Open jazz
Magazine
Mardi 7 septembre 2021
54 min

Eric Bibb, son Amérique à lui

Enregistré avant que la pandémie ne ferme les studios d'enregistrement du monde entier, l'alchimie sur "Dear America" de Eric Bibb qui paraît chez Provogue, est palpable, chaque musicien jouant avec l'engagement émotionnel exigé par le sujet.

Eric Bibb, son Amérique à lui
Eric Bibb, © Michael Wall

Au sommaire aujourd'hui

  • Eric Bibb à la Une

"Cet album est une lettre d'amour, parce que tous les malheurs de l'Amérique, et les malheurs du monde, ne peuvent trouver une sorte de guérison et d'équilibre qu'avec cette énergie que nous appelons amour. C'est ma conviction. Vous voyez les jeunes maintenant et c'est étonnant, avec tout le mouvement Black Lives Matter. Toutes ces choses me font comprendre qu'il y a une sorte de réverbération de l’énergie des années 60. On ne peut pas garder une bonne chose pour soi. Maintenant, nous en sommes à “regarder et prier”, et c'est un moment incroyablement inspirant pour écrire des chansons..." Eric Bibb

  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Rabih Abou-Khalil jeudi 09 septembre à 20h à Abbaye Royale de l’Epau à Yvré L’Evêque (72) dans le cadre de Le Mans Jazz de la saison Europajazz. Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 3 premiers mails.
  • 2 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Thibault Walter mercredi 08 septembre à 20h30 au Sunset à Paris (75). Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 pour les 2 premiers mails.
« Dear America »
« Dear America »

Eric Bibb a connu beaucoup d'Amériques différentes, les bonnes, les mauvaises et les très moches. Né à New York le 16 août 1951, le coup de tonnerre du renouveau folk des années 60 reste une époque si vivante dans la mémoire de cet homme de 69 ans qu'il peut encore se souvenir de l'idéalisme dans l'air de Greenwich Village et imaginer Bob Dylan dans son salon. Pourtant, les sombres événements sociétaux de l'année dernière sont tout aussi vivants, lorsque des manifestants ont mis en lumière la plaie ouverte des relations raciales aux États-Unis et qu'une élection présidentielle amère a tracé des lignes de bataille déchirées.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Profondément cultivé et historiquement informé, Eric Bibb est un citoyen du monde dont la patrie américaine - avec toute sa douleur et sa honte, son espoir et son émerveillement - s'est infiltrée dans sa musique à chaque instant, depuis le premier album de 1972, “Ain't It Grand”, qui l'a annoncé comme une nouvelle force dans le blues. Mais l'auteur-compositeur-interprète nommé aux Grammy Awards ne s'est peut-être jamais adressé aux États-Unis - ou n'a jamais fait le point sur lui-même - avec autant d’éloquence que dans "Dear America". "Sur ce disque, je dis toutes les choses que je voudrais dire à quelqu'un qui m'est cher", considère Eric Bibb. "Mais c'est aussi un autoportrait."  

Si vous pouviez appeler votre pays, que lui diriez-vous ? Lorsqu'Eric Bibb s'est lancé dans l'écriture de la chanson-titre qui allait galvaniser l'album "Dear America", le songwriter s'est retrouvé à déballer une relation de sept décennies avec un partenaire aux excès dramatiques. "C'est une lettre d'amour", explique-t-il à propos du concept de base du disque, "parce que l'Amérique, malgré toutes ses associations avec la douleur et son histoire sanglante, a toujours été un lieu d'espoir et d'optimisme incroyable. Être américain, et en particulier venir de New York, c'est être béni.”

"Mais la définition de l'amour est la vérité", rétorque l'auteur-compositeur. "Vous devez dire les choses telles qu'elles sont. Il y a tellement de haine en Amérique en ce moment. Cette agression et cette violence sont vraiment la part d’histoire de l'Amérique qui nous revient sans cesse sur la figure. Cet album est une tentative de mettre mon âme à nu, de guérir les blessures et d'aider à faire naître un nouveau monde. C'est de cela qu'il s'agit".

"Dear America" amène Eric Bibb à boucler la boucle, prenant le pouls de ces temps fébriles tout en ramenant le songwriter à ses fières racines new-yorkaises. En novembre 2019, lorsqu’il s'est rendu au Studio G de Brooklyn pour enregistrer "Dear America" avec le producteur/coauteur Glen Scott, un groupe de studio de premier ordre et des invités, dont le batteur Steve Jordan et le guitariste prodige de Memphis Eric Gales, l'électricité dans l'air était palpable. "J'habite maintenant en Suède", dit Eric Bibb, "mais c'est à New York que j'ai grandi. Alors, être là, à enregistrer cet album qui a tant à voir avec tout mon parcours - c'était vraiment inspirant."

