Dimanche 18 mai 2014
1h 23mn

Jazz et abandon

ou comment le jazz s’attache à sublimer l’une des pires situations, celle de l’abandon

« Quand la fortune abandonne les hommes, tout les quitte… » Christine de Suède

Il nous intriguait beaucoup de savoir comment les musiciens de jazz, plutôt à fleur de peau, pouvaient artistiquement réagir à ce qui est à la fois le lot de chacun et la pire des infortunes : l’abandon.

Ausi surprenant que cela puisse paraître, le sentiment dominant n’est ni la colère, ni la complainte, ni la mélancolie, mais finalement une pudeur assez exquise…

L'équipe de l'émission :