Musique connectée
Magazine
Vendredi 26 mars 2021
1 min

Streaming : à l’Ircam, un outil inédit pour favoriser les découvertes musicales

Il s’en passe des choses dans les studios de l’Ircam ! Coup de projecteur sur Métasound, un programme ambitieux, développé pour permettre de faire davantage de découvertes musicales sur les plateformes de streaming.

Streaming : à l’Ircam, un outil inédit pour favoriser les découvertes musicales
L'Ircam met au point une nouveau programme, Métasound, pour découvrir des musiques de façon différente sur les plateformes de streaming, © Getty / Raphaël Gaillarde

Si vous êtes adepte du streaming, vous vous êtes forcément déjà vu proposer ce qu’on appelle des playlists d’ambiance : playlist pour travailler, playlist au coin du feu ou playlist jour de pluie, etc. Depuis quelques années, ces playlists de « mood » explosent sur Spotify, Deezer, Apple Music, Qobuz... Ajoutez à cela le travail des algorithmes de recommandation musicale, qui se basent sur ce que vous avez déjà écouté – dix pièces mélancoliques pour piano, plusieurs titres de rap coréen ou quinze heures de Xenakis – pour vous proposer des morceaux susceptibles de vous plaire.

Contrer le déterminisme musical

Or, les playlists d’ambiance et la recommandation musicale ont deux défauts. Les playlists sont statiques : on reste dans un état d’esprit, une ambiance, du début à la fin, et la recommandation musicale, elle, a la fâcheuse tendance à enfermer l’auditeur dans certains genres, certains styles. Elle est finalement très déterministe : on est assigné à un profil socio-culturel, à un territoire. Où sont la vraie découverte et la vraie surprise musicale ? Les algorithmes ne proposent qu’une infime partie des milliers de titres que possède une plateforme de streaming. C’est pour cela que les Métasounds, les outils développés par les ingénieurs de l’Ircam, sont pleins de promesses. 

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Du slam à Xenakis

C’est un programme informatique qui permet d’analyser très finement un catalogue de musique en transformant l’onde sonore en une série de paramètres descriptifs extrêmement précis : le rythme, le tempo, la grille harmonique, le début et la fin de chaque mesure, la structure du morceau, etc. L’idée, c’est de proposer une classification différente, plus fine, des morceaux de musique, pour créer des playlists plus diversifiées et davantage basées sur le ressenti de l’auditeur. Tenez : entre du slam et une pièce de Xenakis, il y a peut-être une structure en commun, qui permettrait de les regrouper dans une même playlist ! 

Vers des playlists évolutives et personnalisées

Prenez les fameuses playlists pour faire du sport. Toutes les plateformes en proposent. La classification opérée par Métasounds pourrait proposer un parcours sonore lié à l’intensité du sport que l’on fait et le rythme de la musique créerait une vraie trame d’entraînement. A quand une playlist « Les dix meilleures musiques contemporaines de l’année pour faire mes abdos » ?  En classant la musique avec des paramètres liés au tempo, au rythme ou encore à l’harmonie, plutôt qu’au genre « rock », « blues », « classique », Métasound permettra d’élaborer des playlists en fonction de la personne et de son usage.

Un outil pour les plateformes de streaming

Aujourd’hui Métasounds commence à être utilisé par les majors de la distribution musicale et les plateformes de streaming sont bien sûr de potentiels clients du programme développé par l’Ircam. Car un outil qui permet d’ouvrir le champ des possibles musicaux en recommandant à l’auditeur des œuvres qu’il n’entend pas habituellement et qu’il n’attendait pas, c’est une sacrée proposition politique !

L'équipe de l'émission :