Musiques-les-Bains
Programmation musicale
Dimanche 15 juillet 2018
58 min

Baden-Baden (2/2)

2ème journée à Baden-Baden et dans l'univers des stations thermales et balnéaires d'Europe. Plus que des lieux de soins, ces villes ont été des centres politiques, culturels et mondains, des lieux où se rencontraient rois, héritières, écrivains, compositeurs, poètes, muses...

Baden-Baden (2/2)
Une tombola à l'établissement des eaux de Bade, un soir de fête. Allemagne, Baden-Baden. Estampe, © Gallica - BnF

Les lieux

Baden Baden est située dans le Land de Bade-Wurtemberg au cœur de la Forêt-Noire. La ville est connue pour son centre de villégiature et sa station thermale parmi les plus chics du monde, quelque 800 000 litres d'eau jaillissent chaque jour des profondeurs de la terre via douze sources. 

À la fin du XVII S., la ville devient une station thermale réputée dans toute l'Europe, et très mondaine : Stéphanie de Beauharnais, grande-duchesse de Bade y vient en villégiature, pendant le XIX S. siècle la famille du tsar de Russie y fait de nombreux séjours, on appelait Baden-Baden la capitale « officieuse » de la Russie, on y rencontre aussi Tourgueniev, Tolstoï et Dostoïevski. Dans le même temps des Anglais créent un club de tennis et un golf, les premiers d'Allemagne ; la demi-sœur de la reine Victoria vivait à Baden-Baden. Comme en  témoignent des villas de style bostonien, le long de la Maria-Vitkoria-Strasse, la ville est également très prisée des Américains.

Les Thermes Friedrich, inaugurés en 1877, restent l'un des plus beaux établissements thermaux au monde et un des plus modernes lors de sa création. De style néo-Renaissance, doté d'une coupole au-dessus du bassin central, le bâtiment a conservé les cuivres, les stucs, les fresques et les carreaux de faïence peints. Le lancement du casino conçu par l’homme d'affaires français, Jacques Bénazet, surnommé le « roi de Bade » contribue aussi à l’essor de la ville et les joueurs, parmi lesquels Léon Tolstoï ou Marlène Dietrich se succèdent à la roulette ou à l'hippodrome, 

En 1945, après l'effondrement du Troisième Reich, la ville, épargnée par les bombardements alliés, devient le siège du commandement en chef des Forces françaises en Allemagne (FFA), les quartiers ouest de Baden-Baden deviennent une véritable ville française. 

La ville a gardé sa vocation touristique, notamment avec l'ouverture des « thermes de Caracalla » en 1985 (chalets, saunas et piscines) et d'un opéra de 2500 places en 1998, l'un des plus grands d'Europe, bâti dans l'ancienne gare construite pour l'empereur Guillaume II.

Les Rencontres

Marlène Dietrich cache ses yeux sous son chapeau... Là-bas c’est de Gaulle qui rencontre Adenauer en 1962, à cet endroit on croise aussi le tsar Alexandre et la reine Victoria… Et Thomas Mann.  Johan Strauss est venu 3 fois à Baden, il existe des photographies de lui en compagnie de Brahms, Hans von Bulow, Richard Wagner. Quant à Gounod, il descend de sa voiture ! C’est la dernière répétition, la générale de La Colombe, créée au Théâtre Municipal le 3 août 1860.
Les russes aiment Baden Baden, lisez « Le Joueur » de Dostoievsky, d’après lequel Prokofiev compose l’opéra du même nom. Nombreux sont les artistes qui s’installent dans cette ville thermale et musicale, où règne une dolce vita à l’allemande : Baden Powell entre 1983 et1989, Pierre Boulez arrivé à l’aube des années 60 et décédé ici il y a 2 ans... Autrefois on croisait Wilhelm Furtwangler, Janos Starker, maintenant c’est au tour de Valery Gerghiev, Daniil Trifonov, Rolando Villazon….

Les Musiques

Générique:  
Alexandre Glazounov : Novelettes opus 15;  4- Valse  
Quatuor Chostakovitch  
Olympia 524

Bronislaw Kaper : BOF "Les frères Karamazov" de Richard Brooks
Sapling / Ready / Fortune teller
Orchestre non identifié
John Green (direction)
Turner classics

Jacques Offenbach : La princesse de Trébizonde
Philharmonie de Baden Baden
Werner Stiefel (direction)
Sterling 10622 

F Holländer / R Liebmann : Ich bin die fesche Lola
Rondo Hitline  44025

Camille François : Moi, j’m’ennuie
Marlène Dietrich
Marianne Melodie 71970

Johann Strauss Fils : Lob der Frauen op 315 - polka mazur pour orchestre
Orchestre Philahrmonique de Vienne
Nikolaus Harnoncourt (direction)
DGG 4742502

Charles Gounod : La colombe
Philharmonie de Baden Baden
Werner Stiefel (direction)
Sterling 10622

Serge Prokofiev : Le joueur ; "Avec quels mots dirai-je tout cela à Pauline" (Acte I)  
Sergei Alexashkin
Ljuba Kazarnovskaya
Vladimir Galusin
Elena Obraztsova
Chœur et Orchestre du Théatre Kirov
Valery Gergiev (direction)
Philips 4545592

Baden Powell : Samba novo
Baden Powell (guitar)  
Pedro Sorongo (percussions)
Joaquim Henriquez (batterie)
Guy Pedersen (basse)
Trema 7107031

Pierre Boulez : 5 Notations pour orchestre
1. Modéré-Fantasque
2. Très vif
3. très modéré
4. Rythmique
5. Hiératique
Orchestre Symphonique de la radio de Baden Baden
Michael Gielen (direction)
Hanssler classic 93098

Wolfgang Amadeus Mozart : La flûte enchantée ; "Der holle Rache" (Acte II) Air de la reine de la nuit
Wilma Lipp
Orchestre Philharmonique de Vienne
Wilhelm Furtwangler (direction)
EMI 5667722

Einojuhani Rautavaara : Concerto n°1 pour violoncelle op 41 : Largo (mvt 2)
Janos Starker (violoncelle
Orchestre Symphonique de la radio de Baden Baden
Herbert Blomstedt (direction)
Hanssler Classic 94227

Jean Sébastien Bach : Concerto brandebourgeois n°3 en Sol M BWV 1048 : Adagio Orchestre Philharmonique de Berlin
Wilhelm Furtwangler (direction)
Naxos 8111136

Sources et références 

Hermann Hesse: "Le curiste'  éditions Calmann-Levy

Erik Orsenna et Jean-Marc Terrasse:  "Villes d'eaux"  éditions Ramsey Image, coll. "Les Nostalgies"

Wikipédia

L'équipe de l'émission :
58 min
samedi 14 juillet 2018 Baden-Baden (1/2)