Musique connectée
Magazine
Jeudi 15 avril 2021
1 min

Une dose de jazz hebdomadaire grâce aux livestreams du collectif Paris Jazz Sessions

Piqûre de jazz avec l’initiative du collectif Paris Jazz Sessions, qui organise, depuis cet automne, des concerts retransmis en direct sur Facebook à différents endroits de la capitale, parfois en plein air, parfois sur les toits…

Une dose de jazz hebdomadaire grâce aux livestreams du collectif Paris Jazz Sessions
Le collectif Paris swing en concert filmé dans les rues de Paris

Une trompette, un saxophone alto, un piano, une batterie et une contrebasse, tous installés sur le toit terrasse de la salle la Bellevilloise, qui surplombe le 20e arrondissement de Paris, par une douce fin d’après-midi printanière. C’était il y a quelques jours lors de l’un des livestreams que concocte chaque semaine le collectif Paris Jazz Sessions sur sa page Facebook et cela depuis le deuxième confinement, en novembre dernier. 

La fine fleur de la nouvelle scène jazz parisienne

Ce collectif se produit habituellement dans les clubs de jazz de la capitale et brasse toute la fine fleur de la nouvelle scène parisienne : les concerts qu’il organise sont un beau coup de projecteur sur les jeunes interprètes que la crise sanitaire malmène tout particulièrement. Ces sessions en direct sur Facebook rencontrent un beau petit succès : elles font la part belle aux standards du répertoire, mais il y en a pour tous les goûts, ou presque, du bon vieux New-Orléans au free jazz. D’une semaine sur l’autre, elles réunissent des effectifs très variés, du bon vieux trio piano-contrebasse-batterie à un petit orchestre d’une quinzaine de musiciens, avec des instruments qui groove plus qu’on ne pourrait le croire…

Le hautbois de Philibert Perrine, la harpe de Marcel Cara, des violonistes, des altistes, des violoncellistes pour accompagner le trio piano, saxo, batterie dans une reprise langoureuse de « La Belle vie » de Sacha Distel… à voir sur leur page Instagram.

Soutenir les jeunes interprètes

Ces livestreams durent en général une heure et même si on assiste au concert par écran interposé, qu’on en a assez des captations et qu’on veut retrouver les applaudissements de la salle de concert et l’obscurité du club de jazz, grâce à la fougue et à l’énergie déployées par ces jeunes musiciens, il se passe quand même quelque chose, on vibre et ça fait du bien. 

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Paramétrer les cookies

Voilà donc une réjouissante dose de jazz à savourer chaque semaine, mais qui peut être injectée en autant de prises qu’on le souhaite, et une façon de découvrir de jeunes interprètes : un beau geste de soutien, c’est déjà de prendre le temps de les écouter.

L'équipe de l'émission :