Musique connectée
Magazine
Mercredi 27 mai 2020
1 min

Composition : création d’un doctorat franco-allemand à Strasbourg

L’université et la Haute école des arts du Rhin de Strasbourg, ainsi que l’université et la Musikhochschule de Freibourg, s'associent pour créer un doctorat d’interprétation et de composition.

Composition : création d’un doctorat franco-allemand à Strasbourg
La création d'un doctorat franco-allemand réservé aux compositeurs interprètes, © AFP / Lauren Devon

Strasbourg, ville européenne, ville-musique, Strasbourg où les musiques contemporaines sont particulièrement vivantes et chères au public, avec son festival Musica, mais pas seulement... Sur les bords du Rhin, la création foisonne.

La classe de composition du conservatoire et de la Haute école des Arts du Rhin, la Hear, dirigée par Daniel D’Adamo, est l’une des plus réputée en France. Les étudiants compositeurs travaillent avec toute la communauté des ensembles strasbourgeois spécialisés dans la création, créant ainsi un écosystème propice à l’expérimentation musicale, qui bénéficie également de sa proximité de l’Allemagne.

Cet heureux voisinage va s'incarner à la rentrée prochain par l’ouverture d’un doctorat binational. En septembre ouvrira le tout premier doctorat franco-allemand, un doctorat non pas de musicologie, mais d’interprétation et de composition. 

Piloté par quatre institutions : l’université et la Haute école des arts du Rhin de Strasbourg, l’université et la Musikhochschule de Freibourg. A peine 100 km séparent ces deux villes frontalières. À Freibourg, c'est Johannes Schöllhorn qui dirige la classe de composition.

Le cursus dure trois ans. L'objectif est que les étudiants bénéficient de la double nationalité du diplôme et que les élèves français passent quelques semestres en Allemagne et inversement. À qui est-il destiné ? Le doctorat est ouvert aux compositeurs qui souhaitent développer un projet de recherche dans le cadre de l’écriture d’une pièce. Les inscriptions sont ouvertes et le nom des candidats retenus sera connu fin juin.

Le prérequis, pour les compositrices et les compositeurs intéressés, est d’avoir un master de composition, délivré en France par les deux CNSMD - Paris et Lyon - ou par la Haute école des arts du Rhin de Strasbourg.

On souhaite une réussite à ce doctorat franco-allemand et initiative profondément européenne. Si les frontières entre pays européens sont pour l’heure fermées, rappelons que les jeunes musiciens français sont de plus en plus nombreux à partir dans le cadre du programme Erasmus. Ce doctorat offre une nouvelle opportunité aux jeunes compositeurs : ces quelques mois passés à l'étranger délient l'oreille et la créativité, tout en permettant de découvrir un nouvel horizon professionnel et une confrontation à un nouveau pan du secteur musical professionnel.

Enfin, n'oublions pas que ce sont les musiciens les premiers qui, dès l’époque baroque, ont incarné l’esprit européen !

L'équipe de l'émission :