Mercredi 29 octobre 2014
1h 28mn

L'Appel du Maloya - Elie Guillou, Chanteur Public

Une transe maloya enflammée des réunionnais de Lindigo et de leurs invités.

Enregistré le 27 septembre 2014 à la Ferme du Buisson de Noisiel (77) dans le cadre du Festival d'Île-de-France, la transe hypnotique de Lindigo, dont le succès l'album "Maloya Power" paru en 2011, a dépassé les rivages de l'océan Indien.

Jusqu'en 1981, le maloya était interdit à la Réunion. Hérité des escalves africains et malgaches, il est mystique et créole, en bref, trop subversif pour les autorités françaises. Jusque là, il a circulé clandestinement dans les familles caffres (d'origine africaine) qui clament leur idendité sur ce blues ternaire. S'ils sont découverts, la gendarmerie embarque chanteurs et instruments.

A partir de 1981 (élection de François Mitterrand), le maloya explose et devient le symbole de l'identité réunionaise.

En 2009, l'Unesco reconnaît le blues de la canne à sucre comme patrimoine immatériel de l'humanité.
En 2011, avec "Maloya Power", la fièvre maloya gagne l'Europe, les Etats-Unis et le Brésil.

Lindigo

Olivier Araste (chant lead, kabosy, accordéon)
Aldo Araste (piker, balafon, choeurs)
Jean Frédéric Madia (djembe, ngoni, choeurs)
Jimmy Itema (kayamb, choeurs)
Lauriane Marcelin (kayamb, chant)
Mickael Pothin (piker, doumdoum, choeurs)
Valéry Servan (roulèr, choeurs)
Pascal Mariama Moutin (charley, sati, choeurs) invite
Fixi (accordéon)
Winston McAnuff (voix)
Guillaume Perret (saxophones)

Elie Guillou, Chanteur Public

Troubadour des temps modernes, le Chanteur Public met sa plume, sa guitare et sa voix à votre service afin d’écrire les chansons dont vous avez besoin.

Réunir vos idées, votre discours et les milles nuances de vos émotions en une chanson, voilà le métier de Chanteur Public.

L'équipe de l'émission :