Musique connectée
Magazine
Lundi 5 octobre 2020
1 min

Un nouvel orchestre de mandolines sur les rives de la Méditerranée

Suzanne Gervais nous emmène aujourd'hui en Méditerranée, pour nous présenter un tout nouvel Orchestre, composé uniquement de mandolines, instrument phare de la région durant l'entre-deux guerres.

Un nouvel orchestre de mandolines sur les rives de la Méditerranée
Une mandoline - Musique connectée du 05/10/2020, © Getty / Alan Piscaglia / EyeEm

Un tout nouvel orchestre, L’Orchestre de la Méditerranée, est né il y a un peu plus d’une semaine. Il s'agit d'une formation particulière, puisqu'elle est uniquement composée de mandolines, c’est ce qu’on appelle un orchestre à plectres ! Cet orchestre est calqué sur le modèle de l’orchestres à cordes, les mandolines remplaçant les violons, les mandoles remplaçant les altos, les guitares jouant le rôle des violoncelles et une mandoloncelle, instrument étonnant et peu commun, prend la place de la contrebasse.

Un instrument historique

Alors que les orchestres à plectres sont assez rares aujourd’hui, ils étaient nombreux dans le Sud de la France, entre les deux-guerres ! Avant la Seconde guerre mondiale, chaque ville du Sud avait le sien, voir les siens. A Marseille par exemple, il y en avait un dans chaque département, à la manière des villes du Nord qui ont leur fanfare et leur harmonie. 

On l’a oublié, mais trois millions de Français jouaient de la mandoline dans les années 1930 ! Jusqu’en 1941, la seule classe au monde de mandoline était au conservatoire de Marseille. Après la deuxième guerre, cet instrument est tombée en désuétude, mais revient en force depuis quelques années. On compte notamment une classe au conservatoire de Paris, une autre à Annecy, et une à Marseille, créée en 2009 par le mandoliniste belge Vincent Beer-Demander, un musicien qui a eu l’idée il y a quelques mois, de créer l’Orchestre de la Méditerranée.

Un renouveau

Cet orchestre est composé de 60 jeunes mandolinistes venus de toute la rive française de la Méditerranée, de Bézier à Monaco, en remontant jusqu’à Avignon. Le premier week-end de travail était fin septembre, et le second aura lieu le 9 décembre, à Marseille, pour une répétition publique et un concert. L’idée n’est pas de leur faire jouer Vivaldi, Paganini ou des reprises de chansons connues, comme un énième « O Sole Mio », mais bien d’encourager un nouveau répertoire pour la mandoline. L’Orchestre de la Méditerranée travaille donc une nouvelle partition, un « Noël napolitain » commandé à un compositeur italien de 35 ans, Salvatore Della Vecchia.

Si la mandoline revient en flèche, c’est surtout car les mandolinistes passent commandes dans tous les horizons musicaux, sans distinction esthétique, mais également que les compositeurs s’intéressent de plus en plus à ce sympathique instrument.

Malgré les circonstances et les incertitudes, nous souhaitons longue vie à ce jeune Orchestre de la Méditerranée qui veut, l’année prochaine, s’ouvrir à l’autre rive méditerranéenne, et notamment à l’Algérie.

L'équipe de l'émission :