Musique connectée
Magazine
Vendredi 12 février 2021
1 min

Des chercheurs font sonner une corne en coquillage vieille de 18 000 ans

Et si un coquillage retrouvé dans une grotte du Paléolithique n’était pas un récipient pour boire, mais un instrument de musique ? Les chercheurs de l’Université de Toulouse ont ainsi redonné un second souffle à une corne préhistorique.

 Des chercheurs font sonner une corne en coquillage vieille de 18 000 ans
Des chercheurs font sonner une corne en coquillage vieille de 18 000 ans. Museum d'histoire naturelle de Toulouse., © C. Fritz

Un do, un ré, un do dièse, trois notes qui sont celles d’une corne en coquillage vieille de 18 000 ans, que des archéologues ont trouvé dans la grotte de Marsoulas, au pied des Pyrénées françaises, en 1931. Au cœur de cette grotte décorée de peintures rupestres, de fresques où se suivent bisons, chevaux et humains, l’équipe de chercheurs tombent alors sur un gros coquillage beige décoré de points rouges, une coquille de 31 centimètres de long. 

Un coquillage délibérément transformé

A l’époque, les archéologues ont supputé que l’objet n’était rien d’autre qu’un récipient à boire. La coquille a dormi paisiblement pendant près de 90 ans au Museum d’histoire naturelle de Toulouse, jusqu’à ce qu’en 2016, un groupe de chercheurs de l’Université de Toulouse décide d’examiner minutieusement le coquillage de Charonia. C’est comme ça qu’il a été baptisé, à cause de l’escargot de mer Charonia Lampa, qui vit encore aujourd’hui dans le golfe de Gascogne. A force de scanners, d’imagerie 3D et grâce à l’introduction d’une minuscule caméra à l’intérieur du coquillage, les chercheurs ont conclu que la coquille avait été délibérément ébréchée, perforée et lissée par endroit pour être transformée en instrument à vent.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Un véritable trésor

C’est donc un exemplaire rarissime de corne de coquillage de la fin de la période paléolithique qui a été retrouvé dans la grotte de Marsoulas en 1931. Un tel exemplaire d’instrument de musique est particulièrement précieux pour la recherche car il aide à brosser un tableau de la façon dont vivaient les habitants des cavernes, les hommes du Magdalénien plus précisément, car il est difficile d’étudier l’art rupestre sans contexte culturel. Le plus vieil instrument à vent actuellement connu est une flûte en os de vautour datée de 40 000 ans. Mais jusqu’à ce jour, aucune conque musicale datant de la période paléolithique n’avait encore jamais été retrouvée en Europe.

Un instrument de cérémonie

Les chercheurs toulousains ont récemment expliqué que cette coquille aurait pu être jouée lors de cérémonies ou utilisée pour convoquer des rassemblements. L’acoustique dans les grottes avait tendance à nettement amplifier le son. Jouer de ce coquillage dans une caverne devait être sonore et assez impressionnant.

L’équipe a reproduit une copie conforme de la coquille grâce à l’impression 3D pour pouvoir l’étudier plus précisément, sans abîmer l’original. Un corniste professionnel a tiré trois notes de l’instrument, trois notes qui ont demandé un sacré souffle!
La copie permettra désormais de poursuivre l’exploration de toutes les possibilités sonores de l’instrument et, pourquoi pas, d’aller le faire sonner à nouveau dans la grotte où il a été retrouvé.

L'équipe de l'émission :