Musique connectée
Magazine
Jeudi 14 février 2019
1 min

La numérisation en 3D pour préserver les instruments de musique

La numérisation permet de conserver des documents précieux : livres et manuscrits anciens, mais aussi, et c’est moins connu, des instruments de musique…

La numérisation en 3D pour préserver les instruments de musique
Le modèle 3D du Stradivarius du Musée de la Musique de Paris, © ARTGP

Numérisation en 3D

Nouveau procédé encore méconnu, la numérisation en 3 dimensions intéresse de plus en plus les musées et leurs conservateurs. 

Le dernier exemple en date est, ça tombe bien, musical : il s’agit d’une harpe celtique fabriquée en 1952 sur le modèle des toutes premières lyres celtiques. Cette harpe est passée, il y a quelques jours, entre les mains des ingénieurs du Centre de ressources techniques de Morlaix, dans le Finistère et d’un laboratoire d’Ille-et-Vilaine spécialisé dans les rayons X. 

Pour assurer la survie de cet instrument précieux conçu par Jord Cochevelou et joué par son fils, le célèbre joueur de harpe celtique Alan Stivell.

Procédé

La numérisation s'opère grâce à des scanners, en l’occurrence, pour cette harpe, deux scanners. Le premier a permis une numérisation en trois dimensions. Le second, qui a notamment servi à des archéologues pour analyser des momies égyptiennes, a révélé la constitution interne de l’instrument : la facture, les plans, les matériaux. La technologie permet désormais une modélisation parfaite de l’objet numérisé.

La texture, les pigments et la forme peuvent être reproduits à l’identique. Pour résumer, grâce à la numérisation en 3D, on peut reproduire un instrument historique à l’identique, au dixième de millimètre près, en un mot, de le cloner.

L'archéologie musicale, un sujet passionnant...

L'équipe de l'émission :