Musique connectée
Magazine
Jeudi 11 mars 2021
1 min

A Buenos Aires, la milonga envahit les parcs

La capitale argentine abrite de nombreux parcs dans la fraîcheur desquels se retrouvent, chaque soir ou presque, des mordus de danse, malgré les restrictions sanitaires…

A Buenos Aires, la milonga envahit les parcs
Des danseurs se retrouvent à Buenos Aires pour danser la milonga, © Getty

Rien n’empêchera les Buenos-Airiens de se retrouver au milieu de la roseraie du Bosque de Palermo, sous l’autoroute du parc Chacabuco ou entre les palmiers du Parque Lezema, pour ne citer que trois des immenses parcs qu’abrite la capitale de l’Argentine… Et rien n’empêchera les passionnés de milonga de se retrouver pour danser, pas même une pandémie mondiale. C’est la fin de l’été en Argentine, les soirées sont encore chaudes et les promeneurs flânent dans les allées en sirotant un mate, tandis que d’autres, attendent, sur l’herbe ou sous le pont où leur a été donné le rendez-vous de retrouver leur partenaire de danse : il est bientôt dix-huit heures, le professeur a posé les petites enceintes portatives au pied d’un arbre ; il est temps de danser tandis que le soleil décline doucement. La milonga est une cousine du tango, mais un peu plus rapide et moins complexe avec seulement huit pas de base à mémoriser.

Des rencontres illégales

Techniquement, ces rencontres sont illégales car elles enfreignent les réglementations liées au Covid-19. Pourtant, depuis le mois de janvier, elles attirent des participants toujours plus nombreux, souvent âgés de plus de quarante ans. La piste de danse est délimitée par un fil ou un pull posé par terre et quand la chanson se termine, on change de partenaire ! Le confinement national a été déclaré en Argentine le 19 mars 2020 : il est resté en vigueur jusqu’en juillet à Buenos Aires. Et en septembre, quelques professeurs ont décidé d’organiser des sessions de danse, dans certains parcs de la ville. Depuis, ces sessions de milonga connaissent un grand succès et des groupes de danse essaiment dans quasiment tous les parcs de la ville, les mardi, jeudi, vendredi et samedi de 18 à 22 heures. Les points de rencontre sont indiqués sur Facebook mais la plupart des participants sont des passants, qui se sont un soir arrêtés pour admirer les danseurs… avant d’essayer à leur tour.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Pour ces danseurs amateurs qui reconnaissent qu’ils enfreignent, le temps de quelques danses, les règles sanitaires - même s’ils gardent leur masque -, se retrouver pour danser en plein air est carrément thérapeutique : la milonga est, comme le tango, une danse sensuelle. Au fil des pas, la joie revient dans leur corps et ils oublient le contexte et la crise...

L'équipe de l'émission :