Dimanche 22 décembre 2019
46 min

La Nuit de l'orgue ou le Roi des instruments dans tous ses états ! (1/6) - Saison 2

2ème Nuit de l'orgue sur France Musique : 4h de programmation non-stop autour du roi des instruments avec des extraits de concerts pris dans la saison d'orgue de Radio France (et quelques autres). La diversité sera notre devise, toutes époques confondues ! 1er chapitre avec Thomas Ospital...

La Nuit de l'orgue ou le Roi des instruments dans tous ses états ! (1/6) - Saison 2
Karol Mossakowski et Thomas Ospital, © Christophe Abramowitz

La vidéo du tournois d'improvisation de Thomas Ospital et Karol Mossakovski est en ligne !

C'est  tout d’abord dans la plus célèbre des 2 Fantaisies de Mozart que nous allons entendre Thomas Ospital.   Paradoxalement au fait que le compositeur considérait l’orgue comme « le roi de tous les instruments » (lettre à son père en date du 16 octobre 1777), il composa ses pièces pour des orgues mécaniques, ne se préoccupant pas de savoir si l’exécutant serait à même de parvenir à jouer le texte de ses 10 doigts et ses 2 pieds : toute interprétation (à un ou eux organistes) ne pourra donc que s’approcher du texte original...

Wolfgang Amadeus Mozart : Fantaisie en fa mineur K. 608
Thomas Ospital à l’orgue Grenzing de l’Auditorium de Radio France

C’est en 1912 que, dans le judet (district) de Mure, que Bartók enregistra sur son phonographe la source des deux premières danses, jouées par deux tziganes roumains. Cette même année, il recueillait à Torontál les mélodies des danses n°2 et 3, jouées par un homme sur une flûte paysanne, de même qu’en 1910, à Beiu (judet de Bihor), il avait capté la danse n°5 et le premier air de la danse n°6, que lui avait joués un jeune violoniste. La danse n°4 est rythmiquement la plus étrange du recueil. Le tzigane enregistré par Bartók la joue sur un rythme très curieux que le compositeur transcrivit d’abord dans une forme simplifiée puis reformula dans ses études sur la musique populaire. 

Béla Bartók : Six Danses populaires roumaines Sz. 56 BB 68
Thomas Ospital à l’orgue Grenzing de l’Auditorium de Radio France
Jean-Claude Gengembre, percussions

Jean Guillou à propos du Colloque n°8 : " Notes tenues, notes frappées ; notes qu’aucune respiration n’oblige à interrompre, et puis celles produites par le choc de maillets, de petits marteaux garnis de feutres durs : voilà bien une opposition susceptible de provoquer répliques et contradictions."

Jean Guillou : Colloque n°8 pour marimba et orgue opus 67
Thomas Ospital à l’orgue Grenzing de l’Auditorium de Radio France
Jean-ClaudeGengembre, marimba

L'équipe de l'émission :