Musique & web
Magazine
Mardi 3 octobre 2017
5 min

Tous musiciens grâce à internet ?

De plus en plus de musiciens amateurs se tournent vers Internet pour obtenir un accompagnement dans leur formation musicale, ou pour apprendre un nouvel instrument. De plus en plus de sites spécialisés sont disponibles.

Tous musiciens grâce à internet ?
Tous musiciens grâce à Internet ? Les outils en ligne évoluent..., © Getty

De plus en plus de sites d’enseignement musical sont disponibles en ligne, et proposent de véritables cours et des sessions de répétitions. Sur Youtube, des millions de vidéos - artisanales certes - permettent de suivre, gratuitement, des tutoriels de musique. On trouve par exemple un guitariste américain assis sur son lit, qui nous fait travailler le concerto d’Aranjuez, une soprano française qui nous fait faire des vocalises ou un baroqueux qui donne un cours de luth pour débutant. Tout cela est très sympathique, mais Youtube a ses limites...

En revanche, de nombreuses startups créent de véritables écoles de musique en ligne, payantes cette fois, avec des cours personnalisés. Il faut dire que le marché à conquérir fait rêver : selon les chiffres du ministère de la Culture, 15 millions de Français déclarent s’être essayés à un instrument à un moment de leur vie. Autant d’amateurs à qui il s’agit de redonner le goût de la pratique musicale.

La question se pose, pourquoi apprendre la harpe sur internet plutôt que dans un conservatoire ? Peut-être parce que le conservatoire peut avoir une image un peu stricte : concours d’entrée, obligation de suivre un certain nombre de cours, peu de flexibilité dans les horaires… Tandis que les écoles de musique en ligne proposent un enseignement à la carte. Le site Carpe dièse se présente par exemple comme la première école de musique par visioconférence. Plus besoin de se déplacer, il suffit d’appeler le professeur sur Skype pour recevoir un cours à distance, jusqu’à 22 heures. Ces écoles de musique en ligne promettent aussi de rendre l’apprentissage moins douloureux que dans l’enseignement traditionnel. On a tous un ami traumatisé par le solfège, qui a abandonné son instrument.

Parmi les nombreuses entreprises françaises qui se lancent sur le créneau, Meludia se concentre sur le plaisir et la sensation. Le site propose des exercices ludiques pour éduquer l’oreille, qui apprennent, par exemple, à différencier un accord mineur d’un accord majeur par l’émotion qu’il procure. Sur Imusicschool, l'accent est mis sur l'instrument, mais le site propose aussi les bases de solfège et d'harmonie.

Il y en a pour tous les goûts, toutes les exigences et tous les budgets. Et certains sites vont plus loin. Phonotonic propose d’apprendre la musique sans instrument de musique ! La start-up commercialise des objets connectés pour permettre à tout le monde de se prendre pour un maestro. Un capteur, relié en Wifi à une application, permet de transformer les mouvements du corps en sons et en mélodies...

Mais on est quand même plus dans le jeu vidéo que dans l’apprentissage musical. On imagine aisément la levée de boucliers des enseignants, tentés de considérer le numérique comme un rival dangereux, qui va vider les conservatoires de ses élèves. Mais nuançons. D’abord, la concurrence est-elle réelle ? Les cours de musique en ligne attirent surtout un public adulte, qui ne peut plus, ou ne souhaite pas, intégrer le modèle institutionnel des conservatoires. Et puis les cours en ligne ont des limites. Peut-on vraiment devenir musicien accompli en restant dans sa chambre, grâce à des vidéos ? L’écran installe forcément une distance avec l’élève. Or, l’apprentissage artistique est totalement lié aux sensations. Rien ne remplace la présence du professeur qui peut, comme en danse ou en sculpture, rectifier le geste, corriger la posture. L’apprentissage de la musique ne demande-t-il pas, non pas du sang et des larmes, mais un petit peu de sueur ? Pas d’interprétation réussie sans un minimum de gammes, d’arpèges et de rigueur.

Mais le numérique pourrait par contre encourager la pratique d’un instrument, et ces écoles en ligne peuvent déjà permettre aux musiciens amateurs de se faire plaisir, en jouant, sans complexes, et ça, c’est déjà essentiel.

L'équipe de l'émission :