Open jazz
Magazine
Mercredi 6 février 2019
54 min

Frank Morgan & George Cables, duo inédit à Montréal 1989

Un inédit d’un poète maudit, le saxophoniste Frank Morgan. Plus de la moitié de sa vie en prison, l’autre en état de grâce. Le bebop tel qu’il déchire.

Frank Morgan & George Cables, duo inédit à Montréal 1989
Frank Morgan / George Cables, © Gene Martin / Roberto Cifarelli

Au sommaire aujourd'hui

  • Frank Morgan & George Cables à la Une

Les enregistrements de duo de jazz peuvent fournir une gamme d’expressions musicales extrêmement vaste. La profondeur, l’humour, la tendresse, l’introspection, l’exubérance et toute une série d’autres qui peuvent apparaître d’un claquement de doigts. Ce type d’interactivité en mouvement constant est présente dans ce concert au Théâtre Port-Royal de Montréal, le 1er juillet 1989, dans la cadre du Festival International de Jazz de Montréal

  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Antichamber Music [The Bridge #10] - Improvisations pour un quartet imaginaire samedi 09 février à 21h au Moulin à Jazz à Vitrolles (13). Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Akpe Motion vendredi 08 février à 18h30 au théâtre Denis de Hyères (83). Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
« Montreal Memories »
« Montreal Memories »

Depuis la sortie du saxophoniste de ses 30 années d’incarcération, en 1985, Frank Morgan et George Cables ont souvent joué ensemble et leurs improvisations sont empreintes d'une communication quasi télépathique. La profondeur du son de piano de George Cables est le complément idéal du son d’alto de Frank Morgan légèrement sec et similaire à celui de Charlie Parker. 

Normal : Stanley Morgan, le père de Frank, l’avait emmené écouter Bird, au sein de l’orchestre de Jay McShann, en 1940. Le fiston avait 7 ans… Le solo que prit ce soir là Charlie Parker sur Hootie Blues allait décider de la vie du gamin. “C’est ça ! C’est ça que je veux. C’est ce que je veux jouer” se rappellerait-il plus tard. Las, son addiction à l’héroïne dès l’âge de 17 ans, lui valut d’être emprisonné pour de très longues années en 1955 alors même qu’il venait de publier son premier disque en leader, “Frank Morgan” sur le label de Norman Granz. Il avait 22 ans. Il ne reprendra sa discographie qu’en 1985 pour une seconde carrière qui le vit enregistrer une vingtaine d’albums.

Le pianiste George Cables, de 14 ans son cadet le rencontra à Los Angeles, dans les années 80, peu avant sa libération de San Quentin. Frank Morgan cherchait un partenaire pour jouer en duo. Ils enregistrèrent “Double Image” sur le label Contemporary en mai 1986 et se produisirent en club à Hollywood. C’est là que l’écrivain Michael Connelly les entendit et communiqua son enthousiasme au héros de ses polars, Hieronymous (Harry) Bosch, qui les évoque à plusieurs reprises. Une fiction troublante à propos d’un jazzman dont la vie - à l’instar de celle d’Art Pepper, d’ailleurs - fut celle d’un vrai personnage de roman noir. À noter que jouer encore de ces aller-retours entre fiction et réalité, Michael Connelly demanda à George Cables de l’accompagner au piano quand il fit la tournée de promotion de Lost Light (Lumière morte) !

Vingt ans après, l’admiration de George Cables pour Frank Morgan est intacte : “Frank était un amoureux de la mélodie, il lui conférait une tendresse particulière, il ralentissait le tempo… Ce gars était un immense lyrique.” “Montreal Memories” sort chez HighNote (distrib. Socadisc) et est d’autant plus précieux qu’il s’agit du seul témoignage enregistré des nombreux concerts du duo.

Programmation musicale

Frank Morgan, George Cables « Montreal Memories »
Helen's Song (George Cables)
HighNote 7320

« Montreal Memories »
« Montreal Memories »

Frank Morgan, George Cables « Montreal Memories »
Medley : Nefertiti / Billie's Bounce (Wayne Shorter / Charlie Parker)
HighNote 7320

« Montreal Memories »
« Montreal Memories »

Wolfgang Lackerschmid,  Chet Baker « Ballads For Two »
Why Shouldn't You Cry (muted trumpet version) (Wolfgang Lackerschmid)
Dot Time 8012

« Ballads For Two »
« Ballads For Two »

Benny Goodman « The Famous 1938 Carnegie Hall Jazz Concert »
Presentation / Blue Reverie (Benny Goodman Duke Ellington, Harry Carney)
Columbia Legacy C2K65143

« The Famous 1938 Carnegie Hall Jazz Concert »
« The Famous 1938 Carnegie Hall Jazz Concert »

Claudia Solal « Butter in my Brain »
The Grass is Greener (Claudia Solal, Benjamin Moussay)
Abalone31

« Butter in my Brain »
« Butter in my Brain »

Akpe Motion « Migrations 2 »
NYC Calling (Jean Gros)
Autoprod

« Migrations 2 »
« Migrations 2 »

Possible(s) Quartet « Songs From Bowie »
Absolute Beginners (David Bowie)
Les ImproFreeSateurs 3760231766423

« Songs From Bowie »
« Songs From Bowie »

Laurent David « Naked »
Mesentropie (Laurent David)
Label Durance SOLO#1

« Naked »
« Naked »

The Way Ahead « Bells, Ghosts and Other Saints »
 Bells, Ghosts and Oher Saints (Toilef Østvang)
Clean Feed 507

 Bells, Ghosts and Other Saints »
Bells, Ghosts and Other Saints »
L'équipe de l'émission :