Musique connectée
Magazine
Lundi 24 mai 2021
1 min

En Chine, le phénomène des stars virtuelles

En Chine, le phénomène des stars virtuelles touche des millions de personnes… et rempli des stades pour des concerts événements.

En Chine, le phénomène des stars virtuelles
En Chine, le phénomène des stars virtuelles prend de l'ampleur

La scène se passe en Chine, dans la gigantesque salle de concert Mercedez-Benz Arena de Shanghai, et ce que vous pouvez voir dans la vidéo ci-dessous, c’est un extrait d’un concert qui a eu lieu fin 2019, juste avant le début de la pandémie, un concert où l’on entend un orchestre symphonique, qui accompagne deux vedettes : le pianiste superstar Lang Lang et une chanteuse, Luo Tianyi.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Un personnage pixélisé

Luo Tianyi est une adolescente de quinze ans, aux cheveux mauves et aux grands yeux verts. Jusque-là, tout est normal, sauf que, si Lang Lang est bien réel, en chair et en os, la jeune chanteuse, elle, n’est composée que de pixels : Luo Tianyi est ce qu’on appelle une star virtuelle, elle n’existe que sur les réseaux sociaux ou bien sous forme d’hologramme quand elle donne des concerts… Une existence numérique qui ne l’empêche pas d’être une superstar en Chine où le fonctionnement des réseaux sociaux, avec une utilisation massive des clips vidéo, est particulièrement favorable aux avatars virtuels. Luo Tianyi donne ainsi des concerts dans des stades devant des milliers de spectateurs et sur Sina Weibo, le Twitter chinois, elle a plus de 5 millions de followers. C’est dire l’ampleur du phénomène ! Un phénomène qui est loin d’être isolé…

Démocratisation avec Yamaha

Les premières stars virtuelles sont nées au Japon dans les années 1990, mais la mode a véritablement explosé à partir de 2007 : cette année-là, Yamaha commercialise un synthétiseur vocal assorti d’une star virtuelle qui s’appelle Hatsune Miku. Une chanteuse virtuelle qui rassemble d’abord les fans de manga, puis un public de plus en plus large, avec des fans de tous les âges.

Des stars populaires… et lucratives

C’est un marché plus que lucratif quand on sait que la star virtuelle de Yamaha a déjà rapporté plus d’un milliard de dollars à la firme : une vraie poule aux œufs d’or ! Aujourd’hui, il existe près d’une centaine de stars virtuelles qui sont acclamées en Chine et certaines plateformes, comme la plateforme de streaming vidéo Bilibili, surfent sur le marché : Bilibili a organisé, pendant la pandémie, plusieurs concerts de stars virtuelles, avec des tickets vendus au prix moyen de 1280 yuans, soit… 160 euros.

Certaines de ces chanteuses virtuelles deviennent même égérie de grandes maisons : un business qui n’est pas près de s’arrêter, d’autant qu’en Chine, les concerts ont repris.

L'équipe de l'émission :