Musique connectée
Magazine
Mercredi 20 janvier 2021
1 min

Les Ballets de Monte-Carlo succombent au streaming

Direction le Rocher monégasque et Monte-Carlo où la plus célèbre compagnie de danse de la principauté se met au diapason du streaming.

Les Ballets de Monte-Carlo succombent au streaming
La compagnie Les Ballets de Monte Carlo lance ce mois-ci sa plateforme numérique BMC Stream, © Wikipédia / Les Ballets de Monte Carlo

Les Ballets de Monte-Carlo. Voilà un nom qui propulse au début du XXe siècle, au moment où les fameux ballets russes triomphent en France, de Paris à Monaco, puis pendant l’entre-deux guerres, époque des années folles, âge d’audace et d’explosion de la danse, où les artistes se retrouvent entre Paris et la Riviera, la Côte d’Azur de Francis Scott Fitzgerald, avec ses casinos et ses salles de spectacle où l’on danse et où l’on créé… C’est dans ce sillage qu’est créée, en 1936, la compagnie des Ballets de Monte-Carlo par le critique d’art et directeur de théâtre René Blum, frère de Léon Blum.

Seconde guerre mondiale oblige, le destin de la jeune compagnie monégasque est d’emblée mouvementé : elle est vendue à des financiers américains et trouve refuge à New-York en 1939. Elle disparaît au début des années 1960, mais pendant plus de 20 ans, elle aura donné des créations de Balanchine, Georges Skibine, Serge Lifar ou encore Léonide Massine aux Etats-Unis, à Paris et à Londres. Les Ballets de Monte-Carlo renaissent en 1985 à la demande de la princesse Caroline de Monaco.
2020 a été, sans surprises, une année charnière : la pandémie n’a pas épargné le Rocher monégasque et pour pallier aux annulations en cascade, la compagnie lance, ce mois-ci, sa plateforme numérique : BMC Stream.

Des contenus variés...

Qu’est-ce qu’on peut y voir ? Deux pièces du chorégraphe Jean-Christophe Maillot, qui est aussi le directeur artistique du ballet, sont mises en avant (elles auraient dû être à l’affiche en décembre) : Dov’è la Luna et Core Meu. Où y entend notamment de la musique traditionnelle de la région des Pouilles en Italie.
La captation n’est pas toujours un pis-aller, la preuve ici puisque pour chacune des œuvres, l’internaute-spectateur peut choisir entre quatre prises de vues différentes. Une caméra a été installée dans la salle, les trois autres derrière le rideau. La compagnie a fait le choix d’une offre payante avec un abonnement mensuel ou annuel.

Hormis ces deux pièces contemporaines, le contenu d’ores et déjà disponible est composé de grands classiques comme Daphnis et Chloé et de toute une sélection d’entretiens, de reportages sur les coulisses de la compagnie et un premier cours en ligne. Toutes les chorégraphies des captations en ligne sont pour l’heure signées Jean-Christophe Maillot : le chorégraphe-directeur, qui a fêté ses 60 ans l’an dernier, était à l’honneur de la saison 2020.

L'équipe de l'émission :