Musique connectée
Magazine
Mercredi 17 avril 2019
1 min

NoMadPlay : lancement imminent

Opération séduction de "NoMadPlay" au festival de Pâques d'Aix-en-Provence. L'application qui promet une plongée au cœur de l'orchestre annonce une sortie imminente.

NoMadPlay : lancement imminent
Présentation de l'application NomadPlay au festival de Pâques de Deauville avec Renaud Capuçon en ambassadeur., © Nomadplay / Caroline Doutre

L' appli qui avait gagné plusieurs prix, dont le Grand Prix de l’Innovation de la Ville de Paris fin 2017 et le prix de l’enseignement musical fin 2018 fait son bout de chemin... On devrait bientôt pouvoir la tester, et on a hâte, depuis le temps qu’on en entend parler. 

"La promesse de NomadPlay c’est de nous permettre de prendre la place d’un musicien au cœur d’un orchestre, en restant chez nous. On s’inscrit sur l’appli, on choisit son instrument – le piano par exemple, on arrive sur la bibliothèque de son, on choisit l’œuvre qu’on veut jouer. On décide le concerto qu’on veut jouer avec le piano ou sans le piano, dans ce cas au musicien de jouer, accompagné de l’orchestre en suivant la partition qui défile sur son écran. Il peut ralentir le tempo ou faire jouer des mesures en boucle, vous annotez, vous vous enregistrez. L’idée c’est que vous ne jouez pas par-dessus le piano, vous jouez à la place du piano ! La partie de piano est en fait gommée dans l’enregistrement, une petite prouesse technologique ! Pour y arriver, la start-up a misé sur le développement d’un algorithme qui permet de séparer les pistes à partir de leur propre enregistrement. 

Un karaoké de luxe

L’appli va être disponible en mai avec une quinzaine de morceaux, là elle en test comme outil pédagogique dans quelques conservatoires. Cette semaine l’équipe de NoMadPlay présente son bébé au festival de Pâques d’Aix-en-Provence avec, comme ambassadeur, Renaud Capuçon ! Nul doute qu’avec un parrain aussi médiatique, l’appli fasse parler d’elle. Et puis on note que NoMadPlay vise aussi le marché chinois.

Le but de l’équipe, c’est d’enrichir le catalogue. 200 morceaux seront disponibles pour le mois d'octobre avec une version payante de l’appli. Alors du classique dans un premier temps, mais NoMadPlay prévoit en fait de s’ouvrir à tous les styles musicaux : jazz, rock, rap. Le marché potentiel est immense : les amateurs d’un côté, les étudiants, pourquoi pas les professionnels et les conservatoires qui peuvent aussi y trouver leur compte : c’est pas mal pour établissements qui n’ont pas tous les effectifs nécessaires pour accompagner un soliste dans un concerto.

Alors globalement l’appli suscite l’enthousiasme, mais j’ai entendu des musiciens me dire « oui, ça ne va pas donner envie aux musiciens d’en rencontrer d’autres pour faire de la musique de chambre ou de l’orchestre, ça va donner une pratique musicale solitaire, chacun dans son salon avec sa tablette. » Critique pertinente, mais on peut aussi considérer qu’une telle appli est un levier, un outil complémentaire qui donne en fait envie à l’utilisateur d’aller chercher à jouer dans un orchestre, dans un quatuor, dans une harmonie. Je pense au contraire que NoMadPlay va vraiment inciter les gens à la pratique musicale collective. A jouer dans leur salon accompagné d’un super orchestre ou d’un quintette incroyable, puis à sortir pour trouver des musiciens. Qui dit numérique ne dit pas enfermement."

L'équipe de l'émission :