Musique connectée
Magazine
Jeudi 31 décembre 2020
1 min

De la musique pour sauver les récifs de corail ?

Une belle initiative pour finir l'année ! Plongeons, en ce dernier jour de 2020, au cœur de l'océan où une équipe de scientifiques britannique diffuse de la musique au-dessus des récifs coralliens endommagés... pour attirer les poissons.

De la musique pour sauver les récifs de corail ?
De la musique pour sauver les récifs de corail ?, © Getty / Georgette Douwma

En ce dernier jour de l’année 2020, célébrons l’une des avancées scientifiques les plus intéressantes de ces derniers mois. Pas question de virus ni de vaccin, mais bien de prendre le large en plongeant dans les travaux de l’une des rockstars de la biologie marine, le professeur Steve Simpson qui enseigne à l’Université d’Exeter, au sud de l’Angleterre.

Grâce aux recherches qu’il mène depuis une vingtaine d’années, le professeur Simpson a fait une découverte étonnante, celle de diffuser de la musique dans les récifs de coraux dégradés et désertés par les poissons à cause de la pollution et de l’acidification de nos océans. La musique permettrait d’attirer à nouveau la vie et de recoloniser les récifs. Attention, il ne s’agit pas de n’importe quelle musique, mais de la symphonie fantastique qu’émet naturellement un récif corallien en bonne santé…

Une symphonie aquatique

Dans l’océan, les baleines et les dauphins n’ont pas le monopole de la musique. Les récifs marins sont de vraies ruches, des carrefours incroyablement bruyants de rencontre entre différentes espèces, où se bousculent, par exemple, le crépitement des crevettes qui grignotent, les grognements, claquement et hululements des poissons, le son des antennes des homards, et mille autres bruissements souvent imperceptibles pour les oreilles des plongeurs. Tout ce petit monde produit un sacré tintamarre et forme un paysage sonore crépitant, d’une richesse assez incroyable. 

Une bande son pour les poissons

L’équipe de scientifiques pilotée par Steve Simpson a donc eu l’idée de diffuser, pendant une quarantaine de nuits consécutives, à l’aide de haut-parleurs, une bande-son sous l’eau le long des parties dégradées de la Grande barrière de corail d’Australie. Cette bande-son reproduit les bruits habituels d’un récif sain et peuplé. Pourquoi la nuit ? Parce que c’est à ce moment que l’activité est la plus importante. Les poissons sont effectivement attirés par les parties sonorisées du récif, car lorsqu’un récif est dégradé, il sonne de façon moins attrayante et les poissons choisissent de s’installer ailleurs. C'est un cercle vicieux.

Dans le récif acoustiquement enrichi, la biodiversité a augmenté de 50%, ce qui est considérable ! Aujourd’hui, les chercheurs poursuivent leurs travaux et espèrent que cette découverte pourra très bientôt contribuer à une vraie politique de préservation des récifs car, à ce stade de la crise écologique, il y a urgence.

L'équipe de l'émission :