Musique connectée
Magazine
Mardi 1 septembre 2020
1 min

Ecoles de lutherie : à quoi va ressembler la rentrée ?

Après avoir beaucoup parlé d'institutions culturelles, d'artistes et d'intermittents, Suzanne Gervais nous parle du laisser pour compte de cette crise : les écoles de lutherie et de facture instrumentale.

Ecoles de lutherie : à quoi va ressembler la rentrée ?
Ecole de lutherie - Musique connectée du 01/09/2020, © Getty / Ian Spanier

On ne parle pas beaucoup des écoles de lutherie et de facture instrumentale, mais elles font aussi leur rentrée, dans un contexte particulier.

En France, il y a trois grandes écoles : 

  • Mirecourt, dans les Vosges, où on apprend à fabriquer les instruments du quatuor
  • l’Institut technologique européen des métiers de la musique (l’Itemm), au Mans où on apprend à réparer des instruments à vent, des pianos et des accordéons 
  • Eschau, dans le Bas-Rhin, où on forme la relève des facteurs d’orgue

Ajoutez à cela quelques CAP guitare et des stages ponctuels. A noter qu'il n’y a pas de formation spécialisée dans les percussions, pour se former, le mieux est de partir d’une base de menuiserie, d’ébénisterie voir même de chaudronnerie !

Au regard de la France, c'est un tout petit marché, puisque la profession de la facture instrumentale ne regroupe que 4500 personnes.

Comment s'annonce cette rentrée ?

La plus grande difficulté des écoles est le rattrapage des heures d’atelier des élèves de dernière année. Les cours théoriques ont eu lieu en visio-conférence, mais les travaux pratiques sont au point mort depuis mars. Côté mesures sanitaires, la trinité des règles de base s’applique, sans surprise : masque, gel et distanciation. On remarque que dans les ateliers, avec les machines, les élèves utilisent déjà des protections visuelles et des masques anti-poussière, donc ce n’est pas un traumatisme !

A l’Itemm, au Mans, 190 étudiants reprennent les cours en ce moment même. Une rentrée masquée, mais tout de même la plus normale possible, avec des classes affichant complet. Ce n’est cependant pas le cas de toutes les formations, notamment à l’étranger. A Montréal, la moitié des étudiants de l’Ecole Nationale de Lutherie du Québec sont Français. 

Le faible effectif de la rentrée pose la question de la réussite : Est-ce que les nouveaux étudiants français arriveront à temps sans manquer trop de cours ? 

Egalement, ces écoles de lutherie françaises ou étrangères n’ont pas pu faire, ces derniers mois, de journées portes ouvertes ou bien de publicité pour recruter. Or, la visibilité est essentielle pour ces formations de niche !

Cette rentrée particulière aura donc bien lieu, mais dans une inquiétude sertie de précautions sanitaires. Par ailleurs, l’Itemm organise une formation sur la désinfection de son instrument de musique, sans lui faire de mal. Elle aura lieu le 10 novembre et les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 30 septembre. Que vous soyez luthiers, facteurs, régisseurs, employés de magasins de musique, musiciens ou professeurs, cette formation s’adresse à pratiquement toute la chaîne musical et tous les corps de métiers y appartenant. 

L'équipe de l'émission :