Open jazz
Magazine
Mardi 27 décembre 2016
58 min

Helen Merrill, la voix des songes (7/10) : Le retour au pays

Une chanteuse culte, l’une de ces références que l’on ne confie, à voix basse, qu’à ceux que l’on aime. Helen Merrill, née le 21 juillet 1930, est de cette génération qui a côtoyé l’Olympe du jazz new-yorkais durant un demi-siècle. Elle nous a reçus chez elle à Manhattan, fin septembre. Portrait.

Helen Merrill, la voix des songes (7/10) : Le retour au pays
Helen Merrill en concert

Première scène accompagnée par Bud Powell, première tournée avec Earl Hines, premier album avec un Quincy Jones de 21 ans, côtoyer Miles Davis ou Bill Evans, tirer Gil Evans de l’oubli : son enfance n’a pas été rose, mais une bonne étoile accompagne Helen Merrill dès ses débuts professionnels.

Ce qui fascine chez Helen Merrill, c’est une singularité radicale, assumée, indifférente aux aléas de la notoriété. D’abord, un voile unique dans sa voix, à vous secouer de frissons sur les ballades qu’elle affectionne par dessus tout ; ensuite, une capacité d’oreille qui lui fait mémoriser mélodies et harmonies avec le naturel désarmant de ceux qui ne lisent pas la musique ; et aussi une indépendance d’esprit qui lui fera toujours préférer les phrasés de instrumentistes à forte personnalité à l’aisance technique des divas du jazz vocal.

Une voix aux couleurs de soie, intérieure, intime, d’une extrême sensualité et une musicalité rare qui la conduira à mener une carrière selon son bon plaisir et à réussir ses échanges avec d’autres esthétiques, notamment lors de ses longs séjours en Italie ou au Japon.

En dehors de ses débuts avec une série d’albums produits par Bob Shad chez Mercury, et des années 80-90 chez Verve, la discographie d’Helen Merrill est à la fois conséquente, avec nombre de pépites cachées, et extrêmement dispersée. Son portrait nécessitait donc de rassembler ces traces éparses. Le souffle est au rendez-vous.

Veuve du pianiste et arrangeur Torrie Zito depuis 2009, Helen Merrill s’était imposé une cure de silence. Depuis quelques mois, elle apparaît de temps en temps à New York accompagnée par Bill Charlap, ou en invitée du Gil Evans Orchestra. Au printemps 2017, elle donnera une série de concerts au Japon et rêve de revenir chanter à Paris. Champagne…

Helen Merrill, la voix des songes :

(1/10) L’enfance de l’art
(2/10) Le pied à l’étrier
(3/10) Premiers albums
(4/10) Une palette élargie
(5/10) Le voyage en Italie
(6/10) Les années au Japon

(7/10) Le retour au pays
Avant et pendant le long séjour japonais, Helen Merrill enregistra des sessions délicieuses avec Dick Katz à New York. Elle profita aussi d’une tournée sur place avec Teddy Wilson pour graver un album désarmant de naturel. Le jazz, la scène, les musiciens lui manquaient trop : quand elle rentre définitivement aux USA, elle retrouve John Lewis et un producteur japonais lui confie une mission de productrice pour des pianistes qu’elle adore.

(8/10) D’autres horizons
(9/10) En Verve
(10/10) L'autoportrait

Programmation musicale

Helen Merrill « Helen Merrill »
You'd Be So Nice To Come Home To (Cole Porter)
EmArcy 8382922

Helen Merrill
Helen Merrill

Helen Merrill, Teddy Wilson « Helen Sings, Teddy Swings ! »
Summertime (George Gershwin, DuBose Heyward)
Catalyst 7903

Helen sings, Teddy swings
Helen sings, Teddy swings

Helen Merrill, Teddy Wilson « Helen Sings, Teddy Swings ! »
East Of The Sun (Brooks Bowman)
Catalyst 7903

Helen sings, Teddy swings
Helen sings, Teddy swings

Helen Merrill, Dick Katz « The Feeling Is Mutual »
You're My Thrill (Clare, Gorney)
EmArcy 832590-2

The feeling is mutual
The feeling is mutual

Helen Merrill, Dick Katz « The Feeling Is Mutual »
What Is This Thing Called Love (Cole Porter)
EmArcy 832590-2

The feeling is mutual
The feeling is mutual

Helen Merrill Dick Katz « The Feeling Is Mutual »
Here's That Rainy Day (Burke, Van Heusen)
EmArcy 832590-2

The feeling is mutual
The feeling is mutual

Helen Merrill, Dick Katz « The Feeling Is Mutual »
Deep In A Dream (DeLange, Van Heusen)
EmArcy 832590-2

The feeling is mutual
The feeling is mutual

Helen Merrill, Dick Katz « A Shade of Difference »
Lonely Woman (O. Coleman, Guryan)
EmArcy 558851-2

A shade of Difference
A shade of Difference

Helen Merrill, Dick Katz « A Shade of Difference »
I Should Care (Cahn, Stordahl, Weston)
EmArcy 558851-2

A shade of Difference
A shade of Difference

Helen Merrill, Gordon Beck « No Tears, No Goodgbyes »
I Love Paris (Cole Porter)
Owl 038

 No Tears, No Goodbyes
No Tears, No Goodbyes

Helen Merrill, John Lewis « Helen Merrill with John Lewis »
I'm Mad About The Boy (N. Coward)
Kenwood 25047

John Lewis & Helen Merrill
John Lewis & Helen Merrill

Sir Roland Hanna, Helen Merrill « Plays the Music of Alec Wilder »
Sounds Around The House (Alec Wilder, Johnny Mercer)
EmArcy 5588392

Plays the Music of Alec Wilder
Plays the Music of Alec Wilder

Al Haig, Helen Merrill « Plays the Music of Jerome Kern »
They Didn't Believe Me (Jerome Kern, Herbert Reynolds)
EmArcy 5588402

Plays the Music of Jerome Kern
Plays the Music of Jerome Kern

Tommy Flanagan, Helen Merrill « Plays the Music of Harold Arlen »
Last Night When We Were Young (Harold Arlen, E.Y. Harburg)
EmArcy 5588382

  Tommy Flanagan plays the music of Harold Arlen
Tommy Flanagan plays the music of Harold Arlen
L'équipe de l'émission :
Mots clés :