Open jazz
Magazine
Lundi 26 août 2019
54 min

Abdullah Ibrahim, le rêve et la balance

Abdullah Ibrahim propose un nouvel album solo tout droit venu de Bavière, sa nouvelle terre d’élection : “Dream Time” qui paraît chez Enja/l’Autre Distribution, est l’enregistrement d’un concert dont la sérénité déclenche l’enthousiasme – et l’un des plus beaux autoportraits de ce musicien.

Abdullah Ibrahim, le rêve et la balance
Abdullah Ibrahim, © X/DR

Au sommaire aujourd'hui

  • Abdullah Ibrahim à la Une
  • 10 CD à gagner en répondant correctement à la question posée par Alex Dutilh. Cliquez sur "contactez-nous" et laissez vos nom, prénom et adresse postale. 1 CD pour les 10 premières bonnes réponses. Bonne chance !

L’effet fascinant que la fusion de ces fragments de mémoire retraçant une vie mouvementée exerce sur l’auditeur se renouvelle à chaque audition : une musique et un message à fleur de peau.

Dream Time
Dream Time

Un calme au pouvoir ensorcelant. Des sons à peine audibles en introduction, se métamorphosent peu à peu en une mélodie. Des thèmes récurrents ; la mélodie intégrale reprend une seconde fois, soulignée par de petits détails surprenants, aboutissant à un accord qui est aussi une ouverture. Elle est suivie, dans le même style, par une autre mélodie. Une mélodie aux reflets mélancoliques, nous plongeant dans une atmosphère de rêverie lyrique – et aboutissant elle aussi à une fin ouverte. Qui peut-être n’en est justement pas une. Mais plutôt une transition. À bientôt 85 ans (il est né le 9 octobre 1934 au Cap), le pianiste sud-africain Abdullah Ibrahim maîtrise l'art de la transition comme aucun autre. Depuis toujours, ses concerts nous tiennent littéralement en haleine : le passage d'une mélodie à l'autre se fait en continu, pendant plus d’une heure et il émane de l'ensemble une beauté à la force toute spirituelle. Cette musique va bien au-delà de ses seules notes.

Quand on écoute ce pianiste se produisant en solo, on a l'impression d'assister au récit de toute une vie. Il tisse une toile musicale, reprenant plus tard certains fils de l’ouvrage, en abandonnant d’autres, et établit ainsi avec son public une discrète et lente communication jalonnée des moments fascinants qui constituent la mémoire. Loin de défiler en accéléré, elle semble bien au contraire s’écouler tel un fluide indolent capable de ralentir le temps. Il émane de ces soirées dont la tranquillité est la revendication d’une liberté tout archaïque une rare intimité : en se plongeant dans la musique d’Abdullah Ibrahim, l’auditeur découvre une proximité et une limpidité peu courantes.

Ces enregistrements ont été réalisés en 2019, un dimanche après-midi de mars, dans la grande salle de spectacle de l'auberge Hirzinger à Söllhuben, petit village bavarois dans la région du Chiemgau. Depuis quelques années, Abdullah Ibrahim s’y produit très volontiers car il vit désormais dans la région où il a rejoint celle qui est devenue sa compagne. Le musicien se sent à l’aise dans cette salle qui doit son ambiance à la fois intime et ouverte à sa charpente apparente – une atmosphère expliquant le caractère organique et harmonieux du long récit musical présenté ce soir-là.

S’agit-il d’un medley ? C'est ainsi que l'on appellerait spontanément un mélange de divers thèmes... s'il s'agissait d'autres musiciens. Chez Abdullah Ibrahim, le terme décrit certes le processus technique mais passe totalement à côté de l’essentiel. Un medley fonctionne comme une réponse condensée donnée aux auditeurs s’attendant à entendre un pot-pourri de grands succès – ou comment satisfaire chacun d’eux en lui offrant un petit bonbon musical. Chez Abdullah Ibrahim, les mélodies ne sont justement pas ces bonbons mais participent d'une identité musicale unique en son genre. Elles ne fondent pas dans la bouche en une petite minute mais se glissent doucement dans notre épiderme… et ne le quittent plus. Cet enchaînement de mélodies illustrant presque sept décennies d’une vie professionnelle consacrée à la musique ne cherche pas à créer un effet immédiat : son action lente se veut pérenne. Pas question de mitrailler le public en misant sur un effet de reconnaissance : nous assistons à une longue et sereine succession de légers gestes musicaux. Ils évoquent la dynamique d’une quête d’harmonie faite d’humanité et de sens de la communauté.

