Musique connectée
Magazine
Vendredi 25 décembre 2020
1 min

Stradivarius volé : l’enquête du Lamoureux-Zimbalist rendue publique par le FBI

Le violon est roi en ce matin de Noël pour honorer la mémoire d’Ivry Gitlis. Suzanne Gervais retrace la folle histoire d’un Stradivarius disparu il y a presque 60 ans et dont le FBI vient de rendre l’enquête publique.

Stradivarius volé : l’enquête du Lamoureux-Zimbalist rendue publique par le FBI
L’enquête du stradivarius volé, il y a plus de 60 ans, rendue publique par le FBI, © Getty / D-Keine

L’instrument du jour vaut des millions d'euros et fait partie de ces huit Stradivarius, au moins, volés il y a des années et toujours portés disparus. Ces instruments dont on n’entendait plus parler jusqu’à ce qu’une nouvelle piste, un rebondissement dans l’affaire, mobilise à nouveau les enquêteurs.
Le Stradivarius en question s’appelle le « Lamoureux-Zimbalist ». Lamoureux comme le chef d’orchestre et violoniste français, et Zimbalist comme Efrem Zimbalist, violoniste et grand collectionneur : deux de ses anciens propriétaires.
Il a été fabriqué en 1735 dans l’atelier du maître de Crémone et il a été volé en 1962 à New-York, chez son propriétaire, le violoniste David Sarser.
Nous vous en parlons ce matin car ce précieux violon, recherché depuis presque 60 ans par le bureau du « crime artistique » du FBI, vient d’être ajouté à la base de données publiques du « National stolen art file », en français le dossier des œuvres d’art volées, c’est-à-dire que l’enquête est désormais publique. La plupart du temps les enquêtes qui concernent les œuvres d’art volées sont maintenues secrètes pour mieux localiser l’objet volé. 

L’histoire de ce violon volé est une vraie saga ! Juste après le vol, le FBI est mis sur le coup, le violon est brièvement localisé chez un marchand du New Jersey, mais quand la police arrive, aucune trace de l’instrument. En 1981, un courtier britannique l’aurait transporté incognito jusqu’à Londres et stocké dans un coffre-fort, à la banque, avant de le revendre à un mystérieux acheteur japonais, pour la somme de 200 000 dollars. Puis, plus rien, silence radio pendant des décennies.
C'est alors que fin 2017, quelque part au fin fond des arcanes du dark web, au milieu d’annonces de vente de stupéfiants et de fausses pièces d’identité, le FBI repère un Stradivarius à vendre pour la somme de 500 000 dollars. Le dossier est donc rouvert, les recherches reprennent pour localiser le Lamoureux-Zimbalist. L'agent chargé de l’affaire s’appelle l’inspecteur McKeogh, un vrai nom de polar.
Ainsi il se rend en Norvège pour rencontrer l’homme derrière la mystérieuse annonce, un vendeur de drogue connu des services de police, mais rien : toujours pas de trace de l’instrument.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

De New-York à la Norvège en passant par le Japon, les recherches continuent, avec une enquête désormais publique, pour tenter de localiser le Lamoureux-Zimbalist. Espérons que ce violon ne rejoigne pas la liste des œuvres d’art volées, au destin définitivement auréolé de mystère.

L'équipe de l'émission :