Le destin est un concept facile à comprendre, mais dès son plus jeune âge, tous les panneaux indicateurs orientaient Eric Bibb vers une vie moins ordinaire. Son père, le regretté Leon Bibb, a été le big bang qui a tout déclenché : chanteur, acteur et meneur d'hommes charismatique, il a défilé à Selma avec Martin Luther King en 65, a évolué dans l'orbite d'acteurs engagés comme Bob Dylan et Paul Robeson (le parrain d'Eric), et a ramené à la maison la philosophie selon laquelle l'art est plus puissant lorsqu'il est imprégné de la vie réelle. "Mon père a été la porte du monde dans lequel je vis", acquiesce Eric Bibb, qui a pris possession de sa première guitare acoustique à l'âge de sept ans et ne l'a jamais lâchée. "Cette connexion entre la musique et les mouvements sociaux avant-gardistes a toujours été à la base de mon travail. Je n'ai jamais 'décidé' que j'allais écrire des chansons à caractère social. C'était évident. Il fallait que ce soit présent. J'écris ce que je vois"

Il y avait aussi d'autres pierres de touche, et chaque influence fait toujours partie de l'ADN musical de Eric Bibb, conduisant sa musique bien au-delà de l'étiquette "blues acoustique" qui ne fait qu'effleurer la surface. Il en dresse une liste abrégée : "Odetta, Judy Collins, Mavis Staples, Taj Mahal, Motown, Stax, Howlin' Wolf, Bobby Womack, Gabriel Fauré, John Coltrane... Tout cela était dans le mélange, depuis le début, trouvant son chemin dans ma musique. Mais les premières musiques qui m'ont vraiment marqué sont celles de gens comme Lead Belly : ce genre de formes de chansons, ce genre de voix, ce genre de langage. Woody Guthrie, vous savez ? Toute cette époque où les musiciens se mélangeaient, qu'ils soient afro-américains ou non."

Séchant l'école pour faire tourner des disques et abandonnant ses études à l'université de Columbia lorsque l'appel de la musique est devenu trop fort, Eric Bibb s'est fait les dents en tant qu'interprète aux États-Unis - vous avez pu le voir partout, de l’orchestre permanent de l'émission télévisée Someone New à la Negro Ensemble Company de St Mark's Place - mais il a trouvé sa voix en Europe et au-delà. Paris, Stockholm, Londres : il a posé son chapeau à travers le monde, ses antennes musicales toujours en éveil.

"Dear America" porte en lui ce sentiment de retour à la maison, sans oublier l'impression distincte d'un sommet de carrière. Avec un titre aussi prometteur, considère Eric Bibb, le contenu devait être à la hauteur, et l'auteur-compositeur s'est donné l'espace nécessaire pour écrire le matériel le plus fort de sa vie et rassembler le groupe de ses rêves. "C'était une sorte de série d'événements cosmiquement orchestrés", se souvient-il. "J'ai été très heureux d'enregistrer avec Ron Carter, avec qui j'ai eu un lien précoce par l'intermédiaire de mon père. Tommy Sims, un merveilleux bassiste avec lequel j'avais déjà travaillé à Nashville, était présent tout au long des sessions. J'ai joué avec beaucoup d'excellents batteurs, mais Steve Jordan a cette autorité : c'est juste le coup qui compte, mec. Quant à Eric Gales sur Whole World's Got The Blues - il était tout simplement sublime, probablement le guitariste de blues électrique le plus puissant du moment".

La programmation musicale :
  • 18h06
    Dear America - ERIC BIBB
    Eric Bibb

    Dear America

    Eric Bibb. : compositeur, Glenvin Anthony Scott. : compositeur, Chuck Anthony. : compositeur, Eric Bibb (guitare, voix), Chuck Anthony (guitare électrique), Glen Scott (programmation batterie, basse, claviers, footstomps, choeurs, guitare électrique, synthétiseurs, flûtes), Christer Lyssarides (mandoline), Shaneeka Simon (choeurs), Big Daddy Wilson (choeurs)
    Album Dear America Label Provogue (810020504200) Année 2021
  • 18h11
    Emmet's ghost (feat. Ron Carter) - ERIC BIBB
    Eric Bibb

    Emmet's Ghost

    Eric Bibb. : compositeur, Glenvin Anthony Scott. : compositeur, Eric Bibb (guitare, voix), Ron Carter (contrebasse), Glenn SCott (synthétiseurs)
    Album Dear America Label Provogue (810020504200) Année 2021
  • 18h15
    Different picture (feat. Chuck Campbell) - ERIC BIBB
    Eric Bibb

