Musique connectée
Magazine
Vendredi 9 octobre 2020
1 min

Le Fonds Instrumental Français au service des instrumentistes à cordes

L'association "Le Fonds Musical Français" prête des instruments à cordes de qualité à de nombreux solistes et quatuor. Une aide discrète, mais précieuse pour les artistes.

Le Fonds Instrumental Français au service des instrumentistes à cordes
Musique connectée du 9 octobre 2020, © Getty / Ásgeir Kröyer

Le Fonds Instrumental Français : un nom que connaissent bien les instrumentistes à cordes, mais qui est pratiquement inconnu du grand public, puisqu’il œuvre dans l’ombre, pour aider et soutenir les musiciens. 

Un prêt de qualité

Depuis plus de vingt cinq ans, cette association prête des violons, des violoncelles et des altos à tous les grands interprètes français comme Laurent Korcia, Nicolas Dautricourt, Anne Gastinel, les quatuors Ebène et Modigliani, Victor-Julien Lafferière, Henri Demarquette, et Lise Berthaud, pour ne citer qu'eux. On l’ignore, mais tous ces artistes ont pu compter sur le Fonds Instrumental Français à un moment ou un autre de leur carrière, souvent dans les premières années, avant qu’ils ne soient soutenu par un sponsor qui leur prête, pour de bon, un bel instrument. Ce fonds a été créé en 1994 par Norbert Zauberman. C’est l’un des pionniers en France en matière de prêt d’instrument, peu après le groupe LVMH, qui avait lancé le mouvement et mis la barre haute en faisant l’acquisition de trois Stradivarius, deux violons et un violoncelle.

Les instruments en dépôt au Fonds instrumental français sont prêtés par des familles héritières, propriétaires de très beaux et bons violons,violoncelles et altos, qui ne sont pas accessibles financièrement, aux musiciens. L’idée est de fournir aux artistes un instrument qui soit supérieur à celui qu’ils possèdent déjà. Par exemple, le violoncelle Alessandro Gagliano du début du XVIIIe siècle que joue Christophe Coin est un prêt du Fonds, qui possède aussi quelques instruments baroques, ressource précieuse pour nos ensembles de musique ancienne. 

En ce moment, il y a neuf violons, un alto et dix-huit violoncelles en dépôt, et quelques instruments baroques, comme des basses de violon. Le musicien qui se voit prêter un instrument doit seulement payer la cotisation d’assurance et un forfait de quatre vingt euros symbolique par an.

En France cette initiative a fait école et d’autres structures de prêt sont nées dans le sillage du Fonds Instrumental Français, comme l’association « Talents et violoncelles »,créée par Raphaël Pidoux. Quelques banques également se sont mises au prêt d’instrument. A l’heure où la situation des musiciens est incertaine, au jour le jour, voir même d’heure en heure, la question de l’acquisition d’un instrument est source de grande angoisse, d’où l’importance de ces structures de prêt, non lucratives, discrètes, mais plus que jamais essentielles.

L'équipe de l'émission :