Lundi 9 novembre 2020
12 min

Le concours de 1683 (3/6)

Evénement : Louis XIV recherche de nouveaux sous-maîtres pour sa chapelle. Un appel est lancé dans tout le royaume pour faire concourir, à Versailles, les meilleurs musiciens. Pendant les deux tours, la volonté de transparence de Louis XIV se heurte aux tentatives de favoritisme des courtisans.

Le concours de 1683 (3/6)
Musique et musiciens à la Chapelle royale : Le concours de 1683 (3/6), © Radio France

Concours de maître de Chapelle

Printemps 1683 : les quatre postes de sous-maître de la Chapelle royale sont vacants et le roi veut du sang neuf pour composer sa nouvelle musique religieuse.
Une lettre signée de sa main est partie de Versailles : elle a été transmise à tous les évêques du royaume. Ils ont prévenu les maîtres de musique de leurs cathédrales qu’un grand concours doit avoir lieu. Les meilleurs d’entre eux sont invités à se rendre à Versailles pour faire exécuter un motet de leur composition, devant le roi et la cour, à la messe.

Deux tours pour départager les candidats

L’effet attendu ne tarde pas à se produire : 35 candidats répondent à l’appel du roi…
Pendant plusieurs semaines, le roi et la Cour ouvrent grand leurs oreilles et découvrent chaque jour à la messe quotidienne, un nouveau motet, tentant ainsi de repérer les talents dignes de la fonction prestigieuse… 15 candidats sont retenus au final. Il s’agit maintenant de vérifier que le motet qu’ils ont fait jouer à la messe est bien de leur composition. Et pour cela, rien de tel que ce que l’on appelle une mise en loge avec une épreuve imposée.

L'épreuve de composition pour les finalistes

On les mène dans un lieu où ils sont nourris aux dépens du roi.
Enfermés dans des pièces séparées, ils n’ont droit à aucun contact, isolés de tout, ils ont six jours pour composer un motet sur un psaume imposé… Puis on tire au sort l’ordre selon lequel les motets seront exécutés devant le roi et la cour, à raison d’un motet par jour, durant la messe du roi. 

Nicolas Goupillet, maître de musique de la cathédrale de Meaux, ouvre le bal, le 26 mars, suivi le lendemain par Jean Mignon, maître de musique de Notre-Dame de Paris.
Le 7e jour, ce sera au tour de Paolo Lorenzani, maître de la Musique de la reine Marie-Thérèse. En 15e position, le rémois Pascal Collasse, fermera la marche.

Tentatives de favoritisme

Louis XIV veut l’objectivité, mais des coteries se forment, et avec elles des tentatives de favoritisme. Chaque personnalité influente cherche à placer son protégé : Lully soutient Pascal Collasse, le plus fidèle de ses disciples et son assistant ; Pierre Robert penche pour Guillaume Minoret ; Bossuet, soutenu par la Dauphine, presse le roi de choisir Nicolas Goupillet, le maître de musique de la cathédrale de Meaux, dont il est évêque.
Une fois ces trois musiciens retenus, il ne reste qu’une place à prendre. Cette fois, le monarque impose son propre choix : Michel-Richard de Lalande, 26 ans.

Extraits musicaux

Michel-Richard de Lalande,Beati quorum remissæ sunt S5 (1683), symphonie
Michel-Richard de Lalande : Grands motets,
Les Pages & les Chantres du Centre de musique baroque de Versailles
La Grande Écurie et la Chambre du roi (dir. Jean-Claude Malgoire), dir. Olivier Schneebeli
1 CD, Virgin Classics « Veritas » (2002)

Marc-Antoine Charpentier,Les Arts florissants H.487, scène 1 (extrait), « Dans un désert stérile où l’ingrate Nature » (L’Architecture)
Marc-Antoine Charpentier : Les Arts florissans
Ensemble Marguerite Louise, dir. Gaétan Jarry (L’Architecture : Anaïs Bertrand)
1 CD, Château de Versailles Spectacles (2019)

Pascal Collasse,Lauda Jerusalem, « Non fecit taliter »
La Chapelle royale de Versailles : grands motets de Collasse et Desmarest sous Louis XIVLe Concert Spirituel, dir. Hervé Niquet
Enregistrement non commercial de l'Automne musical du Centre de Musique Baroque de Versailles, 2003.
Concert du samedi 29 novembre 2003, Chapelle royale du château de Versailles. 

Michel-Richard de Lalande,Beati quorum remissæ sunt S5 (1683)
« Quoniam tacui » (symphonie)
« Pro hac orabit ad te omnis sanctus »
« Intellectum tibi dabo »
« Lætamini in Domino »
Michel-Richard de Lalande : Grands motetsLes Pages & les Chantres du Centre de musique baroque de Versailles
La Grande Écurie et la Chambre du roi (dir. Jean-Claude Malgoire), dir. Olivier Schneebeli
1 CD, Virgin Classics « Veritas » (2002)

Jeudi 12 novembre 2020 >>> Ouverture virtuelle des portes de l'Expodcast Centre de musique baroque de Versailles / France Musique

A partir du jeudi 12 novembre 2020, retrouvez la Chapelle royale de Versailles et les protagonistes de cet épisode sur le site www.expodcast.cmbv.fr avec des archives, des vidéos, des rencontres et bien d’autres surprises !   
L’Expodcast, une expérience sonore et visuelle proposée par le Centre de musique baroque de Versailles, en partenariat et coproduction avec France Musique et en partenariat avec le château de Versailles. 

Ecriture et voix : Suzanne Gervais   
Conseil scientifique : Thomas Leconte

Les extraits musicaux sont fournis avec l'aimable autorisation des labels Warner (Erato, Virgin Classics, Fnac), Alpha Classics, Harmonia Mundi, Naïve, BNL, Tempéraments, Glossa Music, Château de Versailles Spectacles, Naxos, K617, Musiques à la Chabotterie, Mirare, Hyperion, Analekta, Rondeau production et Alto.

L'équipe de l'émission :
Partenaires :
  • Logo CMBV