Open jazz
Magazine
Vendredi 10 octobre 2014
55 min

Charles Lloyd, la révélation du quartet live à NYC en 1965

En avant-première, « Manhattan Stories » de Charles Lloyd chez Resonance.

Au sommaire aujourd'hui

Charles Lloyd à la Une
Jazz au Trésor : Jeri Southern - The Complete Roulette & Capitol
Jazz Agenda :
- 3 invitations pour 2 personnes à gagner pour le concert de Baptiste Trotignon samedi 11 octobre à 20h30 à l'Espace Sorano de Vincennes. Cliquez sur "contactez-nous " et laissez vos nom et prénom. 1 invitation pour 2 aux 3 premiers mails.
TOUS LES TITRES DIFFUSES SONT EN BAS DE PAGE LA RUBRIQUE "PROGRAMMATION MUSICALE " Resonance Records fait paraître 2 concerts inédits de Charles Lloyd enregistrés en 1965 au Judson Hall et au Slugs de New-York, deux salles aujourd'hui disparues. Un événement, car on ne disposait jusqu'ici d'aucun enregistrement du quartet du saxophoniste qui précéda celui - célébrissime - avec Keith Jarrett, Cecil McBee et Jack DeJohnette qui défraierait la chronique entre mars 1966 ("Dream Weaver") et novembre 1968 ("Soundtrack"). Le casting en est pourtant remarquable : Gábor Szabó à la guitare, Ron Carter à la contrebasse et Pete La Roca à la batterie. Les bandes originales ont été remasterisés par le magicien du son Bernie Grundman.

En 1965, Charles Lloyd avait quitté la formation de Chico Hamilton où il avait rencontré Gábor Szabó. Le saxophoniste avait déjà deux albums à son actif, publiés chez Columbia. En mai 1964, il avait enregistré "Discovery !" en quartet avec Don Friedman (piano), Eddie Khan ou Richard Davis (contrebasse) et Roy Haynes ou J.C. Moses (batterie). Et en mars 1965 "Of Course, Of Course" en compagnie de Gábor Szabó (guitare), Ron Carter (contrebasse) et Tony Williams (batterie).

Gábor Szabó n'allait pas tarder à enregistrer pour le label Impulse ; Ron Carter jouait au sein du quintet de Miles Davis ; et Pete La Roca alternait les passages aux côtés de John Coltrane, Bill Evans, Sonny Rollins et Joe Henderson… "C'était une époque très particulière, raconte Charles Lloyd. Toutes les frontières étaient en train de sauter. C'est une musique éprise de libertéet de désir. Nous étions jeunes et avions envie que le monde bouge avec nous. "

Ces deux concerts font entendre une interaction particulièrement intense entre les musiciens, notamment entre le saxophoniste et le guitariste. L'exact avant-goût de la télapathie qui opérerait un an plus tard avec Jarrett, McBee et DeJohnette. Celui du Judson Hall, le 3 septembre 1965, provient des archives de George Klabin, le fondateur de Resonance Records. Il avait 19 ans à l'époque et s'occupait du jazz sur la radio WKCR de la Columbia University. Il avait lui-même enregistré le concert pour proposer de la musique originale dans son émission.

L'enregistrement du Slugs, la même année, fut réalisé par Bjorn von Schlebrugge, qui accompagnait toujours Lloyd lors de ses concerts new-yorkais. Charles Lloyd l'avait chez lui et le ressortit à Zev Feldman, de Resonance, quand ce dernier vint en Californie lui faire écouter les bandes restaurées du Judson Hall. L'idée de les rassembler en un double CD apparut évidente.

La programmation musicale :

    In Walked Bud / Billy Jean

    Francesco BearzattiALBUM : « Monk’n’Roll »LABEL : CamJazz
    In Walked Bud / Billy Jean

    Solid

    Baptiste TrotignonALBUM : « Hit »LABEL : Naïve
    Solid

    Orleans & Claiborne

    Troy «trombone Shorty» AndrewsALBUM : « Orleans & Claiborne »LABEL : Treme
    Orleans & Claiborne

    Comté

    ALBUM : « Love and Ghosts »LABEL : Aum Fidelity
    Comté

    I’m Just a Woman

    Charles LloydALBUM : « The Complete Roulette & Capitol »LABEL : Fresh Sound
    I’m Just a Woman

    Lady Gabor

    Charles LloydALBUM : « Manhattan Stories »LABEL : Resonance
    Lady Gabor

    Kjani Trima

    Elina DuniALBUM : « Matanë Malit »LABEL : ECM
    Kjani Trima

    How Can I Tell You

    Charles LloydALBUM : « Manhattan Stories »LABEL : Resonance
    How Can I Tell You
L'équipe de l'émission :