Musique connectée
Magazine
Mercredi 17 février 2021
1 min

Un festival en ligne pour plonger dans le Berlin des années folles

Jusqu’à la fin du mois sur la plateforme de concerts en ligne de l’Orchestre philharmonique de Berlin, le Berlin muselé par les restrictions sanitaires fait place au Berlin bouillonnant des années folles…

Un festival en ligne pour plonger dans le Berlin des années folles
Les Berliner Philharmoniker proposent, le temps d’un festival numérique, un vrai voyage musical dans le Berlin des années 1920, © Getty

« Die Goldenen Zwanziger », les années vingt dorées, ce sont les années folles qui ont fait chavirer et danser l’Allemagne, avec ses dancings, ses théâtres, ses revues… Une explosion d’énergie vitale qui a suivi la défaite de la première guerre mondiale et qui se terminera avec la crise de 1929 et le coup de massue de la dictature. Une  parenthèse artistique inouïe que les Berliner Philharmoniker ressuscitent le temps d’un festival numérique qui a commencé samedi et qui dure jusqu’à la fin du mois. Un vrai voyage musical dans le Berlin des années 1920, qui est alors l’épicentre du modernisme artistique où l’addiction à la fête et l’avant-gardisme musical côtoient la violence et la pauvreté.  

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Tout cela se passe sur la plateforme de concerts en ligne de l’orchestre : le Digital Concert Hall. En tout, six concerts : vous pouvez revoir les trois premiers, et les trois autres auront lieu les 20, 23 et 27 février… Les Philharmoniker sont dirigés par Kirill Petrenko, leur chef attitré, mais aussi Christian Thielemann, Thomas Sondergard, la française Marie Jacquot, Kapellmeisterin au Deutsch Oper. L’orchestre accompagnera la grande actrice Dagmar Manzel, chanteuse à la voix canaille et grande spécialiste de Kurt Weill. Car la musique de Kurt  Weill est particulièrement à l’honneur : c’est dans les années 1920 que le compositeur de l’Opéra de quat’sous est passé du statut de quasi-inconnu à celui de célébrité ! Kurt Weill, mais pas seulement. C’est l’occasion de faire une cure du répertoire de cette époque et de découvrir des œuvres de Hanns Eisler, Paul Hindemith, Franz Schreker,  Richard Strauss et du méconnu Stefan Wolpe, influencé à la fois par le jazz et le dodécaphonisme…  

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Mention particulière au concert du 23 février : bars et restaurants sont fermés en Allemagne ? Qu’à cela ne tienne, Dangmar Manzel et les Berliner ont prévu de faire revivre le légendaire café dancing « Moka Efti », LE café branché du Berlin des années folles qui avait pignon sur rue à l’angle des Leipziger et Fridriedstrasse, un café à l’ambiance légendaire où l’on dansait le jour et la nuit pendant la parenthèse fiévreuse des années vingt, un peu  comme on aurait dansé au-dessus d’un volcan. 

L'équipe de l'émission :