    Different Picture

    Eric Bibb. : compositeur, Glenvin Anthony Scott. : compositeur, Eric Bibb (guitare, voix), Chuck Campbell (pedal stell guitare), Tommy Sims (basse), Steve Jordan (batterie), Glen Scott (programmation batterie, Wurlitzer, guitares électriques, choeurs, percussions), Shaneeka Simon (choeurs)
    Album Dear America Label Provogue (810020504200) Année 2021
  • 18h22
    County jail (enregistrement public le 17 juin 1972) - MUDDY WATERS
    Muddy Waters

    County Jail

    Muddy Waters. : compositeur, Muddy Waters (guitare, voix), George 'Mojo' Buford (harmonica), Louis Myers (guitare), Lafayette Leake (piano), David Myers (contrebasse), Freddy Below (batterie)
    Album The Montreux Years Label Bmg Montreux Sounds Année 2021
  • 18h30
    Preamble - KENNY WHEELER
    Kenny Wheeler & The John Dankworth Orchestra

    Preamble

    Kenny Wheeler. : compositeur, Kenny Wheeler (bugle), John Dankworth (saxophone, direction), Derek Watkins (trompette), Henry Shaw (trompette), Henry Lowther (trompette), Les Condon (trompette), Chris Pyne (trombone), Mike Gibbs (trombone), Ray Swinfield (saxophone), Tony Roberts (saxophone ténor), Tony Coe (saxophone ténor), Alf Reece (tuba), Dick Hart (tuba), John McLaughlin (guitare), Bob Comford (piano), Alan Branscombe (piano), Dave Holland (contrebasse), John Spooner (batterie), Tristan Fry (percussions)
    Album Windmill Tilter : The Story of Don Quixote Label Fontana (748057) Année 2021
  • 18h31
    Don the dreamer - KENNY WHEELER
    Kenny Wheeler & The John Dankworth Orchestra

    Don the Dreamer

    Kenny Wheeler. : compositeur, Kenny Wheeler (bugle), John Dankworth (saxophone, direction), Derek Watkins (trompette), Henry Shaw (trompette), Henry Lowther (trompette), Les Condon (trompette), Chris Pyne (trombone), Mike Gibbs (trombone), Ray Swinfield (saxophone), Tony Roberts (saxophone ténor), Tony Coe (saxophone ténor), Alf Reece (tuba), Dick Hart (tuba), John McLaughlin (guitare), Bob Comford (piano), Alan Branscombe (piano), Dave Holland (contrebasse), John Spooner (batterie), Tristan Fry (percussions)
    Album Windmill Tilter : The Story of Don Quixote Label Fontana (748057) Année 2021
  • 18h39
    You're loveable - RABIH ABOU-KHALIL
    Rabih Abou-Khalil

    You're Loveable

    Rabih Abou-Khalil. : compositeur, Rabih Abou-Khalil (oud), Gavino Murgia (launeddas), Luciano Biondini (accordéon), Jarrod Cagwin (bendir)
    Album The Flood and the Fate of Fish Label Enja (ENJ96722) Année 2019
  • 18h43
    Le seul snob - THIBAULT WALTER
    Thibault Walter

    Le seul snob

    Thibault Walter. : compositeur, Thibault Walter (piano préparé), Jean- Luc Ponthieux (contrebasse), Pablo Cueco (zarb)
    Album Le seul snob Label Element 124 Année 2021
  • 18h49
    Harlem flat blues - DUKE ELLINGTON
    Duke Ellington

    Harlem Flat Blues

    Duke Ellington. : compositeur, The Jungle Band
    Album Classics 1929 Label Classics Records (CLASSICS 569) Année 1991
  • 18h54
    Don's dawn - ALBERT AYLER
    Albert Ayler

    Don's Dawn

    Albert Ayler. : compositeur, Albert Ayler (saxophone ténor), John Tchicai (saxophone alto), Don Cherry (cornet), Roswell Rudd (trombone), Gary Peacock (contrebasse), Sunny Murray (batterie)
    Album New York Eye and Ear Control Revisited Label Ezz-Thetics (1118) Année 2021
  • 18h55
    Fearsome - BEN WENDEL
    Ben Wendel

    Fearsome

    Ben Wendel. : compositeur, Ben Wendel (saxophone ténor, effets), Michael Mayo (voix), Shai Maestro (piano, Fender), Gerald Clayton (piano, Fender), Joe Sanders (basse), Nate Wood (batterie)
    Album High Heart Label Edition (EDN 1162) Année 2020
L'équipe de l'émission :