Open jazz
Magazine
Vendredi 29 avril 2016
57 min

Autour de Chet, emprunts et empreintes

Parution de « Autour de Chet » chez Verve / Universal.

Autour de Chet, emprunts et empreintes
Eric Truffaz, Sandra Nkake, Ibeyi et Benjamin Biolay, Airelle Besson et Jose James, Camelia Jordana, Piers Faccini et Luca Aquino ©Universal

Journée Boléro de Ravel sur France Musique mardi 03 mai 2016

Emissions en public :

  • 14h00 - 15h30 lLa Tribune des Critiques de Disques, Jérémie Rousseau
    Emission en direct et en public du studio 105 de la Maison de la Radio
    Doyenne des émissions de radio, La Tribune fête ses 70 ans cette année.
    Pour la 1ère fois, le Boléro passe sur le grill !
    Avec Christian Merlin, Séverine Garnier et Bertrand Dermoncourt
    Réservations gratuites : maisondelaradio.fr
  • 18h00 - 19h00 l Open Jazz, Alex Dutilh
    Emission en direct et en public du studio 105 de la Maison de la Radio

Free Bolero
Live avec :
Mathilde, voix et Alexis Pivot, piano
Edward Perraud, batterie et Médéric Collignon, trompette et peut-être bugle et voix
Solo Guillaume de Chassy, piano
Sylvain Luc, guitare
Fidel Fourneyron, trombone - Geoffroy Gesser, sax, clarinette - Sébastien Beliah, contrebasse
Réservations gratuites : maisondelaradio.fr

Au sommaire aujourd'hui

► Autour de Chet

à la une
Jazz Agenda :

  • 3 invitations pour 2 à gagner pour le concert de Charles Lloyd et Jason Moran jeudi 05 mai à 18h30 à la salle Marcel Hélie de Coutances de le cadre du festival Jazz Sous les Pommiers. CLiquez sur "contactez-nous " de la page Open Jazz et laissez vos nom et prénom. 1 invitaiton pour 2 pour les 3 premiers mails. Jazz au Trésor : Sonny Fortune - Awakening
    Jazz Culture : Le jazz passe le Bac Musique aussi !
    Jazz Bonus : Northern Edition
    TOUS LES TITRES DIFFUSES SONT EN BAS DE PAGE A LA RUBRIQUE "PROGRAMMATION MUSICALE"

L’empreinte de Chet Baker déborde largement les seules frontières du jazz. Le trompettiste et chanteur, emblématique du style West Coast des années cinquante, un cool jazz qui prend alors le contrepied du bebop échevelé des décennies passées, a laissé une marque indélébile dans l’histoire. A l’image de ce personnage iconique, au destin fracassé, sujet idéal de biopic, à l’instar de ce visage crépusculaire, éminemment photogénique à travers les époques, beau et désenchanté comme celui de James Dean dans ses vingt ans, parcheminé dans ses dernières années, témoignage d’une existence bouleversante.

Une dimension que l’on retrouve dans sa musique, à la trompette comme au chant, source d’inspiration de plusieurs générations, point de départ de cette session en forme d’hommage, mais pas seulement, rendu au natif de Yale dans l’Oklahoma (en 1929), disparu en 1988 à Amsterdam dans des circonstances dramatiques et jamais élucidées. Chet Baker est ici incarné par des trompettistes et des chanteurs d’aujourd’hui, venus du jazz et de la pop pour réinterpréter des thèmes devenus des classiques de son répertoire.

Avec les musiciens Bojan Z (piano), Cyril Atef (batterie), Christophe Minck (basse) et Pierre-François Dufour (batterie/violoncelle), l’album a été réalisé par Clément Ducol, déjà aux commandes de « Autour de Nina », dédié l’an passé à la grande prêtresse de la soul et du blues, Nina Simone. « Autour de Chet » est constellé de temps forts, singuliers, comme si tout ce qu’avait touché celui que l’on reconnaît à l’évocation de son simple prénom. Chet restait avant tout dans l’inconscient collectif synonyme d’un expressionnisme écorché, de failles en brisures, à fleur de peau.

