Musique connectée
Magazine
Jeudi 12 mars 2020
1 min

Musiques expérimentales : un nouvel ensemble à La Sorbonne

On connaît le Chœur et l’Orchestre de La Sorbonne, la fameuse université parisienne, deux entités qui existent depuis 1976. Par contre, on connaît moins son chœur et son orchestre électro-numériques.

Musiques expérimentales : un nouvel ensemble à La Sorbonne
Chœur Sorbonne Université, © Léo Andrés

Le Chœur et l'Orchestre Electro-Numériques de La Sorbonne est un nouvel ensemble.

A côté des traditionnels Chœur et Orchestre, alias le COSU, on a désormais l’OCEN (pour orchestre et chœur électro-numériques) !
Cette nouvelle formation est constituée d’un chœur numérique, de tablettes et d’un instrumentarium pour le moins déroutant : du karlax, du calliphone, des claviers électroniques, des ordinateurs et des logiciels divers et variés…
Cet ensemble, OCEN, a une double mission, la recherche et la création. Recherche parce qu’il s’agit de concevoir et de tester de nouveaux instruments numériques, et création parce que ces instruments, pour vivre, il leur faut du répertoire.
L’ensemble compte bien passer commande à des compositeurs et créer les pièces en concert.
Nouveaux instruments, nouveau langage, nouvelles écritures, nouvelles formes : tout est lié.

La Sorbonne se dote là d’un bel outil, qu’on espère voué à une longue vie. L’université parisienne s’inscrit dans la même démarche que l’université McGill de Montréal ou celle de Princeton, dans le New Jersey, qui ont également leurs ensembles dédiés à la musique expérimentale et à la création numérique.
Notez qu’Outre-Atlantique, recherche et création sont bien moins cloisonnées qu’en France. Mais, heureusement, les choses bougent chez nous et l’idée, avec un tel ensemble à La Sorbonne, c’est de pouvoir expérimenter, in situ, de nouveaux outils musicaux. Avouez que pour les étudiants, c’est pas mal du tout.

Qui joue dans cet orchestre et ce chœur électro-numériques ?

Il y a un petit noyau d’interprètes professionnels, qui sont aussi chercheurs et qui sont très engagés pour les musiques expérimentales. Nous pensons à Hugues Genevois, à Christophe d’Alessandro ou encore à Boris Doval.
L’ensemble accueille aussi des musiciens amateurs, des étudiants principalement. Figurez-vous que l’OCEN est en pleine période de recrutement, alors si les nouvelles lutheries et la musique expérimentale et numériques vous font vibrer, lancez-vous !
Vous pouvez vous inscrire jusqu’au 30 juin.

L'équipe de l'émission :