Mercredi 25 juin 2014
1h 28mn

Le festival Rhizomes + rencontre avec la chanteuse mauritanienne Malouma

Blaise Merlin, directeur du festival Rhizomes (à Paris du 28 juin au 13 juillet) nous parle de ses choix de programmation. La chanteuse Malouma évoque son dernier album "Knou" (2014).

Blaise Merlin, directeur du festival Rhizomes (à Paris du 28 juin au 13 juillet)
« Comme chaque été depuis 2002, Rhizomes invite les âmes sensibles et les oreilles curieuses de tous bords à trois week-ends de balades à travers-chants aux quatre coins du 18e arrondissement. Devenu un rituel pour des milliers de citoyens avides d’ouverture et de rencontres, notre programme enfile les plus belles perles de la musique des mondes, venues cette année de la Réunion, du Niger, de Tunisie, d’Italie, du Languedoc, de Marseille ou de Madagascar. »
Site internet du festival Rhizomes

Malouma
« Il faut chanter pour aujourd’hui, il faut réveiller les gens ». Rebelle, Malouma Mint Moktar Ould Meidah parle de ce qui dérange. Etouffée, par le régime en place, elle ne s’est jamais arrêtée de chanter, évoquant l’amour, les problèmes de mœurs et de société… Chose impensable pour une griotte. Artiste engagée, elle a même, pendant les élections, soutenu le parti d’opposition qui défendait la paix entre les différents peuples de Mauritanie.

Fille de Moktar Ould Meidah, musicien traditionnel, Malouma a été bercée par la musique. Elle apprend très tôt, les chants traditionnels et les légendes de sa famille. Mais la jeune fille veut découvrir d’autres contrées et écoute Mozart, Wagner, Chopin, Beethoven ainsi que les musiques venues d’Egypte, « Cela m’a donné une imagination plus grande, même si je ne peux pas totalement sortir de la tradition. » Elle modernise la musique qu’on lui a enseignée et raconte des choses nouvelles. Vers 15 ans, elle commence à écrire ses premières compositions. Chantées par les plus grands, elles seront très à la mode à Nouakchott. Elle part vivre dans la capitale, où elle se confronte à de nouvelles cultures.

Sa musique se colore parfois de variété occidentale et de blues. Aujourd’hui, adulée par la jeunesse, Malouma, considérée comme l’une des plus grandes musiciennes de son pays, puise sa musique dans son imagination : « Quand je compose, je ne suis plus en Mauritanie. Je vois les oiseaux, la chaleur, je veux la pluie. Je trouve mes inspirations dans un autre monde. »

Discographie :
1998 : Desert of Eden
2002 : Dunya
2007 : Nour
2014 : Knou

En savoir plus sur Malouma :
Article sur Knou, le dernier album de Malouma - site de RFI.
Article sur Malouma dans Télérama

Les invités :
L'équipe de l'émission :
Mots clés :