Open jazz
Magazine
Vendredi 23 octobre 2015
58 min

Hommage à Mark Murphy

Disparition jeudi 22 octobre 2015 du chanteur Mark Murphy.

Hommage à Mark Murphy
Mark Murphy

Au sommaire aujourd'hui

Hommage à Mark Murphy

Jazz au Trésor : Horace Silver - Guides to Growing Up
Jazz Agenda : semaine du 19 au 25 octobre 2015
Jazz Trotter : NEA Jazz Masters 2016
Jazz Culture : Music For Ironing On A Rainy Sunday Afternoon
TOUS LES TITRES DIFFUSES SONT EN BAS DE PAGE A LA RUBRIQUE "PROGRAMMATION MUSICALE"

Mark Murphy avec Kurt Elling, Jon Hendricks, Kevin Mahogany en 2003 au North Sea Festival ©Christian Ducasse
Mark Murphy avec Kurt Elling, Jon Hendricks, Kevin Mahogany en 2003 au North Sea Festival ©Christian Ducasse

Mark Murphy (14 mars 1932 - 22 octobre 2015) était à côté de Jon Hendricks et de Mel Tormé, l'un des piliers fondateurs du jazz vocal masculin, capable d'improviser aussi bien sur le plan musical que sur les textes. Six fois nommé aux Grammy Awards. S'il fit ses débuts discographiques chez Decca en 1956, hésitant encore entre une carrière de comédien et de chanteur, c'est au moment de son séjour à Los Angeles en 1958, puis à son retour à New York en 1960 qu'il signa des albums majeurs. Ella Fitzgerald disait de lui: « Il est mon double masculin ».

Découvert par Sammy Davis Jr., Mark Murphy a entamé sa carrière discographique chez Decca à 24 ans, en 1956 à New York, sous la direction artistique de Milt Gabler (qui avait déjà produit Lester Young, Coleman Hawkins, Billie Holiday ou Ella Fitzgerald). Il passa chez Capitol en déménageant à Los Angeles et réalisa l’un de ses chefs d’œuvre, « Rah ! » sur Riverside, à son retour à New York en 1961. À la fin des années 60, il s’installa pour quelques années à Londres et se produisit en Europe. Mais c’est à son retour aux USA en 1972 qu’il enchaîna pour le label Muse les albums qui lui valurent une reconnaissance unanime et un statut de référence dans le jazz vocal masculin hérité du bebop. Six fois nommé aux Grammy Awards, Mark Murphy est le maître de Kurt Elling et David Linx. Au-delà de son aisance confondante d’improvisateur, il partage avec eux le talent d’écriture de ses textes. Il avait enregistré une quarantaine d’albums sous son nom.

Régulièrement critiqué à ses débuts pour une apparente affectation dans l'articulation, sa virtuosité à improviser sur toutes les tonalités et les tempos fit vite l'unanimité. En 1963 il serait la révélation vocale de l'année pour le magazine Down Beat et à la fin de la décennie, il s'installerait à Londres comme acteur. Son retour discographique au jazz chez le label américain Muse, pour quatorze ans à partir de 1973, allait correspondre à sa période de reconnaissance définitive. Avant d’enregistrer quelques superbes albums pour Verve ces dernières années. La maladie qui l’éloignait de la scène depuis 2012 vient de l’emporter à 83 ans.

Ailleurs sur le web

Sur le même thème

La programmation musicale :

    Blood Count

    Mark MurphyALBUM : « Kerouac, Then And Now »LABEL : Muse
    Blood Count

    Beauty and The Beast

    Mark MurphyALBUM : « Beauty and The Beast »LABEL : Muse
    Beauty and The Beast

    Parade

    Sullivan FortnerALBUM : « Aria »LABEL : Impulse !
    Parade

    Between Two Worlds

    Simon DenizartALBUM : « Between Two Worlds »LABEL : The 270 Sessions
    Between Two Worlds

    The things That Really Matter

    Horace SilverALBUM : « Guides to Growing Up »LABEL : Silveto
    The things That Really Matter

    Blues In The Air

    Sidney BechetALBUM : « Le soir où l’on cassa l’Olympia »LABEL : Vogue
    Blues In The Air

    Stolen Moments

    Mark MurphyALBUM : « Love Is What Stays »LABEL : Verve
    Stolen Moments

    Teacher’s Pet

    Theo BleckmannALBUM : « Music For Ironing On A Rainy Sunday Afternoon »LABEL : Winter & Winter
    Teacher’s Pet

    Extension

    ALBUM : « Waï Nox »LABEL : Collectif Loo
    Extension

    Fanfare / Mother of the Dead Man

    Gary BurtonALBUM : « A Genuine Tong Funeral »LABEL : RCA
    Fanfare / Mother of the Dead Man
L'équipe de l'émission :