Musique connectée
Magazine
Jeudi 16 janvier 2020
1 min

Streaming en 2019 : des chiffres vertigineux

Le rapport annuel de la société d’analyse Nielsen Music est tombé : 2019 est l’année de tous les records pour les services de streaming musical.

Streaming en 2019 : des chiffres vertigineux
Les chiffres du streaming sont impressionnants, © Getty / 10 000 Hours

La barre des mille milliards de flux a été, pour la première fois, franchie. Le streaming devient une norme incontournable pour l’industrie musicale. Le rapport Nielsen, très attendu dans la filière, dévoile aussi les préférences des internautes en matière de plateforme : sans surprise, sur la plupart des marchés mondiaux.
En effet, Youtube a été en 2019, la plus utilisée au monde pour écouter de la musique, suivie par Spotify. On note aussi que de nouvelles applications émergentes sont de plus en plus populaires, comme TikTok.

Alors le streaming, c’est génial, mais il y a tout de même quelques risques : avec ce système, certains artistes, certaines chansons passent en boucle et sont diffusés un nombre hallucinant de fois, tandis que plein d’autres musiciens et esthétiques passent totalement à la trappe, et cela malgré l’effort croissant de personnalisation des playlists.
Gare donc à une uniformisation encore plus grande de nos goûts musicaux. Le streaming certes, mais pour rester curieux et faire des découvertes, on privilégiera des plateformes de streaming plus indépendantes et l’écoute, aussi, de la radio !

Enfin, la question du coût environnemental du streaming est loin d’être anecdotique : toujours plus de virtuel ne veut pas forcément dire moins de pollution. Même si le disque a perdu de sa superbe, l’industrie musicale continue d’être très polluante. Des chercheurs de l’Université de Glasgow avaient déjà révélé que même si la production globale de plastique a diminué, les émissions de gaz à effet de serre produite par le streaming continuent de polluer.
L’énergie utilisée pour alimenter l’écoute de musique en ligne, c’est énorme. Alors que faire ? Se désabonner ? Non ! Mais essayer de compenser : on fait le tri dans ses mails, on les supprime, on adopte de toute urgence une routine numérique écoresponsable.

L'équipe de l'émission :