Open jazz
Magazine
Mardi 24 décembre 2013
56 min

Ella Fitzgerald & Chick Webb, l'âge d'or du swing (2/2)

Les débuts d'Ella (1934-41) dans un coffret exemplaire proposé par Mosaic : 8 CDs et un livret de référence.

Dans le genre "intégrale de référence", personne ne fait mieux, depuis une décennie, que les célèbres box sets proposés par le label indépendant Mosaic sous la direction de Michael Cuscuna. Celui qui présente le travail du big band du batteur Chick Webb autour de la voix de la toute jeune Ella Fitzgerald, "Chick Webb & Ella Fitzgerald Decca Sessions (1934-41)" l'atteste une fois de plus.

Les sessions instrumentales du seul orchestre de Chick Webb chez Decca auraient eu du mal à remplir un seul CD. En fait, sur les 129 titres enregistrés, de septembre 1934 à la disparition du batteur en juin 1939, seuls 23 ne présentaient pas de vocaliste. En fait, il s'agit du seul big band de l'histoire du jazz qui ait autant travaillé avec la voix, et mieux, avec une seule chanteuse ! Il est vrai qu'aucun autre ne put prétendre avoir Ella Fitzgerald dans ses rangs…

Ella débuta dans l'orchestre de Chick Webb à la fin de l'hiver de 1935. Elle n'avait que 16 ans et était encore un joyau brut, sans expérience… et sans domicile fixe. Mais derrière un micro, on devinait une force de la nature. En deux ans, elle éclipsa tout simplement son mentor : sans que cela ressorte de la moindre stratégie délibérée, elle mit l'orchestre à son service.

Le label Decca, qui avait déjà Chick Webb à son actif, accompagna simplement un mouvement irrésistible qui devint très vite un succès commercial. Le seul inconvenient de la mise en avant d'Ella fut que l'on oublia parfois de remarquer l'exceptionnel talent de batteur de Chick Webb et la couleur singulière de son orchestre étroitement liée à la fièvre musicale du Harlem de l'époque.

La plupart des autres vocalistes auraient très vite volé de leurs propres ailes et quitté l'orchestre dès la reconnaissance établie, pas Ella. Même après la disparition de Webb (il avait tout juste 30 ans), elle resta fidèle à sa veuve Sallye et aux musiciens de l'orchestre. Tout juste majeure, la chanteuse avait alors besoin d'un cocon quasi familial. Et ce ne sera qu'en 1955 qu'elle quittera Decca pour le label Verve de Norman Granz.

De 1935 à 41, on assiste à l'éclosion d'un oiseau de paradis…

L'équipe de l'émission :