Musique émoi
Entretien
Dimanche 16 septembre 2018
1h 28mn

Régis Debray, journaliste, écrivain et philosophe.

Régis Debray, journaliste, écrivain et philosophe.
Régis Debray et Elsa Boublil, © France Musique

Une émission en partenariat avec le magazine Grazia.

Magazine Grazia
Magazine Grazia

L'intellectuel est si souvent imbécile que nous devrions le tenir pour tel jusqu'à ce qu'il nous prouve le contraire. Bernanos.

Programmation musicale

Georges Brassens
Chanson pour l’Auvergnat
Georges Brassens, chant et guitare   

Wofgang Amadeus Mozart
Cosi Fan Tutte (Soave sia il vento, Acte I)
Teresa Stich-Randall, soprano  
Tereza Berganza, mezzo-soprano
Marcello Cortis, basse
Orchestre de la Société des Concerts du Conservatoire
Direction : Hans Rosbaud   

Edvard Grieg
Peer Gynt (Chanson de Solveig)  
Petits chanteurs à la croix de bois  

Maurice Ravel  
Boléro  
Jacques Loussier, piano
Benoit Dunoyer de Segonzac, contrebasse
André Arpino, batterie    

Ernesto Lecuona  
La comparsa  
Simon Ghraichy, piano    

Gabriel Fauré
Requiem (Libera me)
Orchestre National de France  
Choeur Accentus   
Maitrise de Paris  
Direction : Laurence Equilbey    

Anton Dvorak  
Symphonie du Nouveau Monde (scherzo)
Chambre Philharmonique  
Direction : Emmanuel Krivine    

Ariel Ramirez
Misa Criolla (Introduction, Kyrie)
Orquesta Indoamericana  
Collegium Musicum de Buenos Aires  
Direction : Oscar Cardozo Ocampo   

Jean-Sébastien Bach  
Variations Goldberg
Glenn Gould, piano   

Carl Orff  
Carmina Burana (O fortuna)
New Philharmonia chorus and orchestra
Direction : Rafael Fruhbeck de Burgos   

Igor Stravinsky  
L’histoire du soldat (Deuxième tableau : Marche royale)   

Violeta Parra  
Gracias a la vida
Violeta Parra, chant et guitare 

L'actualité de notre invité

Bilan de faillite, Régis Debray
Bilan de faillite, Régis Debray , © Gallimard

Bilan de faillite
Régis Debray
Edition Gallimard 

"Un dépôt de bilan peut se consigner dans la bonne humeur,  avec clins d’œil et sourires. C’est cette variante teintée d’humour,  rarement pratiquée au tribunal de commerce, qu’a choisie Régis Debray,  dans cette lettre d’un père à son fils bachelier, en quête de conseils  sur la filière à suivre. Littérature, sociologie, politique, sciences  dures ? En empruntant le langage entrepreneurial, celui de notre temps,  l’auteur lui expose les bénéfices qu’un jeune homme peut dorénavant  attendre de ces divers investissements.
En lui recommandant instamment d’éviter la politique.
Bien  au-delà de simples conseils d’orientation professionnelle, ce  livre-testament voudrait faire le point sur le métier de vivre dans le  monde d’aujourd’hui, sans rien sacrifier aux convenances.
Beaucoup d’adultes et quelques délurés sans âge particulier pourront sans doute y trouver leur compte. "        
 

L'équipe de l'émission :