Open jazz
Magazine
Mardi 8 décembre 2020
54 min

Chris Potter, homme-orchestre

À partir du mois de mai 2020, entre l’effervescence du mouvement Black Lives Matter et le chaos provoqué par la pandémie du Covid 19, Chris Potter s'est mis à créer en solitaire pour exprimer sa réaction à la situation inédite qu’il vivait. “There is a Tide” paraît chez Edition Records.

Chris Potter, homme-orchestre
Chris Potter, © Editions Records

Au sommaire aujourd'hui

  • Chris Potter à la Une

Jouant de façon unique de chaque instrument : piano, claviers, guitares électrique et acoustique, guitare basse, batterie, clarinette, clarinette basse, flûte, flûte alto, percussions, échantillons et bien sûr saxophones, Chris Potter n'a mis que six semaines pour mener à bien l'ensemble du processus.

"There Is A Tide"
"There Is A Tide"

C'est une année que personne n'oubliera, une année où le confinement mondial nous a tous concernés, même s’il a été vécu de mille façons différentes. Pour Chris Potter, un musicien qui n'a cessé de se parcourir le monde depuis les années 1990, dont la raison d'être est de jouer en concert, le confinement a représenté à la fois un défi et une opportunité. C'est en hommage à sa créativité, à son intégrité personnelle et à son immense talent musical que Chris Potter a pu relever ce défi et tirer quelque chose d'incroyablement neuf de cette opportunité.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Pour enregistrer un album comme celui-ci “There is a Tide”, sans aucun autre musicien à ses côtés, Chris Potter a dû réfléchir au processus d'écriture, d'enregistrement et de production d'une manière totalement nouvelle. Comme il l'explique lui-même "ce projet est né d'un souhait de continuer à créer à une moment où la plupart des canaux habituels d'expression musicale étaient indisponibles. Je le propose comme une perspective musicale sur les problèmes auxquels nous sommes confrontés : l'importance de la communauté à une époque de distanciation physique, la nécessité d'un leadership fort, celle de soutenir les plus fragiles de la société , la relation troublée que nous avons avec le monde naturel, plus la difficulté de faire face à toute la peur et l'incertitude auxquelles nous sommes confrontés. J'espère que cette période extrêmement difficile aura également des effets positifs, nous amenant à nous concentrer sur les vraies valeurs. Bien sûr, une partie de la beauté de la musique instrumentale réside dans la façon dont son sens est défini par l'auditeur, mais voici quelques-unes des pensées que j'ai eues en la créant.

Sur le plan technique, la réalisation de cet enregistrement a nécessité l'utilisation de nombreuses compétences différentes, je n'ai jamais été aussi conscient de mes limites. Outre la difficulté d’être à la hauteur sur chaque instrument, il y avait le défi d'enregistrer sans un véritable studio. Plus important encore, il était nécessaire de laisser la musique se dérouler au fur et à mesure et, tout en prêtant attention aux détails, rester concentré sur l'objectif de créer un ensemble cohérent et unifié. C'était une expérience très absorbante et très enrichissante de produire cette musique ainsi et j'espère que l'auditeur la vivra aussi de cette façon".

Musicalement, Chris Potter a réussi à créer quelque chose qui n'est pas seulement innovant mais qui groove comme une folie. Le fait de bâtir chaque composition à partir de la basse met le funk en avant. Du point de vue rythmique, il y a un flux permanent. Le titre de l’album (tiré d'un discours de Brutus dans "Jules César" de Shakespeare) donne le ton : la marée est le rythme ultime. Les titres des morceaux ont également un thème poétique et fluide, comme l'explique Chris Potter : "Les noms des chansons forment une sorte de poème dans l'ordre. The Mother of Waters fait référence à la déesse yoruba et santeria Yemoja". [Yemoja est une grande déesse de l'eau dans la religion des Yoruba. Elle est un orisha, en l'occurrence l'esprit protecteur des océans et des rivières - en particulier l'Ogun au Nigeria].
(extrait du communiqué de presse en anglais - traduction E. Lacaze / A. Dutilh)

Chris Potter : piano, claviers, guitares électrique et acoustique, basse, batterie, clarinette, clarinette basse, flûte, flute alto, percussions, samples et saxophones.

