Musique émoi
Entretien
Dimanche 17 juin 2018
1h 58mn

Florence Delay, écrivaine

Florence Delay, écrivaine
Florence Delay et Elsa Boublil, © France Musique

Une émission en partenariat avec le magazine Grazia.

Magazine Grazia
Magazine Grazia

Je trouve assez d’épaisseur à la surface du monde. Jean Giraudoux

Programmation musicale 

Saeta
Pepe de la Matrona, chant
Roman el Granaino, guitare 

Jean-Philippe Rameau
Hymne à la nuit
Maitrise de la Cathédrale de Reims
Ghislaine Lardennois, orgue. 

Wolfgang Amadeus Mozart
Rondo en la mineur K.511
Anne Queffelec, piano

Johannes Brahms
Rapsodie op.53
Choeur et Orchestre Philharmonique de Londres
Kathleen Ferrier, contralto
Direction : Clemens Kraus

Henri Purcell
King Arthur : What power art thou (Acte III, scène n°2 Air du génie du froid)
Christopher Purves, basse
Le Concert d’Astrée
Direction : Emmanuelle Haïm

François Couperin
Leçons de ténèbres (1ère leçon : Aleph quomodo sedet)
Alfred Deller, haute contre
Wilfred Brown, ténor,
Harry Gabb, orgue
Desmond Dupre, viole de gambe

Felix Mendelssohn
Elias op 70 (Ouverture et Hilf Herr Hilf Herr (Acte I, Choeur du peuple)
Akademie fur alte Musik Berlin
Chœur de Chambre du RIAS de Berlin
Direction : Hans Christophe Rademann

Manuel de Falla
Les Tréteaux de Maître Pierre (scène 2)
Orchestre Poitou Charentes
Direction : Jean-François Heisser

Canciones españolas
Perdida de Antequera
Tereza Berganza, mezzo soprano
Narciso Yepes, guitare
Félix Lavilla, pianoforte

Claudio Monteverdi
Lamento d’Arianna: Zefiro torna e di soavi accenti sv 251
Concerto Vocale

Astor Piazzolla
Libertango
Michel Portal, clarinette
Richard Galliano, accordéon 

Alban Berg
Suite lyrique pour quatuor à cordes (Andante amoroso)
Quatuor Prazak 

Igor Stravinsky
Histoire du Soldat (extraits)
Orchestre du Théâtre National de l’Opéra de Paris
Direction : Jean François Verdier

Julio Iglesias
Je n’ai pas changé 

L'actualité de notre invité 

Haute couture
Forence Delay
(Ed. Gallimard)

Hante couture, Florence Delay
Hante couture, Florence Delay, © Gallimard

"Contrairement à Velazquez, son contemporain du Siècle d'or espagnol,  Zurbarán a surtout peint des saints et des saintes. Les premiers sont  célèbres, les secondes beaucoup moins. L'auteur n'a d'yeux que pour  elles.
D'abord pour la façon riche et mondaine dont le peintre les a  habillées. Les robes qu'elles portent sont à mille lieues de leur  condition. Au fait, qui étaient-elles ces oubliées?
À travers une  quinzaine de tableaux choisis dans les musées ou les catalogues,  Florence Delay mène l'enquête. «Une robe, une vie», telle est la  composition de ce livre où le dessein secret de Zurbarán rejoint celui  du couturier Balenciaga, autre génie silencieux."

L'équipe de l'émission :