérieux et ont voulu m’encourager". Immanuel Wilkins était un grand fan de Kenny Garrett, le légendaire saxophoniste de Miles Davis et ancien membre de l'orchestre Mel Lewis. "C'est comme ça que je suis entré dans le saxophone", se souvient Wilkins.

Lorsque Immanuel Wilkins a commencé le jazz à l'école primaire, ses parents l'ont également inscrit au Philadelphia Clef Club of Jazz and Performing Arts, où il a étudié sous la direction de son directeur musical, Lovett Hines. En quatrième année, Wilkins a commencé à étudier au Kimmel Center for the Performing Arts sous la direction des professeurs Marc Johnson et Anthony Tidd. "J'étudiais avec des gens qui étaient de sérieux clients et des légendes de la scène de Philadelphie", explique Wilkins. "Les jeunes n'ont pas vraiment l'occasion d'être entourés de pointures comme ça. J'ai pu travailler avec le Sun Ra Arkestra et jouer avec des gens comme Mickey Roker, Edgar Bateman, Charles Fambrough, Marshall Allen et Trudy Pitts. Ces personnes ont façonné ce que je suis aujourd'hui". Adolecent, au lycée d’Upper Darby, il a participé au Grammy Camp, Jazz Session, où il a eu la chance, avec 31 autres élèves, d'assister aux Grammy Awards et de jouer à l’after-show de la soirée officielle.

Après avoir obtenu son bac, Immanuel Wilkins s'est installé à New York en 2015 pour fréquenter la Juilliard School. Dans cette ville, il rencontre le trompettiste Ambrose Akinmusire, qui lui sert de mentor. Il a également rencontré un musicien qui allait changer sa vie professionnelle, Jason Moran, l'éminent pianiste qui a emmené le jeune saxophoniste en tournée. Dans ce qui fut l'un des plus grands concerts de Immanuel Wilkins à ce jour, il joua de l'alto dans In My Mind : Monk at Town Hall, 1959 de Moran, une série de concerts honorant l’héritage de Thelonious Monk. Depuis, Wilkins a travaillé avec un grand nombre d'artistes, dont Solange Knowles, Gretchen Parlato, Wynton Marsalis, Gerald Clayton, Aaron Parks et Joel Ross, faisant une apparition remarquée sur le premier “KingMaker” du vibraphoniste, sur Blue Note, en 2019.

"Immanuel a toujours regardé vers l'avant, musicalement", dit Jason Moran. "C'est un musicien puissant. Il mélange les traditions d'une manière que seule sa génération sait réaliser. Son groupe est sur le point d'entamer une nouvelle esthétique que j'ai hâte d'entendre se développer. L'avenir de la musique repose sur ces musiciens, et je fais confiance à leur instinct".

La première pièce qu'il a écrite pour cet album, en 2013, était une suite en quatre parties : The Key, Saudade, Eulogy et Guarded Heart. Située vers la fin de l'album, la suite est la pièce maîtresse d’“Omega”, une aventure de plus de 20 minutes à travers des sonorités recueillies et tumultueuses qui synthétisent l'album. 

"Après l'assassinat de George Floyd, il y a une énorme attente pour mettre fin à ces lynchages", conclut Immanuel Wilkins. "Qu'est-ce que le changement ? Et quelle est la réalité de ce à quoi ces choses ressemblent en pratique ? Sandra Bland, Michael Brown, Breonna Taylor, Tamir Rice, Philando Castile… à quoi ressemble la fin de tout cela ?"
(extait du communiqué de presse - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)

La programmation musicale :
  • 18h09
    But beautiful - BILL EVANS TRIO
    Bill Evans Trio

    But Beautiful

    Jimmy Van Heusen. : compositeur, Johnny Burke. : compositeur, Bill Evans (piano), Marc Johnson (contrebasse), Joe La Barbera (batterie)
    Album The last waltz / Live septembre 1980 Label Milestone (8MCD-4430-2)
  • 18h13
    Omega - IMMANUEL WILKINS
    Immanuel Wilkins

    Omega

    Immanuel Wilkins. : compositeur, Immanuel Wilkins (saxophone alto), Micah Thomas (piano), Daryl Johns (contrebasse), Kweku Sumbry (batterie)
    Album Omega Label Blue Note (00602508947971) Année 2020
  • 18h25
    Ferguson : An American tradition - IMMANUEL WILKINS
    Immanuel Wilkins

    Ferguson - An American Tradition

    Immanuel Wilkins. : compositeur, Immanuel Wilkins (saxophone alto), Micah Thomas (piano), Daryl Johns (contrebasse), Kweku Sumbry (batterie)
    Album Omega Label Blue Note (00602508947971) Année 2020
  • 18h33
    Alabama (takes 4 & 5) - JOHN COLTRANE
    John Coltrane

    Alabama

    John Coltrane. : compositeur, John Coltrane (saxophone ténor), McCoy Tyner (piano), Jimmy Garrison (contrebasse), Elvin Jones (batterie)
    Album The Classic Quartet Label Impulse ! (IMPD8-280)
  • 18h40
    April in Paris - CHARLIE PARKER QUINTET
    Charlie Parker Quintet

    April in Paris

    Vernon Duke. : compositeur, Yip Harburg. : compositeur, Kenny Dorham (trompette), Charlie Parker (saxophone alto), Al Haig (piano), Tommy Potter (contrebasse), Roy Haynes (batterie)
    Album Integrale Charlie Parker - Laura - 1950 Label Frémeaux & Associés (FA 1338) Année 2014
  • 18h43
    Fuga y misterio - VINCENT PEIRANI & EMILE PARISIEN
    Vincent Peirani & Emile Parisien

    Fuga y misterio

    Astor Piaszzola. : compositeur, Vincent Peirani (accodéon), Emile Parisien (saxophone soprano)
    Album Abrazo Label Act (ACT96312) Année 2020
  • 18h48
    E'cha - EL COMITE
    El Comité

    E'cha

    Harold Lopez Nussa. : compositeur, Carlos Sarduy (trompette, bugle), Irving Acao (saxophone ténor), Harold López-Nussa (piano), Rolando Luna (claviers), Gaston Joya (basse), Rodney Barreto (batterie), Yaroldy Abreu (percussions)
    Album Y qué !? So What Label Inouïe Distribution (50720181)
  • 18h54
    Peri's scope - TRIO LINGUAE
    Trio Linguae

    Peri's scope

    Bill Evans. : compositeur, Trio Linguae, Kevin Woods (trompette, bugle), John Stowell (guitare), Miles Black (piano)
    Album Signals Label Origin (82805) Année 2020
L'équipe de l'émission :