La programmation musicale :
  • 18h07
    I Had a Dream - CHRIS POTTER
    Chris Potter

    I Had a Dream

    Chris Potter. : compositeur, Chris Potter (piano, claviers, guitare électrique, guitare acoustique, basse, batterie, clarinette, clarinette basse, flûte, flûte alto, percussions, sample, saxophones)
    Album There Is A Tide Label Edition Records Année 2020
  • 18h13
    Mother of Waters - CHRIS POTTER
    Chris Potter

    Mother of Waters

    Chris Potter. : compositeur, Chris Potter (piano, claviers, guitare électrique, guitare acoustique, basse, batterie, clarinette, clarinette basse, flûte, flûte alto, percussions, sample, saxophones)
    Album There Is A Tide Label Edition Records Année 2020
  • 18h20
    Druid's circle - JOHN SURMAN
    John Surman

    Druid's Circle

    John Surman. : compositeur, John Surman (clarinette alto, clarinette basse, saxophone soprano, saxophone baryton, claviers)
    Album A biography of the Rev Absalom Dawe Label Ecm Année 1995
  • 18h24
    Miss Jones - JUAN PABLO BALCAZAR
    Juan Pablo Balcazar

    Miss Jones

    Juan Pablo Balcazar. : compositeur, Juan Pablo Balcazar (contrabasse), Marcel-Li Bayer (saxophone alto), Joan Mas (saxophone alto), Antonio Mazzei (piano), Oriol Roca (batterie)
    Album Suite Resbalosa Label Fresh Sound New Talent (FSNT599) Année 2020
  • 18h29
    Donkey - DON ELLIS
    Gary Peacock

    Donkey

    Carla Bley. : compositeur, Don Ellis (trompette), Paul Bley (piano), Gary Peacock (contrebasse), Nick Martinis (batterie)
    Album The Beginnins, West Coast Years 1959-62 Label Fresh Sound (FSRCD996) Année 2020
  • 18h35
    A conversation with my uncle - HERMON MEHARI
    Hermon Mehari

    A Conversation With my Uncle

    Hermon Mehari. : compositeur, Hermon Mehari (trompette), Tesfai Tsehaie (voix), Peter Schlamb (vibraphone)
    Album A change for the dreamlike Label Mirr Année 2020
  • 18h39
    Eritrea - HERMON MEHARI
    Hermon Mehari

    Eritrea

    Hermon Mehari : auteur
    Album A change for the dreamlike Label Mirr Année 2020
  • 18h45
    L' Imbecile - RENE THOMAS
    René Thomas.compositeur

    L' Imbecile

    René Thomas (guitare), André Ross (saxophone ténor), René Urtreger (piano)J, Jean-Marie Ingrand (contrebasse), Jean-Louis Viale (batterie)
    Album The Real Cat Label Emarcy (549400-2)
  • 18h50
    Oh my love - IIRO RANTALA
    Iiro Rantala

    Oh My Love

    John Lennon. : compositeur, Iiro Rantala (piano)
    Album Lennon in Jazz Label Wagram (3386812) Année 2020
  • 18h53
    La boule ronde - DIRK VOGELER
    Saxicola Rubi

    La boule ronde

    Dirk Vogeler. : compositeur, Dirk Vogeler (clarinette basse), Laurent Rochelle (clarinette basse)
    Album Ornithologismes Label Linoleum (LIN021) Année 2020
  • 18h56
    La mélodie du tao - DIRK VOGELER
    Saxicola Rubi

    La mélodie du tao

    Laurent Rochelle. : compositeur, Saxicola Rubi, Dirk Vogeler (saxophone soprano), Laurent Rochelle (saxophone soprano)
    Album Ornithologismes Label Linoleum (LIN021) Année 2020
L'équipe de l'émission :