Musique connectée
Magazine
Mardi 17 novembre 2020
1 min

Aux Etats-Unis, un opéra en ligne pour dénoncer les violences policières

Quand une jeune compagnie new-yorkaise s’empare de l’actualité dramatique des Etats-Unis, ça donne «Breathing Free», un opéra en ligne pour dénoncer les violences policières.

Aux Etats-Unis, un opéra en ligne pour dénoncer les violences policières
Affiche de Breathing Free , © https://www.heartbeatopera.org/breathing-free

Heartbeat Opera, une compagnie engagée

Heartbreat Opera est une compagnie un peu particulière puisqu’elle propose des adaptations d’opéras qui soulignent les discriminations raciales et tensions communautaires qui gangrènent les Etats-Unis. L'année dernière par exemple, elle avait livré une version du Carmen de Georges Bizet qui se déroulait à la frontière mexicaine et l’orchestre était remplacé par un trio accordéon, guitare et saxophone.

« Breathing Free » un nouvel opéra en ligne,  ancré dans dans la réalité

Leur nouveau projet est plus ambitieux et adapté à la situation sanitaire. Tout commence en 2018, cette-année là, la compagnie faisait halte dans six prisons de la côte est pour répéter avec une centaine de chanteurs incarcérés appartenant tous à la chorale de leur prison. 

Ensemble, ils chantent alors des pages de Fidelio de Beethoven et des Negro Spirituals qu'ils vont enregistrer. L'enregistrement en question restera au chaud jusqu’en 2020. 

Puis, deux ans plus tard, en 2020, les Etats-Unis traversent une année chaotique : George Floyd est assassiné, le mouvement Black Live Matters explose au visage d’une Amérique raciste et la pandémie de Coronarivus ravage le pays et sa population carcérale. Dans un registre moins moins dramatique, on fête par ailleurs le 250ème anniversaire de la naissance de Beethoven. Or, ce sont toutes ces thématiques que la compagnie Heartbeat a choisi d'aborder dans son nouvel opéra en ligne.

Quand Fidelio rencontre le negro spiritual

Cet opéra s’appelle « Breathing Free » (respirer librement), une référence évidente aux dernières paroles de George Floyd, « I can’t breathe », « je ne peux pas respirer ». Cette nouvelle création lyrique est un cocktail, qu’on espère détonnant, de Fidelio, de spirituals du répertoire et de chansons commandées à des musiciens afro-américains, chansons traitant de la justice, de l’équité du droit de respirer librement. 

Les chanteurs, non seulement les voix enregistrées dans les prisons mais aussi les chanteurs lyriques professionnels, sont accompagnés par un petit orchestre de cinq instruments : trompette, guitare, piano, percussion, violoncelle et cor d’harmonie.

La rencontre entre Fidelio et le negro spiritual voilà ce que l'on pourra voir dans « Breathing Free » et on a d'autant plus hâte de voir le résultat que toutes les précédentes productions de Heartbeat Opera ont été saluées pour leur qualité musicale. 

Six représentations, en ligne entre 4 et le 12 décembre

Six représentations, en ligne, sont prévues entre le 4 et le 12 décembre.  Les tickets sont à vendre dès à présent ici alors ne ratez pas l’occasion de découvrir une œuvre qui promet d’être intense et de soutenir la création et une jeune compagnie outre-Atlantique.

Chacune des représentations sera précédée ou suivie d’une table-ronde, en direct, sur l’un des thèmes de cet opéra : l’incarcération aux Etats-Unis, les chœurs de prison ou encore la diversité raciale sur les scènes d’opéra.

L'équipe de l'émission :