Musique connectée
Magazine
Mercredi 5 mai 2021
1 min

Haute montagne et cor des Alpes : les ascensions musicales d’Alexandre Jous

Randonnée en montagne en compagnie d’Alexandre Jous, joueur de cor de chasse, qui part depuis quelques années à l’ascension des sommets des Alpes, son instrument sur le dos.

Haute montagne et cor des Alpes : les ascensions musicales d’Alexandre Jous
Musique connectée - La Matinale de France Musique, © mathildesauvage / @manigodtourisme

Lorsqu’il atteint enfin le sommet de l’Aiguille des calvaires, à 2322 mètres d’altitude, en Haute-Savoie, Alexandre Jous boit une gorgée d’eau, sort ses fruits secs de son sac et en extirpe un drôle d’objet qui se déplie comme une canne à pêche : c’est un cor des Alpes en fibre de carbone, instrument d’un kilo et demi fabriqué de l’autre côté de la frontière, par un luthier suisse. En contemplant le paysage bien mérité, il se livre à une séance d’improvisation, jouant avec les seize notes de son cor des Alpes, selon son inspiration et ce qui s’offre à ses yeux : les fleurs des alpages, les vaches et quelques chamois au printemps, ou au contraire, la neige, la solitude et le sifflement du vent en hiver.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Un grand nom du cor des Alpes

Alexandre Jous est corniste professionnel : il est installé à Lyon et joue du cor d’harmonie dans différents orchestres, mais est aussi tombé amoureux du cor des Alpes. C’est même l’un des grands représentants de cet instrument, qui donne des concerts en tant que soliste un petit peu partout dans le monde et des masterclasses dans toute la France : aux conservatoires de Douai, dans le Nord, sa ville d’origine, mais aussi à Avignon, à Metz, Tourcoing ou encore Orléans. Mais le musicien est aussi un sportif fou de montagne et de sensations fortes.

A l’assaut du Mont Blanc

En 2012, il décide d’associer ses deux passions de se préparer une ascension du Mont- Blanc, son instrument sur le dos. Ni une, ni deux, il se forme à l’alpinisme et, un an plus tard, après une série de concerts au festival de Verbier, il se lance : nous sommes fin août 2013.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Depuis, il a monté près de 200 sommets avec son cor des Alpes et a baptisé cette initiative « Chaque montagne a droit à sa musique ». En janvier dernier, il était dans le Jura, en haut du Crêt des neiges où son Iphone a… gelé ! Résultat, impossible d’immortaliser le moment. Car Alexandre a pris l’habitude de se filmer une minute ou deux, en train de jouer à la fin de chaque ascension, quand les conditions météo le permettent, et de le poster sur la chaîne Youtube. L’été dernier, ce passionné d’alpinisme et de films de montagne a décidé d’aller plus loin et de produire un vrai court-métrage de treize minutes. Le film est bientôt prêt et sera présenté début juin au festival « Montagne expériences » de Thônes, la capitale du reblochon.

Un film destiné au grand public et aux conservatoires

Le but, pour Alexandre, c’est de faire connaître son projet au grand public, mais le film sera aussi destiné aux conservatoires : le sportif musicien tient à dépoussiérer l’image du cor des Alpes, qu’on associe encore trop au folklore helvète, il veut aussi montrer que sport et musique font décidément bon ménage. Les musiciens ne sont-ils pas, après tout, des sportifs de haut niveau ?

L'équipe de l'émission :