Open jazz
Magazine
Mercredi 28 mai 2014
1h 11mn

European Cool Jazz, 1951-59, les déclarations d'indépendances

Parution du coffret 2 CD « European Jazz Cool, 1951-59 » chez Frémeaux.

Au sommaire aujourd'hui

À noter qu'exceptionnellement l'émission est prolongée jusqu'à 19h25
European Jazz Cool à la Une
Jazz au Trésor : Roland Kirk - Domino
Jazz Agenda : semaine du 26 mai au 1er juin
Jazz Bonus : Eva Kess
Jazz Trotter : Rembrandt Frerichs ou le Piano Forte Contemporain
TOUS LES TITRES DIFFUSES SONT EN BAS DE PAGE A LA RUBRIQUE "PROGRAMMATION MUSICALE"

Jeudi 14 juin 1951. À l’occasion de la « soirée jazz » du 3ème Festival de Musique de Clamart, les représentants du « vieux style » avaient été invités en nombre, André Reweliotty, Eddie Bernard, Claude Bolling, à la tête de leurs formations respectives. Annoncé mais absent en raison d’un accident d’auto, Sidney Bechet fut remplacé au pied levé par Don Byas. Également programmé, le sextette d’Henri Renaud composé de deux Américains fraîchement débarqués - un saxophoniste ténor, Sandy Mosse, un guitariste, Jimmy Gourley -, d’un Belge Bobby Jaspar, ténor lui aussi, et de trois Français, Pierre Michelot, Pierre Lemarchand et Henri Renaud : « À Paris alors, nous étions les seuls à jouer une musique où se mêlaient l’influence de Charlie Christian et de Lester Young et celle de Dizzy Gillespie et Charlie Parker. En France, la rupture de toute relation avec l’Amérique, due à la seconde guerre mondiale, a fait qu’à la Libération, nous sommes passés brutalement de Django Reinhardt à Parker, ignorant le rôle primordial joué par Charlie Christian et Lester Young (1). » Le Prez dont André Hodeir disait : « On a cru longtemps que Lester Young avait renouvelé le style du ténor ; c’est une nouvelle conception du jazz qu’il a fait naître (2). »

Une vérité dont Jimmy Gourley se faisait l’ardent propagantiste. « C’est grâce à lui que j’ai connu le jazz que j’aime. Sans lui j’aurais certainement ignoré Al Cohn, Tiny Kahn, Johnny Mandel et, cachés derrière eux, Lester et le Count (3) » dira Henri Renaud, alors fasciné par Al Haig. En compagnie de Sandy Mosse, un inconditionnel de Lester et d’Al Cohn, de Bobby Jaspar, admirateur de Stan Getz et de Warne Marsh, et de Jimmy Gourley, disciple de Jimmy Raney l’inventeur d’une approche nouvelle de la guitare héritière de Charlie Christian, il allait faire découvrir aux Parisiens une forme de jazz moderne. Inédite ici, elle entrait dans la mouvance de ce qui se développait marginalement à New York et ouvertement sur la côte Ouest.

Ayant obtenu à Clamart un beau succès, le sextette se vit offrir l’opportunité d’enregistrer une dizaine de faces 78 tours. L’occasion pour lui d’afficher ses prises de position à une période où « la guerre du jazz était une réalité. Il fallait choisir son camp » rappellera Henri Renaud. Mis en présence de thèmes comme Godchild, Lady Be Bad et So What Could Be New ?, le chroniqueur (anonyme) de Jazz Hot botta en touche : l’orchestre jouait « cool » , ses interprètes étaient blancs donc le « cool » était au bop ce que le Dixieland était à la musique de la Nouvelle-Orléans. C. Q. F. D.[...]

En Angleterre, Suède, Allemagne, Italie, tout comme en France et en Belgique, la vague « cool » toucha un temps le jazz européen. Elle effleura aussi bien d’autres pays.[...]

Là-bas comme ailleurs, les sectateurs du jazz « cool » ne se contentaient pas de piétiner les plate-bandes cultivées par les boppers. En Europe comme aux Etats-Unis, ils n’hésitaient pas à tendre une oreille en direction de l’atonalité, de la polytonalité, du dodécaphonisme, des formes classiques aussi et de l’écriture en général. Ce qui leur valut d’être montrés du doigt par les intégristes de tout poil. Les choses étant ce qu’elles sont, bien naturellement le jazz passa à autre chose – nombre de musiciens le fit également -, reléguant aux oubliettes les tentatives conduites durant une courte décennie. Qu’importe. Ce qui reste de cette musique, qu’elle soit due à Bobby Jaspar, Lars Gullin, Jean-Claude Fohren-bach, Henri Renaud, Jimmy Gourley, Sadi, Hans Koller, Gianni Basso ou bien d’autres, montre qu’ils eurent raison d’aller voir ailleurs si l’herbe était plus verte.

Alain Tercinet (auteur de la sélection du double CD et du livret d'accompagnement)

La programmation musicale :

    Fedja

    Lars Gullin ALBUM : « European Jazz Cool, 1951-59 »LABEL : Frémeaux
    Fedja

    Spring Bells

    Rembrandt FrerichsALBUM : « A Long Story Short »LABEL : Challenge
    Spring Bells

    Don’t Touch The Grisbi

    Bernard PeifferALBUM : « European Jazz Cool, 1951-59 »LABEL : Frémeaux
    Don’t Touch The Grisbi

    Teanga

    Bobby JasparALBUM : « European Jazz Cool, 1951-59 »LABEL : Frémeaux
    Teanga

    I’m Shooting High

    Catherine RussellALBUM : « Bring It Back »LABEL : Jazz Village
    I’m Shooting High

    Jackie My Little Cat

    Kenny ClarkeALBUM : « European Jazz Cool, 1951-59 »LABEL : Frémeaux
    Jackie My Little Cat

    Get Out Of Town

    Roland KirkALBUM : « Domino »LABEL : Avid Jazz
    Get Out Of Town

    Bon appétit

    ALBUM : « Nikki & Jules »LABEL : Brojar Productions
    Bon appétit

    After A Dance Or Two…

    ALBUM : « Mind The Gap »LABEL : Filigree
    After A Dance Or Two…

    On A Blues

    ALBUM : « European Jazz Cool, 1951-59 »LABEL : Frémeaux
    On A Blues

    Passaglia, Variations n°8

    Hans KollerALBUM : « European Jazz Cool, 1951-59 »LABEL : Frémeaux
    Passaglia, Variations n°8

    Mekka

    ALBUM : « European Jazz Cool, 1951-59 »LABEL : Frémeaux
    Mekka

    Mon Petit

    Jutta HippALBUM : « European Jazz Cool, 1951-59 »LABEL : Frémeaux
    Mon Petit

    Blues For Gassman

    Gianni Basso, Oscar ValdambriniALBUM : « European Jazz Cool, 1951-59 »LABEL : Frémeaux
    Blues For Gassman

    Sanguine

    Bobby JasparALBUM : « European Jazz Cool, 1951-59 »LABEL : Frémeaux
    Sanguine

    Tune for Lu

    Eva KessALBUM : « Wondering What Is Coming »LABEL : evakess.com
    Tune for Lu

    On serait des chats

    Sacha DistelALBUM : « European Jazz Cool, 1951-59 »LABEL : Frémeaux
    On serait des chats

    Jeux de quartes

    Bobby JasparALBUM : « European Jazz Cool, 1951-59 »LABEL : Frémeaux
    Jeux de quartes
L'équipe de l'émission :
Mots clés :