Open jazz
Magazine
Jeudi 6 mai 2021
53 min

Anthony Joseph, l'envers du décor anglais

Manieur d’images, conteur de récits où l’humour se glisse en touches subtiles, Anthony Joseph fait de sa musique un acte de résistance et de combat. Une arme à la fois politique et spirituelle. “The Rich Are Only Defeated When Running For Their Lives” paraît chez Heavenly Sweetness.

Anthony Joseph, l'envers du décor anglais
Anthony Joseph, © Bunny Bread

Au sommaire aujourd'hui

  • Anthony Joseph à la Une

Entre les Caraïbes et Londres, les passerelles ont toujours été nombreuses, le colonialisme et son meilleur allié l’esclavagisme ayant favorisé la migration temporaire ou définitive d’afro-caribéens vers la capitale britannique. Pour des raisons diverses mais, parfois, pour se connecter au bouillonnement londonien, se mêler à la ferveur intellectuelle et culturelle, user de la place stratégique de la ville comme d’une caisse de résonance pour diffuser militantisme et pensées politiques. L'artistique s’invitant volontiers…

« The Rich Are Only Defeated When Running For Their Lives »
« The Rich Are Only Defeated When Running For Their Lives »

Après deux albums à l’axe de rotation caribéen, c’est la direction de Londres que le sextant musical d’Anthony Joseph a indiquée. Une ville où il s’est établi depuis de nombreuses années déjà, et dans l’effervescence de laquelle il s’est relié à la scène jazz locale. A cette nouvelle garde qui secoue le genre. Vigoureuse, inventive, respectueuse de son héritage swing, bebop, hard-bop, dont elle révèrent les œuvres tout en jouant avec ses propres codes infusés influences contemporaines.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Les grooves festifs qui habitaient ses précédents albums désormais obscurcis et approfondis, les climats propices à la réflexion s’installent, la force évocatrice intensifiée,, la conscience s’élargit et laisse la spiritualité s’approprier l’espace.

The Rich Are Only Defeated When Running For Their Lives”, est un titre que le sarcasme ou la prophétie éclaire selon l’angle choisi, avec lequel Anthony Joseph branche le présent sur les oeuvres de ceux qui l’ont précédé et inspiré dans la mise en musique de cette lutte libératrice. Avec le poète barbadien Edward Kamau Brathwait, les vers du Jamaïcain Anthony McNeill. Et en tirant le nom de son nouvel album du livre “Les Jacobins noirs.Toussaint Louverture et la Révolution de Saint-Domingue”, oeuvre de Cyril Lionel Robert James, un trinidadien qui fit le périple de son île jusqu’à Londres et défendit la cause du peuple noir et les droits des peuples colonisées. La trace d’un voyage qu’Anthony a lui-même effectué, depuis son archipel jusqu’à l’Europe où désormais il enseigne la littérature anglaise.

Tisser la route de ceux qui depuis l’Afrique il y a des siècles, depuis la Caraïbe il y a des décennies, ont migré de gré ou de force vers l’Occident. Se souvenir du jazz comme d’un mode d’action politique et social, actionner sa version free, ce mouvement d’émancipation et de libération des carcans et des chaînes. Les corps à corps entre les instruments et avec Anthony Joseph lui-même donnent alors lieu à des envolées dans le chaos desquelles la piste à prendre se défriche pour progressivement s'illuminer à en devenir évidente.

Aux beats aux cymbales légères s’agrègent patiemment cuivres, claviers et percussions ; des mélopées sombres, des soli cabrés, des mélodies conquérantes, des nappes vintage et des treillis serrés. Les improvisations collectives mènent à la cohérence qui unit la forme au fond. De la communion de l’instant, de cette capacité des musiciens à tous se relier au même moment, dépend le résultat. La musique d’Anthony Joseph devient alors un jazz progressif, conscient et politique, qui en studio comme sur scène, ne s’apprivoise pas.
Qui se capte dans toute son incandescence. Et se restitue aussi embrasée.
(extrait du communiqué de presse)

La programmation musicale :
  • 18h06
    Kamau - ANTHONY JOSEPH
    Anthony Joseph

