Open jazz
Magazine
Vendredi 8 avril 2016
58 min

Bill Charlap, carnet de notes

Parution de « Notes From New York » de Bill Charlap chez Impulse ! / Universal.

Au sommaire aujourd'hui

► Bill Charlap

à la Une

  • 10 CD à gagner en répondant correctement à la question psoée par Alex Dutilh. Cliquez sur "contactez-nous " et laisse vos nom, prénom et adresse postale. 1 CD pour les 10 premières bonnes réponses. Bonne chance ! ► Jazz au Trésor : Helen Merrill & Gary Peacock - Sposin'
    Jazz Agenda : semaine du 04 au 10 avril 2016
    Jazz Trotter : Cully Jazz festival
    TOUS LES TITRES DIFFUSES SONT EN BAS DE PAGE A LA RUBRIQUE "PROGRAMMATION MUSICALE"

Jouer une mélodie est un art en soi. Un art qui nécessite à la fois humilité et attention, expérience et intuition.

Dans la capitale mondiale du jazz, New York,Bill Charlap est considéré comme l’un des grands interprètes de mélodies, ces chansons tirées de comédies musicales, de spectacles de Broadway ou de films qui, détachées de leur source, sont devenues des standards dont les jazzmen font leur miel. Non seulement, il en connaît sur le bout des doigts par dizaines mais il est capable de rendre justice à chacune, détaillant la subtilité d’une phrase comme la profondeur de l’harmonie, avec un toucher d’une rare élégance. En cela, il est l’un des plus sûrs héritiers d’une certaine tradition du piano jazz, dont Hank Jones, Tommy Flanagan ou Shirley Horn, qu’il a connus tous trois, furent des figures essentielles, au même titre que Teddy Wilson, Art Tatum, Ahmad Jamal ou Sonny Clark.

Grand connaisseur de cet American Songbook dans lequel il a puisé la matière d’albums dédiés à Gershwin ou à Leonard Bernstein par le passé, Bill Charlap (né en 1966) entretient cet amour de la chanson à la tête du trio qu’il forme depuis 1997 avec le contrebassistePeter Washington et le batteur Kenny Washington. Instrumentistes éminemment respectés parmi leurs pairs, ses deux accompagnateurs (sans lien de parenté) ont contribué, comme lui, à ramener le jazz, après des décennies d’expérimentations électriques et de fusions tous azimuts, au berceau du son acoustique, renouant avec la tradition du trio et le cadre canonique des standards, sans nostalgie mais avec la conviction que ces formes étaient loin d’avoir été épuisées et résistaient bien mieux au temps que des modes plus tapageuse mais aussi plus périssables. Soudé par le nombre des années, parfaitement en phase sur le plan des aspirations musicales, ce trio est l’un des plus rodés qui soit, parfaitement ajusté aux ambitions du pianiste.

Encouragé à ses débuts par les saxophonistes Gerry Mulligan et Phil Woods qui appréciaient chez leur jeune partenaire son bagage pianistique, son assurance d’accompagnateur, la finesse de son jeu sans âge et soninfaillible sens du swing, Bill Charlap avait de qui tenir son attachement aux standards, ayant grandi auprès d’un père qui avait lui-même composé pour Broadway, et d’une mère chanteuse de cabaret (avec qui il a d’ailleurs enregistré deux albums), à qui les auteurs de comédies musicales faisaient régulièrement appel pour éprouver la valeur de leurs nouvelles chansons. Ce contexte n’explique cependant qu’en partie l’intimité du rapport que le pianiste entretient avec ce répertoire, l’autre étant son expérience auprès de certains aînés qui, tels Benny Carter, Clark Terry, Jim Hall ou Frank Wess, lui ont appris à révéler la richesse et la profondeur de ce répertoire.

En neuf morceaux, l’album « Notes From New York » offre l’exemple accompli et chaleureux du talent de Bill Charlap. S’il se termine et se referme sur deux standards bien familiers,I’ll Remember April, porté par les balais fringants de Kenny Washington, et le fameux On the Sunny Side of the Street, transfiguré, en solo, en balade à rebours des usages, le pianiste a fait le choix d’exhumer des mélodies rarement jouées, qui retrouvent vie sous ses doigts. Parmi les raretés, on redécouvre une chanson popularisée dans le jazz entre autres par Ella Fitzgerald, Make Me Rainbows, tiré de la B.O. du film “Fitzwily” (1967), écrite par John Williams quelques années avant qu’il ne s’illustre auprès de Steven Spielberg ou George Lucas, que Bill Charlap aborde à la manière d’Ahmad Jamal, porté par la swing de sa rythmique. Émaillé de clins d’œil musicaux, Not a Care in the World est l’occasion pour le pianiste d’un solo facétieux qui redouble d’intensité avec le passage de Kenny Washington des balais aux baguettes. Introduit avec une subtilité qui rappelle que Bill Charlap n’est pas resté insensible à la poésie de Bill Evans, There Is No Music se développe avec un admirable sens de l’espace qui amène le pianiste à développer son expression jusque dans les registres les plus extrêmes du piano.

Dans A Sleepin’ Bee, il livre, en revanche, un solo plein d’humour qui semble avoir le caractère imprévisible du vol d’une abeille. Autrefois régulièrement interprété par Hank Jones, Little Rascal on the Rock, composition de son cadet Thad Jones, s’entend comme une dédicace à un mentor disparu (en 2010), jouée avec une précision dans l’articulation du moindre trait et une fermeté d’attaque admirables, constamment au service du swing. Par contraste, Too Late Now, plus longue plage de l’album, se développe avec une touche de mélancolie dans une atmosphère crépusculaire très after hours. Composition du guitariste Tiny Grimes immortalisée par Charlie Parker, Tiny’s Tempo rappelle que le be-bop fait partie intégrante de la culture de Bill Charlap, comme de ses partenaires, ainsi que Peter Washington en fournit l’illustration dans un brillant solo, et Kenny Washington dans les quatre-quatre qu’il échange avec le pianiste. En neuf plages, Bill Charlap confirme qu’il excelle de manière incontestable et superlative dans l’art du trio.

Sur le même thème

La programmation musicale :

    Manahatta

    Uri CaineALBUM : « Calibrated Thickness »LABEL : 816Music
    Manahatta

    There's No Music

    Bill CharlapALBUM : « Notes From New York »LABEL : Impulse !
    There's No Music

    Kalo-Yele

    Aly Keïta, Jan Galega Brönnimann, Lucas NiggliALBUM : « Kalo-Yele »LABEL : Intakt
    Kalo-Yele

    I'll Remember April

    Bill CharlapALBUM : « Notes From New York »LABEL : Impulse !
    I'll Remember April

    Until It's Time For You To Go

    Helen Merrill, Gary PeacockALBUM : « Sposin' »LABEL : Storyville
    Until It's Time For You To Go

    Trails in the Sky

    Céline BonacinaALBUM : « Crystal Rain »LABEL : Cristal
    Trails in the Sky

    We're All Together

    Hank JonesALBUM : « The Jazz Trio of Hank Jones »LABEL : Savoy
    We're All Together

    Suite For The Devil

    Paolo FresuALBUM : « Desertico »LABEL : Bonsaï
    Suite For The Devil

    Okidoki

    Laurent RochelleALBUM : « Si tu regardes »LABEL : Linoleum
    Okidoki
L'équipe de l'émission :