Musique connectée
Magazine
Vendredi 22 janvier 2021
1 min

En Alsace, le dernier fabricant de boîte à musique

Suzanne Gervais nous conduit aujourd'hui en Alsace, dans le Haut-Rhin, à deux pas la frontière suisse, pour nous présenter un artisan qui perpétue un savoir-faire du 18e siècle.

En Alsace, le dernier fabricant de boîte à musique
Francis Schlewitz dans son atelier, © Youtube

De la naturopathie à l'artisanat

Contrairement à ce que l'on pourrait penser, Francis Schlewitz n’est pas issu d’une longue lignée d’artisans, qui se seraient transmis le savoir-faire au fil de génération en génération. Loin de là : à 64 ans et après une carrière de naturopathe, Francis Schlewitz s’est pris de passion pour les boîtes à musique et leurs mécanismes délicats.

Une invention suisse du 18ème siècle

Aujourd’hui, Francis Schlewitzperpétue, dans son atelier de la petite commune de Dannemarie, un savoir-faire qui date du 18ème siècle et qui est né près de chez lui, au royaume de la mécanique : en Suisse ! Ces petites boîtes ont une longue histoire : à la fin du siècle des Lumières, en 1796, Antoine Favre, un horloger suisse inventeur dans l’âme, a l’idée d’un petit mécanisme musical qui serait constitué d’un cylindre en laiton garnis de pointes et d’une sorte de peigne avec des petites lames en acier accordées avec précision, les lames venant frotter le cylindre en mouvement. D’autres horlogers profitent de l’invention et introduisent le mécanisme dans des bagues, des montres, des tabatières et des petites boîtes en bois peint. Le bois est idéal puisqu’il agit comme une caisse de résonance.

Succès dans les salons 

La fabrication des boîtes à musique en Europe reste longtemps très artisanale : les pièces sont assemblées individuellement, souvent par des paysans qui veulent augmenter leurs revenus. Elles passent ensuite entre les mains d’artisans ébénistes, graveurs, peintres ou même joailliers. Ces petites boîtes, souvent richement décorées, vont rencontrer un succès fou, pas seulement auprès des enfants, comme aujourd’hui, mais surtout auprès des adultes, dans les salons notamment.

Vers 1875, début de la deuxième révolution industrielle, les fabricants suisses se lancent dans la production industrielle. Mais, au début du 20e siècle, la mode de la boîte à musique décline : l’apparition du phonographe les rends caduques. 

La spécialité de Francis Schlewitz, c’est la marqueterie, la découpe et le décor, au pinceau et à l’aiguille, de la boîte en bois de sapin. Il privilégie les décors alsaciens : des cigognes et des petits personnages enfantins en tenues traditionnelles ! Chaque année, ce passionné vend entre 20 et 30 boîtes à musique, jusqu’aux Etats-Unis. Et côté mélodies, ses boîtes jouent et rejouent les classiques : la Petite musique de nuit de Mozart, une Danse hongroise de Brahms, le Lac de Cygne de Tchaïkovski et, bien sûr, Casse-Noisette et sa Fée dragée…

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies
L'équipe de l'émission :