    Kamau

    Anthony Joseph. : compositeur, Jason Yarde. : compositeur, Anthony Joseph (voix), Rod Youngs (batterie), Andrew John (basse électrique), Florian Pellissier (claviers), Jason Yarde (saxophone alto), Shabaka Hutchings (clarinette basse), Crispin 'Spry' Robinson (percussions), Thibaut Remy (guitare), Colin Webster (saxophone ténor)
    Album The rich are only defeated when running for their lives Label Heavenly Sweetness Année 2021
  • 18h16
    Calling England home - ANTHONY JOSEPH
    Anthony Joseph

    Calling England home

    Anthony Joseph : auteur
    Album The rich are only defeated when running for their lives Label Heavenly Sweetness Année 2021
  • 18h24
    Das Bitten der Kinder - THEO BLECKMANN & THE WESTERLIES
    Theo Bleckmann & The Westerlies

    Das Bitten der Kinder

    Paul Dessau. : compositeur, Theo Bleckmann (voix, électronique), Riley Mulherkar (trompette), Chloe Rowlands (trompette), Andy Clausen (trombone), Willem De Koch (trombone), Bertholt Brecht. : auteur
    Album This Land Label Westerlies (798576040093) Année 2021
  • 18h28
    I'll be seeing you - Dom Frontiere and his Eldorado
    Dom Frontiere

    I'll Be Seeing You

    Sammy Fain. : compositeur, Irving Kahal. : compositeur, Dom Frontiere (accordéon), Abe Most (clarinette), Bill Ulyate (clarinette basse), Jack Marshall (guitare), Mike Rubin (contrebasse), Nick Fatool (batterie)
    Album Don Frontiere ans his El Dorado / Fabulous Label Blue Moon (BMCD902) Année 2021
  • 18h33
    You'd be so nice to come home to - JIM HALL
    Jim Hall

    You'd Be so Nice to Come Home To

    Cole Porter. : compositeur, Jim Hall (guitare), Chet Baker (trompette), Paul Desmond (saxophone alto), Roland Hanna (piano), Ron Carter (contrebasse), Steve Gadd (batterie)
    Album Concierto Label Epic (EPC 4508962) Année 1975
  • 18h42
    I can't give you anything - Ethel Waters, Duke Ellington
    Duke Ellington & Ethel Waters

    I Can't Give You Anything But Love

    Jimmy McHugh. : compositeur, Dorothy Fields. : compositeur, Ethel Waters (voix), Duke Ellington (piano, direction), Arthur Whetsol (trompette), Cootie Williams (trompette), Freddie Jenkins (trompette), Joe Nanton (trombone), Lawrence Brown (trombone), Barney Bigard (clarinette), Johnny Hodges (saxophone alto), Harry Carney (saxophone baryton), Fred Guy (guitare), Wellman Braud (contrebasse), Sonny Greer (batterie)
    Album Les trésors du jazz 1929 / 1935 - Vol. 1 Label Chant Du Monde (5741204) Année 2002
  • 18h47
    Bud Powell in the 21st century : II. Continuity - ETHAN IVERSON & UMBRIA JAZZ ORCHESTRA
    Ethan Iverson & Umbria Jazz Orchestra

    Bud Powell in the 21st Century, Part 2 : Continuity

    Ethan Iverson. : compositeur, Ethan Iverson (piano, direction), Dayna Stephens (saxophone ténor), Ingrid Jensen (trompette), Francesco Fratini (trompette), Francesco Lento (trompette), Mirco Rubegni (trompette), Massimo Morganti (trombone), Roberto Rossi (trombone), Federico Pierantoni (trombone), Rosario Liberti (trombone basse), Manuele Morbidini (saxophone alto), Daniele Tittarelli (saxophone alto), Pedro Spallati (saxophone ténor), Rossano Emili (saxophone baryton), Ben Street (contrebasse), Lewis Nash (batterie)
    Album Bud Powell in the 21st Century Label Sunnyside (SSC1619) Année 2021
  • 18h52
    Ataraxia - GRAHAM COSTELLO'S STRATA
    Graham Costello's Strata

    Ataraxia

    Graham Costello. : compositeur, Graham Costello (batterie, pecussions), Liam Shortall (trombone), Harry Weir (saxophone ténor), Fergus McCreadie (piano), Joe Williamson (guitare électrique), Mark Hendry (basse électrique)
    Album Second lives Label Gearbox Année 2021
L'équipe de l'émission :