Open jazz
Magazine
Vendredi 10 mai 2019
54 min

Harold Mabern le piano de fer

Le vénérable pianiste Harold Mabern donne une leçon de swing lors d'une soirée mémorable sur la scène du Smoke à New York. "The Iron Man : Live at Smoke", double disque paru chez Smoke Sessions Records.

Harold Mabern le piano de fer
Harold Mabern, © haroldmabern.jazzgiants.net

Au sommaire aujourd'hui

  • Harold Mabern à la Une

The Iron Man” a été enregistré lors de la dernière soirée d'une résidence de trois semaines, une tradition annuelle au célèbre club de l’Upper West Side new-yorkais. Pour cette dernière représentation en état de grâce, Harold Mabern et son quartet au long cours - le saxophoniste ténor Eric Alexander, le bassiste John Webber et le batteur Joe Farnsworth - ont fait swinguer avec une vigueur réjouissante les airs préférés du pianiste.

  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Benoît Delbecq samedi 11 mai à 21h au Moulin à Jazz à Vitrolles (13). Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Orbit jeudi 16 mai à 20h30 à la Chapelle du Méjan à Arles (13) dans le cadre de Jazz In Arles avec l'association du Méjean. Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
« The Iron Man : Live at Smoke »
« The Iron Man : Live at Smoke »

Bien qu'il ait été enregistré au cours d'une seule soirée, “The Iron Man : Live at Smoke” renferme toute une vie de musique. S'il est un peu exagéré de dire que l'album représente une sorte d’autobiographie, c'est uniquement parce que, à 82 ans, le maître Harold Mabern raconte son histoire dans chaque phrase et chaque note qu'il joue. 

La soirée débute avec le funk endiablé de A Few Miles from Memphis, la chanson titre du premier album du pianiste en 1968. La pièce rappelle le rôle vital de Harold Mabern en tant que pionnier du soul jazz aux côtés de collaborateurs comme le grand trompettiste Lee Morgan. Plus important encore, il ramène le pianiste à ses racines à Memphis, au Tennessee, où il s'est laissé envoûter par le grand innovateur du jazz et du blues que fut Phineas Newborn Jr. La légendaire traditions blues de la ville s’est ancrée dans une génération de jeunes musiciens. Harold Mabern a par exemple obtenu son diplôme du Manassas High School, tout comme Charles Lloyd ou ses futurs compagnons Booker Little, Frank Strozier et George Coleman.

Beaucoup de ces Memphians se réunirent à nouveau à Chicago au milieu des années 50 et c'est là que Mabern a affiné ses grooves hard bop en accompagnant des ténors aussi puissants que Johnny Griffin, Gene Ammons ou Clifford Jordan. À la fin de la décennie, il s'était déjà rendu à New York, où il allait bientôt devenir l'un des sideman les plus sollicités, notamment par les leaders les plus célèbres de cette génération comme Lionel Hampton, Donald Byrd, Sonny Rollins, Freddie Hubbard, Joe Williams et Hank Mobley.

Harold Mabern a forgé un lien durable avec Lee Morgan, enregistrant en 1965 l'album classique “The Gigolo for Blue Note” et continue de jouer avec le trompettiste jusqu'à sa mort tragique au Slug's en 1972. Entre-temps, Mabern commence à enregistrer sous son propre nom et sort quatre albums pour Prestige entre 1968 et 1970, avec des artistes tels que Lee Morgan, Blue Mitchell, George Coleman, Bill Lee, Hubert Laws et Idris Muhammad.

C’est dans ces contextes que Harold Mabern a contribué à définir la fusion de la soul et du jazz. Dans cet esprit Il a suivi un parcours parallèle à celui de Stanley Turrentine lorsqu'il a travaillé avec le saxophoniste soul sur les albums “The Sugar Man” et “Don't Mess With Mister T” du début des années 70.

“The Iron Man” se termine sur Rakin' and Scrapin, la chanson titre du deuxième album de Mabern en 1968, qui mettait en vedette George Coleman et le grand trompettiste Blue Mitchell en première ligne. Il avait enregistré à nouveau cette composition avec Lee Morgan dans “Live at the Lighthouse” dans les années 1970.

Que l’on écoute ces deux sets comme représentant une seule soirée de gala ou comme le résumé de 82 années mémorables, ils sont la preuve que Harold Mabern mérite le titre de The Iron Man : un musicien puissant, un mentor, une légende vivante.

