Musique connectée
Magazine
Mercredi 10 juin 2020
1 min

En Allemagne, une œuvre de John Cage interprétée pendant… 639 ans

Suzanne Gervais nous emmène en Allemagne, pour nous raconter une histoire digne du Guiness des records : l’interprétation d’une seule et même pièce pour orgue a commencé en 2001 et va durer jusqu’en 2640...

En Allemagne, une œuvre de John Cage interprétée pendant… 639 ans
John Cage - Musique connectée du 10/06/2020, © Getty / Frans Schellekens

639 ans, c’est le temps que prendra l’exécution d’une œuvre de l’américain John Cage. Peut-être avez-vous déjà entendu parler de cette oeuvre, elle s’appelle « Organ2.ASLSP », ASLSP pour « As slow as possible », qui signifie « aussi lentement que possible ». C’est l’unique indication laissée par le compositeur sur cette mystérieuse pièce pour orgue composée en 1987. 

Cette interprétation unique en son genre a d'ailleurs fait l'objet d'une petite série sur la chaîne franco-allemande Arte. À l'heure où le rapport au temps est plus que jamais d’actualité face à un certain ralentissement apporté par le déconfinement, qui n'est pas au goût de tous, d'autres appréhendent le retour du tempo infernal du monde.

Quelques années après la mort de John Cage, en 1992, un groupe de musiciens passionnés prend le défi du compositeur au pied de la lettre. Le plus long concert du monde commence donc en 2001, en Allemagne, dans la petite église romane d’Halberstadt, au sud de Hanovre. Le choix de cette église s'est porté sur le fait que son premier orgue date de 1361, soit 639 ans avant le début la concrétisation du projet, en 2000. L’exécution a donc commencé en 2001 et n'est pas prête de se terminer ! 

C’est entouré des vieilles pierres de l’église d’Halberstadt qu’un organiste joue infiniment lentement, une musique. Chaque note et chaque accord sont étirés à l'envie - ce qui n'est pas sans rappeler le « Om », vibration perpétuelle des chants bouddhistes. Rappelons que John Cage s’est intéressé de près au bouddhisme zen et qu’il a fait, entre autres, cette belle déclaration : « J’aime les sons simplement, comme ils sont. Et je n’ai pas besoin qu’ils soient plus que ce qu’ils sont. » On ne pouvait trouver meilleure illustration de cette maxime avec le projet fou d’Halberstadt. L’exécution de l’œuvre a commencé par un petit silence de deux ans, ce qui équivaut au premier temps de la partition, puis en 2008, nous en étions à deux notes, et depuis 2013 on peut entendre résonner le même accord. D’autant que, s’il existe bien un instrument capable de tenir indéfiniment une note, c’est l’orgue ! Le prochain changement d’accord aura lieu en septembre prochain, le 5 septembre précisément. Les changements de notes ont toujours lieu le cinquième jour du mois, jour qui correspond à l’anniversaire de naissance de John Cage.

Vous avez donc plusieurs vies pour passer, éventuellement, à Halberstadt un jour de performance ou pour suivre cette aventure, régulièrement médiatisée, depuis votre écran.

L'équipe de l'émission :