Mercredi 14 mai 2014
1h 27mn

Ouverture du festival Afrique dans tous les sens + rencontre avec Dyna B et Nono Battesti

A l'occasion de la cinquième édition du festival l'Afrique dans tous les sens, du 16 mai au 1er juin à Paris, Françoise Degeorges reçoit l'artiste de Guinée Bissau Naka, le pianiste-compositeur Jean-Philippe Rykiel et Seydou Gueye, directeur du festival. En seconde partie d'émission, elle reçoit les artistes d'origine haïtienne Dyna B et Nono Battesti.

Véritable voyage initiatique, ce festival pluridisciplinaire dévoilera l’Afrique dans tous ses sens, au gré d’une programmation éclectique. Des escales dans 15 pays d’Afrique feront se succéder artistes de renom (parmi lesquels Rokia Traoré, Naka, le duo Mory Djély Kouyaté et Jean-Philippe Rykiel…) et découvertes de la nouvelle scène world. Ces concerts seront accompagnés d’événements transverses : cycle de cinéma, table ronde, défilé de mode…

Jean-Philippe Rykiel, pour son album avec Mory Djely Kouyate
Tinkiso est né de la rencontre, improbable mais évidente, d’un griot et d’un “sound designer”. D’une voix et d’un piano. Celle du conteur guinéen Mory Djely Kouyaté et celui de l’instrumentiste-compositeur-arrangeur français Jean-Philippe Rykiel.

Ce disque ambitieux couvait depuis longtemps. C’est en 1989 que leur chemin se croise. D’un côté de la piste, Jean-Philippe Rykiel, amoureux de l’Afrique et de sa musique depuis qu’il a découvert l’émission “Bananas” sur France Inter, et adepte tout à la fois des explorations électroniques d’un Pierre Henry et du bebop d’un Thelonious Monk. Aveugle de naissance, le fils de la styliste Sonia Rykiel multiplie les aventures musicales, un jour aux côtés de Lokua Kanza, Salif Keita, Papa Wemba, Youssou N’Dour et du Super Rail Band, le lendemain dans la caravane de Leonard Cohen, Jon Hassell, Vangelis, Jacques Higelin, Brigitte Fontaine ou du moine tibétain Lama Gyourmé.
En face, sur le même chemin, Mory Djely Kouyaté, conscience sociale de la Guinée, considéré comme le plus grand ténor de la musique mandingue.

S’ils ont régulièrement partagé la scène, notamment lors du festival Africolor en 2003, et quelques collaborations discographiques, c’est la première fois que le conteur et le musicien se sont réunis autour d’un seul piano, même si “quelques nappes de synthétiseurs colorient certains morceaux”, s’amuse le chercheur de sons.
Musiques métisses, bien plus que simple rencontre du swing et de la musique
mandingue, Tinkiso apporte une couleur inédite à ce “jazz du monde. Tout entier tournés à leurs “improvisations”, Jean-Philippe Rykiel et Mory Djely Kouyaté n’[ont] qu’une seule idée: “Enrober la puissance de la voix d’un écrin acoustique.”
Extraits de la présentation de l’album par Benoît Merlin.

Page du duo sur le site de Safoul Productions.

Ramiro Naka
En digne héritier de sa Guinée Bissau natale, Ramiro Naka fait de sa musique un mélange de genres musicaux des plus variés : percussions, fado, samba et salsa, tous sont rassemblés autour d'un même style : le Gumbé, une rythmique jouée à l'origine avec de gros tambours, et une danse à l'énergie contagieuse.
Ramiro Naka parle des guinéens comme les « Latins de l'Afrique » puisqu'en Guinée Bissau, on parle portugais depuis plus de cinq cents ans. A cette image, la musique guinéenne est un savant mélange de traditions africaines, d'héritage colonial portugais, de fraternité brésilienne et de cousinage caribéen.
Et entre la musique afro ou lusophone, Ramiro n'a pas pu choisir... Ainsi, il propose une musique empruntant au Fado, à la Rumba et à la Salsa tout en conservant la force de la tradition africaine.

Ramiro Naka, qui désormais ne vit plus en Guinée, a su faire partager au public européen la culture de son pays. Son attachement au Gumbé est visible à travers ses albums, un véritable hommage à ce style qui est désormais indissociable de sa carrière. Auteur, compositeur, interprète, acteur, conteur ou peintre naïf, rien n'arrête Ramiro Naka !

Site de Ramiro Naka


► Rencontre avec Dyna B et Nono Battesti

♫ Dyna B
Née en Haïti en 1991, Dyna B est adoptée à 18 mois par une famille d’artistes du Brabant Wallon, mais garde le contact avec sa famille d’adoption grâce à son frère, le photographe Benjamin Struelens. Elle suit une formation intensive dès l’âge de 10 ans en danse hip-hop et en chant, en Belgique et à l’étranger. A 17 ans, elle est engagée comme danseuse et chanteuse du spectacle Momentum de la Compagnie Mayumana. Elle effectuera un an de tournée en Espagne et en Amérique du Sud avec plus de 60 représentations dans les salles de plus de 1000 places.

Avec son autre frère, le danseur chorégraphe Nono Battesti, elle chante et danse pour le spectacle Sources qui connaît un très grand succès tant en Belgique qu’à l’étranger avec plus de 200 représentations. Très remarquée par le public et la presse lors de la tournée 2010-2011 de Sources, Dyna B décide de faire une 2ème partie au spectacle en présentant sur scène une sélection de 10 reprises (John Lennon, Justin Timberlake, etc.) et 7 titres de sa composition. Ce sont les chansons que l’on retrouve dans son premier LP « Take a break ».

En novembre 2012 elle est à l’affiche du Festival « Né autre part » à Bruxelles, pour 21 représentations d’une création en duo avec le chanteur haïtien Abyjazz et 4 musiciens. En février et mars 2013, Dyna B effectue une tournée de 16 dates en Belgique francophone puis une tournée d’été.

Site de Dyna B

Nono Battesti et sa compagnie Dessources :
Créée à l’initiative de Nono Battesti, jeune danseur et chorégraphe de 20 ans né en Haïti, la Compagnie DESSOURCES a pour but de rendre la danse accessible à tous, de métisser les styles et d’être un outil de création à disposition de jeunes danseurs et chorégraphes.
Le mélange est le maître mot de la Compagnie : mélange de style, mélange d’art, mélange d’énergie. Dans une exigence artistique élevée, des danseurs polyvalents et des chorégraphes expérimentés cherchent à établir un équilibre entre le Contemporain, le Jazz, le Hip-hop, le Breakdance,...

Première création de Nono Battesti, en duo avec l'accordéoniste Didier Laloy, Sources est un récit autobiographique évoquant le parcours d'adoption d'un frère et d'une sœur tout droit venus d'Haïti, amenés à tisser des liens affectifs avec une nouvelle famille. Cette pièce mélange la danse hip hop, jazz et contemporaine.

Nono Battesti anime également des cours et des stages de danse en Belgique et à l'étranger. Il a créé La Battle de Rixensart qui réunit chaque année près de 900 spectateurs et 80 danseurs en Belgique.

Site de la compagnie Dessources, fondée par Nono Battesti.
Site consacré au spectacle Sources

L'équipe de l'émission :
Mots clés :