Musique connectée
Magazine
Mercredi 26 août 2020
2 min

"Breathe" : quand l’English national Opera s’associe à l’hôpital pour aider les malades à respirer

Cap à Londres où la collaboration pour le moins inattendue entre l’English National Opera et une unité de recherche de l’hôpital public de la capitale, mérite d’être racontée !

"Breathe" : quand l’English national Opera s’associe à l’hôpital pour aider les malades à respirer
L’English national Opera aide les malades du Coronavirus grâce à des techniques de respiration utilisés par les chanteurs, © Getty / Image Source

Tout commence au début de l’été. Les équipes médicales de l’hôpital londonien constatent que chez certains patients qui ont été atteints par le Coronavirus, les symptômes durent encore plusieurs semaines après la phase critique de l’assistance respiratoire.
Essoufflement, fatigue chronique, anxiété et, dans certains cas, état post-traumatique : l’addition est salée !
Alors concrètement, comment faire pour les soulager ?

Il devait y avoir des mélomanes ou des adeptes de la musicothérapie dans l’équipe de médecins de cette unité car l’hôpital s’est tourné vers un partenaire inattendu : l’Opéra et ses musiciens. Ensemble, ils essayent de trouver une solution garantie sans médicaments.
Voilà donc deux mois que les deux structures, médicale et artistique, développent un programme de six semaines baptisé « ENO Breathe ». Ce programme inédit est basé sur la routine des chanteurs lyrique, c’est-à-dire toute leur panoplie d’exercices respiratoires et d’exercices vocaux, qui sont utilisés pour la chauffe de la voix notamment.

Le programme comprend aussi tout un travail de mémorisation et de travail du souffle sur un corpus de petites berceuses. Les chanteurs de l’Opéra sont filmés en train de chanter, de travailleur leur voix, de faire des exercices respiratoires très précis.
Quarante patients volontaires viennent d’être sélectionnés pour participer à la première phase de test en septembre, qui commence dans quelques jours.
L’objectif est de proposer, assez vite si possible, une déclinaison numérique du programme, qui serait disponible pour tout le monde, sur le site internet de l’Opéra, avec des vidéos, des pastilles sonores, des partitions, pour pouvoir chez soi, suivre le programme.

Pour ceux que le contenu précis intéresse de plus près, sachez-que vous avez un entretien avec l’une des médecins sur le site de l’English National Opera.
Alors tout ce dispositif a bien-sûr un coût : 12 000 livres, un peu plus de 13 000 euros. L’Opéra et l’hôpital comptent sur des donations de la part des citoyens pour poursuivre leur travail.
En tout cas, une chose est sûre : cette initiative devrait inspirer plus d’un orchestre ou d’une maison lyrique à l’étranger.

L'équipe de l'émission :