Contrairement à certains grands trompettistes de son époque, Chet Baker n’est pas un virtuose. Cela ne l’empêche pas, dès son avènement au sein du quartet de Gerry Mulligan, puis en leader, de déclencher un enthousiasme immédiat et rare pour un jazzman, bien au-delà du cercle des seuls aficionados, au point de susciter controverses et jalousies.

Poète de l’indicible, hanté par le démon de ses addictions, Chet Baker joue comme il vit, funambule sur le fil, à ciel et à cœur ouvert, de notes soupirées en souffles brisés. Chet Baker est l’une des premières grandes stars du jazz. Et lorsqu’au mitan des années cinquante il se met à chanter, tout le monde succombe à cette voix nue, d’un être au bord du vide, qui voit ses proches plonger dans des abymes qu’il tutoie dangereusement, d’overdoses en faits divers et incarcérations répétées. Dans la dernière partie de sa vie, de 1975 à sa mort, ses concerts sont mémorables, incertains, comme autant de petits miracles, de sursis. Les témoins de ces parenthèses à la limite de la rupture, en sortent marqués à jamais.

Que les trompettistes de tous styles lui vouent un culte sans équivalent, n’a rien d’étonnant. Chet Baker incarne une manière d’être musicien où la sincérité prime. Stéphane Belmondo, qui l’a côtoyé, Erik Truffaz et Alex Tassel qu’il a inspirés, comme les plus jeunes Airelle Besson et Luca Aquino ont en partage une même révérence à son égard au moment de jouer ses standards.

Même déférence chez les chanteurs : Chet Baker a posé les marques d’un nouveau genre, crooner vulnérable, entre retrait et distance, interprétation introspective et sans filtre. Gracile, touchante,Yaël Naïm sublime l’incontournable My Funny Valentine. Charles Pasi investit It Could Happen To You, en s’inspirant du lyrisme de ce modèle étrangement inimitable, chez qui la retenue le dispute à la pudeur, mais avec une pointe d’entrain qui lui va bien.

Et lorsque l’univers de Chet Baker est abordé en duo, avec les voix de chanteurs de la scène pop actuelle, l’alchimie s’orchestre en miroir. Timbres voilés, Camélia Jordana et Erik Truffaz, réinterprètent un The Thrill Is Gone, lancinant et désenchanté La voix mate de José James tempérée par le jeu en contrepoint de la promesse Airelle Besson ajoute du mystère à l’étrange Nature Boy. Piers Faccini et Luca Aquino redessinent un thème en ombres chinoises (A Taste Of Honey). Un Let ‘s Get Lost très cinématographique signé Rosemary Standley (Moriarty) et Stéphane Belmondo, des recréations originales, au swing délicat pour Elodie Frégé et Alex Tassel (But Not For Me ), entre profondeur et abandon pour Sandra Nkake et Airelle Besson (Grey December) ou en mode blues désabusé pour Hugh Coltman et Erik Truffaz (Born To Be Blue ) : les acteurs de cet enregistrement aux évocations visuelles dialoguent sur les ballades fondues au gris de leur devancier, s’accordent sur le nuancier de ses mélodies crépusculaires. Tout en leur insufflant une modernité sidérante. A l’instar du duo des sœurs Diaz, Ibeyi, reprenant Moon And Sand avec pour partenaire à la trompette l’inattendu … Benjamin Biolay.

Au final, un album à l’image de son inspirateur, où l’essentiel est au centre du jeu, une émotion prégnante, dénominateur commun de ces dix moments choisis.

Toutes les vidéos "Autour de Chet" sur le YouTube AutourDeChetVevo

Sur le même thème

L'équipe de l'émission :