Musique connectée
Magazine
Mercredi 4 décembre 2019
1 min

Sur Facebook, le coup de gueule du compositeur Alexandros Markeas

Suzanne Gervais revient sur les réactions déclenchées par la possible nomination d'Emilie Delorme à la tête du Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris.

Sur Facebook, le coup de gueule du compositeur Alexandros Markeas
Conservatoire National Supérieur de Musique et de Danse de Paris, © Getty / Lily FRANEY / Coll. Gamma-Rapho

Aujourd'hui, coup de projecteur sur le "coup de gueule" qu’a poussé hier sur Facebook le compositeur Alexandros Markeas et qui a été largement relayé et salué sur le réseau social par les acteurs du milieu musical : que ce soit d’autres compositeurs, des interprètes ou des enseignants… 

Le compositeur a été choqué par un article de l’hebdomadaire Le Point, paru hier, mardi, et qui est intitulé « Conservatoire national de musique : une nomination qui inquiète ». Il y est question d'Emilie Delorme, qui aurait été nominée à la tête du CNSMD de Paris. Cet article n’a d’enquête que le nom et s’apparente plus à un éditorial réactionnaire qu’à un véritable travail journalistique.

Ce papier est un boulet de canon pour délégitimer Emilie Delorme, et ce avant même sa nomination officielle et sa prise de poste. Ce qui est indigne, c’est l’argumentaire déployé. Dans le papier, il lui est reproché d’avoir des sympathies pour, je cite, « une idéologie décoloniale » très ancrée à gauche, il lui est clairement reproché d'être choisie en partie parce qu’elle est une femme, et l’article parle aussi de la fin de la méritocratie et de l’excellence au sein du CNSMD. L’article se désole que le Conservatoire de Paris, établissement d’excellence et de traditions, n’échappe pas aux quotas paritaires et, je cite, « aux obsessions de représentation de la diversité », c’est vrai que la musique classique est un monde où la diversité est déjà largement représentée. 

Le message d'Alexandros Markeas est un message d’inquiétude et de colère face à une tendance rance et réactionnaire du milieu de la musique classique, qui frémit devant tout ce qui s’apparente au changement et qui voudrait que le patrimoine musical reste figé dans un prestige et une excellence qui l’isole de la société.

Mais la musique est un art politique, et que, n’en déplaise à certains, la musique est une pratique sociale. Et dans une société en crise, il faut impérativement interroger la place et le rôle de l’artiste et des institutions musicales pour mieux les défendre.

L'équipe de l'émission :