Musique connectée
Magazine
Mercredi 23 septembre 2020
4 min

Un orgue nomade en résidence chez les compositrices et compositeurs

L'organetto, un mini orgue mis au goût du jour par Cindy Castillo, qui a créé son "Lab'organetto" laissant l'instrument à disposition des compositrices et compositeurs.Trois nouvelles pièces composées pour l'instrument seront données en concert le 24 novembre, à Bruxelles.

Un orgue nomade en résidence chez les compositrices et compositeurs
Musique connectée du 23 septembre 2020, © Cindy Castillo

L’organiste Cindy Castillo a 39 ans et elle professeure à l’Institut Royal de Musique de Namur en Belgique, et titulaire de la tribune de la basilique de Bruxelles. Cindy vient d’enregistrer deux disques de pièces contemporaines pour grand, même très grand orgue.  C’est formidable, mais il faut bien dire que les possibilités de concert sont assez restreintes car il faut une cathédrale ou une salle de concert équipée d’un grand instrument, ce qui est loin d’être systématique.

Ni une, ni deux, la musicienne a donc songé à un orgue nomade. Alors il existe déjà quelques exemples d’orgues ambulants comme l’« Orgue du voyage » de l’organiste normand Jean-Baptiste Monnot, un orgue dont les tuyaux se démontent, mais qui doit quand même être transporté dans un camion de déménagement. Cindy Castillo a plutôt jeté son dévolu sur l’organetto, un tout petit orgue qui nous vient du Moyen-âge. Si vous jetez un œil aux peintures de cette époque, à un tableau de Van Eyck par exemple, vous verrez souvent des petits anges joufflus et musiciens ou des Sainte-Cécile qui jouent de ce petit orgue portatif, alors très populaire en Italie et en Allemagne. 

Six siècles plus tard, le modèle sur lequel Cindy a jeté son dévolu pèse à peine six kilos et, lorsqu’elle le pose sur ses cuisses pour en jouer, les tuyaux les plus hauts dépassent à peine sa tête… L’orgue d’église fait souvent peur aux compositeurs. L’organetto, lui, est décomplexant. Cindy a donc créé le « Lab’organetto » dont le principe est tout simple et drôlement malin car elle met son instrument en résidence chez les compositeurs et compositrices ainsi que dans les classes des conservatoires. Cela veut dire qu’elle le leur prête pendant une semaine, un mois, pour qu’ils expérimentent, fassent des recherches ou en un mot, qu’ils créent. Quand l’instrument lui revient, c’est avec une partition toute fraîche. Belle idée qui va, on l’espère, donner envie aux créateurs de se lancer et de batifoler avec l’orgue.  

L’appel est donc lancé et pour les veinards qui seront à Bruxelles cet automne, pendant le Festival Ars Musica, Cindy créera trois nouvelles pièces tout juste composées pour son mini-orgue. L’une d’elle est une invention du suédois Hampus Lindwall, pour organetto et Ipad, donné en concert le 24 novembre à Bruxelles.

L'équipe de l'émission :