On retrouve ici bon nombre de références à d’anciens enregistrements. Même s’il manque Mannenberg, qui fut autrefois l’hymne du mouvement anti-apartheid, Blues for a Hip King est tout autant un message iconique de la musique sud-africaine et se retrouve au coeur de cet enregistrement. On aura déjà reconnu Capetown District Six, morceau empreint d’une intensité dramatique sous-jacente et rappelant une exaction raciste particulièrement exécrable : l’expulsion forcée de tout un quartier multiethnique transformé en zone résidentielle pour les Blancs.

Après s’être enfui de son pays natal en 1962, Ibrahim y est retourné en 1990 et s’est produit en 1994 lors de l’investiture de Nelson Mandela, le premier président noir du pays. Les thèmes empruntés à l’Afrique du Sud ne sont toutefois pas repris sous une forme accrocheuse mais font partie intégrante de la vie remarquable de cet homme qui est une icône de la musique. Et sont bien entendu des mélodies comptant, grâce à leur tonalité toute spécifique, parmi les airs les plus remarquables de l’histoire mondiale du jazz. Cet enregistrement d’une heure, sans aucune pause, renferme d'autres thèmes célèbres évoquant l'Afrique d’Ibrahim : le superbe Whoza Mtwana par exemple ou bien Sotho Blue qui est un véritable enchantement. On retrouvera également, dans cette mosaïque illustrant toute une vie consacrée à la musique et dont plusieurs reprises du thème Blue Bolero sont le fil directeur, des compositions comme For Coltrane et un hommage à Duke Ellington à qui le pianiste doit sa carrière internationale. 

Il n’y a aucune solution de continuité dans cette oeuvre : la musique afro-américaine qui fascinait déjà Abdullah Ibrahim à l’époque lointaine où il s'appelait encore Dollar Brand entre tout naturellement en symbiose avec les morceaux en forme d’hymne devenus représentatifs de la musique africaine. Abdullah Ibrahim les considère de toute façon comme un tout. Le passé et le présent fusionnent dès qu'il les interprète avec l’expression d’une lenteur et d’une tranquillité propres. La musique, ou plus exactement son esprit, devient un message hors du temps.
Roland Spiegel. (Extrait de texte du CD).

La programmation musicale :
  • 18h07
    Blue bolero n°2 - ABDULLAH IBRAHIM
    Abdullah Ibrahim

    Blue Bolero

    Abdullah Ibrahim. : compositeur, Abdullah Ibrahim (piano)
    Album Dream Time Label Enja Année 2019
  • 18h08
    Cape town district six - ABDULLAH IBRAHIM
    Abdullah Ibrahim

    Capetown District Six

    Abdullah Ibrahim. : compositeur, Abdullah Ibrahim (piano)
    Album Dream Time Label Enja Année 2019
  • 18h12
    Sotho blue - ABDULLAH IBRAHIM
    Abdullah Ibrahim

    Sotho Blue

    Abdullah Ibrahim. : compositeur, Abdullah Ibrahim (piano)
    Album Dream Time Label Enja Année 2019
  • 18h15
    Machopi - ABDULLAH IBRAHIM
    Abdullah Ibrahim

    Machopi

    Abdullah Ibrahim. : compositeur, Abdullah Ibrahim (piano)
    Album Dream Time Label Enja Année 2019
  • 18h15
    Whoza mtwana - ABDULLAH IBRAHIM
    Abdullah Ibrahim