La programmation musicale :
    18:07
    Harold Mabern

    « The Iron Man : Live at Smoke » A Few Miles From Memphis (Harold Mabern)

    Harold Mabern (piano), Eric Alexander (saxophone Ténor), John Webber (contrebasse), Joe Farnsworth (batterie)LABEL : Smoke SessionsANNÉE : 2018
    « The Iron Man : Live at Smoke » A Few Miles From Memphis (Harold Mabern)
    18:08
    Harold Mabern

    « The Iron Man : Live at Smoke » Rakin’ and Scrapin’ (Harlod Mabern)

    Harold Mabern (piano), Eric Alexander (saxophone Ténor), John Webber (contrebasse), Joe Farnsworth (batterie)LABEL : Smoke SessionsANNÉE : 2018
    « The Iron Man : Live at Smoke » Rakin’ and Scrapin’ (Harlod Mabern)
    18:16
    Harold Mabern

    « The Iron Man : Live at Smoke » Rakin’ and Scrapin’ (Harlod Mabern)

    Harold Mabern (piano), Eric Alexander (saxophone Ténor), John Webber (contrebasse), Joe Farnsworth (batterie)LABEL : Smoke SessionsANNÉE : 2018
    « The Iron Man : Live at Smoke » Rakin’ and Scrapin’ (Harlod Mabern)
    18:22
    Phineas Newborn Jr.

    « Here is Phineas - The Piano Artistry Of Phineas Newborn, Jr. » Barbados (Charlie Parker)

    Phineas Newborn Jr. (piano), Calvin Newborn (guitare), Oscar Pettiford (basse), Kenny Clarke (batterie)LABEL : AtlanticANNÉE : 1986
    « Here is Phineas - The Piano Artistry Of Phineas Newborn, Jr. » Barbados (Charlie Parker)
    18:27
    Tristan Mélia

    « No Problem » No Problem (Duke Jordan)

    Tristan Mélia (piano), Thomas Bramerie (contrebasse), Cédrick Bec (batterie)LABEL : JAZZ FAMILYANNÉE : 2019
    « No Problem » No Problem (Duke Jordan)
    18:36
    Stan Getz

    « Imagination » Strike Up The Band (Ira Gershwin, George Gershwin)

    Stan Getz (saxophone Ténor), Horace Silver (piano), Joe Gallaway (contrebasse), Walter Bolden (batterie)LABEL : Dreyfus JazzANNÉE : 2001
    « Imagination » Strike Up The Band (Ira Gershwin, George Gershwin)
    18:40
    Benoit Delbecq

    « Spots on Stripes » Rosemary K (Benoît Delbecq)

    Benoit Delbecq (piano), Mark Turner (saxophone Ténor), John Hébert (contrebasse), Gerald Cleaver (batterie)LABEL : Clean FeedANNÉE : 2018
    « Spots on Stripes » Rosemary K (Benoît Delbecq)
    18:46
    Octotrip

    « Octotrip » Ballade pour huit vents, Hexadanse (Patrice Caratini)

    Jules Boittin (trombone), Francois Chapuis (trombone), Robinson Khoury (trombone), Alexis Lahens (trombone), Charlie Maussion (trombone), Nicolas Vazquez (trombone), Victor Auffray (euphonium), Lucas Dessaint (tuba)LABEL : Matrisse ProductionsANNÉE : 2019
    « Octotrip » Ballade pour huit vents, Hexadanse (Patrice Caratini)
    18:49

    NOVE ALLA TURCA

    Renaud Garcia Fons, Claire AntoniniLABEL : E-MOTIVEANNÉE : 2019
    NOVE ALLA TURCA
    18:52
    Naima Girou

    « Sea of Red » Sea of Red (Naïma Girou, Oliver Jenkins)

    Naima Girou (voix, Contrebasse), John Owens (guitare), Jules Le Risbé (piano), Thomas Doméné (batterie)LABEL : AutoproductionANNÉE : 2018
    « Sea of Red » Sea of Red (Naïma Girou, Oliver Jenkins)
    18:54
    Octotrip

    « Octotrip » Ballade pour huit vents, Hexadanse (Patrice Caratini)

    Jules Boittin (trombone), Francois Chapuis (trombone), Robinson Khoury (trombone), Alexis Lahens (trombone), Charlie Maussion (trombone), Nicolas Vazquez (trombone), Victor Auffray (euphonium), Lucas Dessaint (tuba)LABEL : Matrisse ProductionsANNÉE : 2019
    « Octotrip » Ballade pour huit vents, Hexadanse (Patrice Caratini)
    18:55
    Laurie Antonioli

    « The Constant Passage of Time » Layla (Nguyên Lê, Laurie Antonioli)

    Laurie Antonioli (voix), Dave Mac Nab (guitare)LABEL : OriginANNÉE : 2019
    « The Constant Passage of Time » Layla (Nguyên Lê, Laurie Antonioli)
L'équipe de l'émission :