Musique connectée
Magazine
Mercredi 7 avril 2021
2 min

« Restez chez vous, j’arrive ! » : les concerts a capella et à domicile de Fiona McGown

Alors que le troisième confinement a commencé dans tout le pays, la mezzo-soprano Fiona McGown a lancé des petits concerts à domicile, pour les habitants de Paris et de sa banlieue.

« Restez chez vous, j’arrive ! » : les concerts a capella et à domicile de Fiona McGown
La mezzo-soprano Fiona McGown en concert "à domicile", © Fiona McGown

Des mini-concerts dans les domiciles parisiens, pour 6 personnes tout au plus, c’est ce que propose Fiona McGown depuis le week-end de Pâques.

Assez des captations

Leur nom ? « Restez chez vous, j’arrive ! » La musicienne n’a pas eu l’occasion de chanter en public depuis le 25 octobre dernier, presque six mois, mais l’automne et l’hiver ont été un marathon de captations sans public, des concerts filmés dans des salles vides qui sont le quotidien, ou presque, de nombreux artistes. Mais voilà : Fiona a remarqué qu’elle prenait assez peu de plaisir à faire son métier devant des caméras. Si elle aime tant ça, c’est parce qu’elle chante devant des gens, devant un public qui s’est déplacé pour venir l’écouter, elle et ses partenaires de scène.  

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

La voix dans son plus simple appareil 

Proposer des concerts à domicile, c’est donc le moyen de chanter à nouveau devant des gens et une façon de poursuivre son activité sans attendre la réouverture des salles. Fiona a donné ses deux premiers concerts dans des appartements parisiens le week-end dernier. Devant elle, six personnes qui ont gardé leur masque. Et elle a chanté, seule, a capella, pendant 45 minutes. Chanter a capella, cela veut dire avoir la possibilité de chanter : pas besoin d’avoir un piano chez soi ! N’importe qui peut entendre une voix lyrique depuis chez lui. Un foyer, une voix, un cercle d’écoute : on retourne à quelque chose de très archaïque, de très intime aussi. Fiona a fait un immense tri dans son répertoire pour en extraire aussi bien des chants traditionnels arméniens et yiddish, des mélodies écossaises de son dernier disque, que des pages de Rameau ou de Ravel…

Brouiller les repères

Et le chant a capella a ceci de magique qu’il floute les frontières entre les musiques… Ôter l’accompagner musical, c’est comme sortir la pièce de son contexte historique, les repères sont brouillés. Est-ce un chant populaire ancestral ou une mélodie de Ravel qu’on entend ici ? Un déplacement des repères pour le public, mais aussi pour la chanteuse, qui flirte avec l’improvisation et explore toutes les nuances de sa voix. L’engouement ne s’est pas fait attendre : Fiona reçoit plusieurs demandes par jour, les concerts vont donc aller bon train, et la musicienne vit cette initiative à fond, pour ce qu’elle est : une performance éphémère, seule en scène, liée à un contexte bien précis. 

L'équipe de l'émission :