    Whoza Mtwana

    Abdullah Ibrahim. : compositeur, Abdullah Ibrahim (piano)
    Album Dream Time Label Enja Année 2019
  • 18h19
    The balance - ABDULLAH IBRAHIM
    Abdullah Ibrahim

    The Balance

    Abdullah Ibrahim. : compositeur, Abdullah Ibrahim (piano)
    Album Dream Time Label Enja Année 2019
  • 18h22
    Blue bolero n°3 - ABDULLAH IBRAHIM
    Abdullah Ibrahim

    Blue Bolero

    Abdullah Ibrahim. : compositeur, Abdullah Ibrahim (piano)
    Album Dream Time Label Enja Année 2019
  • 18h25
    The anticipation - DUKE ELLINGTON
    Duke Ellington

    The Anticipation

    Duke Ellington. : compositeur, Duke Ellington (piano)
    Album An Intimate Piano Session Label Storyville (1018485)
  • 18h29
    Dreamtime - ABDULLAH IBRAHIM
    Abdullah Ibrahim, Ekaya

    Dreamtime

    Abdullah Ibrahim. : compositeur, Abdullah Ibrahim (piano), Cleave Guyton Jr. (flûte), Lance Bryant (saxophone ténor), Marshall McDonald (saxophone baryton), Andrae Murchison (trombone), Noah Jackson (contrebasse), Will Terrill (batterie)
    Album The Balance Label Gearbox Année 2019
  • 18h36
    Trianon - MARTIAL SOLAL
    Billy Byers, Martial Solal

    Trianon

    Martial Solal. : compositeur, Martial Solal (piano), Billy Byers (trombone), Jimmy Deuchar (trompette), Allen Eager (saxophone ténor), Benoît Quersin (contrebasse), Kenny Clarke (batterie)
    Album Réunion À Paris Label Fresh Sound (FSRCD978) Année 2019
  • 18h42
    B.L. - BIRELI LAGRENE
    Biréli Lagrène

    B.L.

    Biréli Lagrène. : compositeur, Biréli Lagrène (guitare solo), Gaiti Lagrène (guitare rythmique), Tschirglo Loeffler (guitare rythmique), Jan Jankeje (basse)
    Album Swing '81 Label Chant Du Monde (274 1290) Année 2005
  • 18h46
    Torx - ADRIEN SANCHEZ
    Flash Pig

    Torx

    Adrien Sanchez. : compositeur, Adrien Sanchez (saxophone ténor), Maxime Sanchez (piano), Florent Nisse (contrebasse), Gautier Garrigue (batterie)
    Album Year Of The Pig Label Nome (NOME016) Année 2019
  • 18h50
    The american dream - SYLVIE COURVOISIER
    Sylvie Courvoisier

    The American Dream

    Sylvie Courvoisier. : compositeur, Mark Feldman. : compositeur, Ikue Mori. : compositeur, Evan Parker. : compositeur, Sylvie Courvoisier (piano), Mark Feldman (violon), Evan Parker (saxophones), Ikue Mori (électroniques)
    Album Miller's Tale Label Intakt (CD270) Année 2016
  • 18h53
    Umberto - GIANLUIGI TROVESI , GIANNI COSCIA
    Gianluigi Trovesi & Gianni Coscia

    Umberto

    Gianluigi Trovesi. : compositeur, Gianni Coscia. : compositeur, Gianluigi Trovesi (clarinette alto), Gianni Coscia (accordéon)
    Album La Misteriosa Musica Della Regina Loana Label Ecm Records (ECM 26527738787) Année 2019
  • 18h56
    Appreciate - MATS EILERTSEN
    Mats Eilertsen

    Appreciate

    Mats Eilertsen. : compositeur, Arve Henriksen (trompette), Mats Eilertsen (contrebasse, claviers), Per Oddvar Johansen (batterie)
    Album Reveries And Revelations Label Hubro (HUBROCD2606) Année 2019
L'équipe de l'émission :